Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Algérie propose plusieurs pistes de coopération pour un Observatoire méditerranéen de l’environnement

Oran - La première conférence ministérielle du dialogue 5+5 sur l’environnement et les énergies renouvelables a été inaugurée, lundi 26 avril au Sheraton d’Oran, en présence, entre autres, de Jean-Louis Borloo, ministre d’État français, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. A cette occasion, l’Algérie a proposé plusieurs pistes de coopération entre pays méditerranéens.
Photo ci-dessus - Cherif Rahmani, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, et Jean-Louis Borloo, ministre d’État français, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. © Algeriantourism.com

Un article de Chahreddine Berriah,
correspondant permanent en Algérie
pour leJmed.fr, journaliste à El Watan

« Il s’agit essentiellement de la création d’un observatoire de la Méditerranée et du développement durable, l’élaboration et l’harmonisation des plans climat des différents pays et la mise en place d’un cadre de concertation et d’expression informelles entre les pays méditerranéens sur le climat » a déclaré Cherif Rahmani, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, avant d’ajouter : « Cette écorégion est identifiée par les experts comme l’une des régions du monde où le changement climatique est susceptible de marquer le plus l’environnement et les activités humaines (…) La mer Méditerranée s’est rétrécie aux dimensions d’un lac menacé par la forte concentration des villes et des activités humaines le long du littoral, comme est menacée également sa biodiversité remarquable »

Le représentant du gouvernement algérien a mis en exergue la mutation importante qui expose cette région à des dangers certains à moyen terme. Et d’évoquer à ce propos, la population de 360 millions en 1985 qui atteindra 524 millions en 2025. Autre danger qui menace la Méditerranée : celui des villes qui connaissent un étalement non maîtrisé et au détriment de terres agricoles, phénomène qui a conduit Cherif Rahmani à proposer la mise en place d’une agence méditerranéenne des villes durables.
Pour le ministre algérien, « la question de la gestion rationnelle des ressources en eau ne peut plus être différée. Pour l’agriculture, il s’agit de doubler les rendements, afin de satisfaire à un modèle alimentaire durable : c’est là une équation difficile dans un milieu méditerranéen où les ressources, limitées et fragiles, sont des facteurs freins. Pendant que le Nord fait face à des questions de surplus et de surproduction, le Sud se débat dans les déficits… »
Le dialogue 5+5 pourrait ainsi être mis à profit pour échanger des points de vue sur les questions qui ont fait l’objet de négociations à Copenhague, et faciliter la négociation en matière de partage d’une vision commune avant d’aller en décembre prochain à la conférence de Cancun (Mexique).

Chahredine Berriah


à lire également Tous pays EUROMED-AFRIQUE

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 360

à lire également Algérie

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70
Articles récents recommandés