Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

LES DÉFIS DE L’ALGÉRIE

Pr A. MEBTOUL : « Il est urgent d’adapter nos partis politiques algériens, pour la majorité liés à des intérêts de rente » (2/3)

9 août 2018
Dr Abderrahmane MEBTOUL, Professeur des Universités, économiste, expert international (Algérie) © DR
Se référant aux élections de 2017 et se fondant sur les chiffres officiels, le Pr Abderrahmane Mebtoul estime que 75 % à 80 % des Algériens ne font pas confiance aux partis politiques, tant du pouvoir que de l’opposition. Selon lui, cette situation d’urgence exige « une action vigoureuse de réorganisation et de redynamisation » tant du monde associatif que de la société civile et de la jeunesse, qu’il faut encourager et mobiliser pour le redressement de l’Algérie, en lui proposant « un cadre adéquat d’expression collective »…

Tribune libre, par Abderrahmane MEBTOUL
Professeur des Universités, économiste, expert international (Algérie) 
 
Titre original : « Restructuration du système partisan et de la société civile »

Secouées périodiquement par des crises internes, frappées de discrédit pour la majorité d’entre elles, objet de la défiance nourrie à leur égard et à l’endroit du militantisme partisan, les formations politiques sont-elles aujourd’hui aptes à faire un travail de mobilisation et d’encadrement efficients ?
La question se pose de leur capacité à éviter un affrontement direct entre citoyens et forces de sécurité, et donc de contribuer significativement à la socialisation politique et à l’œuvre de redressement national. 

Dans ce contexte, il est intéressant de comparer les résultats des élections législatives définitives de mai 2012 et celles de mai 2017 pour se faire une idée sur la cartographie sociale, dont les rapports État-citoyens, et de prendre des mesures appropriées par une réorientation urgente de la politique socio-économique. 

Rappelons que lors des élections législatives du 10 mai 2012, nous avions 21 645 841 électeurs inscrits et 9 339 026 votants. Le taux de participation selon le Ministère de l’intérieur a été de 43,14 % avec 7 634 979 suffrages exprimés 1 704 047 dont bulletins nuls. En tenant compte de ces bulletins nuls, nous avions donc en mai 2012 environ 35,30 % des électeurs qui s’étaient exprimés en faveur des partis, soit 64,70% qui n’avaient pas confiance en ces partis .

Pour les élections législatives du 4 mai 2017, le Conseil constitutionnel a relevé dans un communiqué, que le taux de participation s’était établi à 35,37 %, avec 8 225 223 votants sur 23 251 503 électeurs inscrits, tandis que les suffrages exprimés s’élèvent à 6 468 180, et que les bulletins nuls sont de 1 757 043. Cela donne plus de 70% des inscrits qui ne font pas confiance à la classe politique.

Si l’on tient compte, tant pour les élections de 2012 que de 2017, des personnes en âge de voter qui ne se sont pas inscrites, il faudrait encore pondérer à la baisse le taux de participation de 5 % à 10 %. Ce qui, pour 2017 et en se fondant sur les statistiques officielles, donnerait au final entre 75 % à 80 % d’Algériens ne faisant pas confiance aux partis politiques, tant du pouvoir que de l’opposition. 

Du déni de confiance aux partis politiques

à l’impératif d’une réflexion collective

Aussi face à cette situation – tout en rappelant que le discrédit qui frappe le système partisan n’est pas spécifique à l’Algérie, car la révolution mondiale des systèmes de communications produit partout à l’émergence de nouveaux comportements – il y a urgence à adapter nos partis politiques algériens, souvent déconnectés de la société et présentant pour la majorité d’entre eux la spécificité d’être liés à des intérêts de rente. 

Il s’agit donc d’introduire d’avantage de rigueur dans la procédure relative à la création des partis, sans pour cela verser dans l’excès qu’induit inévitablement toute approche bureaucratique de la chose politique.
Il est sans doute utile, voire nécessaire, de s’intéresser à la représentativité des partis avant de décider de leur avenir. En tout état de cause, il nous semble plus équitable, et plus juste politiquement, de raisonner en termes de marché électoral et de laisser, dès lors, les règles du jeu politique et le nombre d’acteurs qui s’y adonnent, se fixer de manière concurrentielle.
Le rôle des pouvoirs publics consistera alors à mettre en place les garde-fous indispensables et à veiller au respect strict des lois et des règles qui régissent le fonctionnement de ce marché. Quant à la société civile, force est de constater qu’elle est impotente.

La confusion qui prévaut actuellement dans le mouvement associatif national rend malaisée l’élaboration d’une stratégie visant à sa prise en charge et à sa mobilisation. L’implication de la société civile dans les affaires de la cité est un acte éminemment civilisationnel, qui intègre les changements d’une société en pleine mutation, et une manière d’aboutir à un projet de progrès.

Sa diversité, les courants politico-idéologiques qui la traversent et sa relation complexe à la société et à l’État ajoutent à cette confusion, rendent impérative une réflexion collective.

Encourager et mobiliser la jeunesse

pour l’œuvre de redressement national

En raison de la très grande jeunesse de la société civile, des conditions historiques qui ont présidé à sa naissance et des événements tragiques qu’a connus notre pays et auxquels elle a été directement ou indirectement associée, la question qui touche à sa mobilisation doit être traitée avec une attention et une vigilance soutenues.

Constituée dans la foulée des luttes politiques qui ont dominé les premières années de l’ouverture démocratique, elle reflètera les grandes fractures survenues dans le système politique national. Sollicitée à maintes reprises, et à l’occasion d’échéances parfois cruciales, cette dernière manifestera souvent sa présence d’une manière formelle et ostentatoire, impuissante presque toujours à peser sur le cours des choses et à formuler clairement les préoccupations et les aspirations de la société réelle.

Il est ainsi urgent d’engager une action vigoureuse de réorganisation et de redynamisation qui ne pourra être que salutaire pour elle. Cette action permettra, entre autres d’offrir un cadre adéquat d’expression collective à des centaines de milliers de jeunes et de moins jeunes qui ne sont pas structurés et qui ne demandent qu’à être utiles et à mettre au service de la communauté leur bonne volonté et leur générosité.

Dans cet ordre d’idées, l’État doit encourager la création d’associations dans des secteurs qui sont porteurs mais qui restent vierges et complètement ignorés du mouvement associatif ; de faire de ce cadre un instrument efficace d’encadrement de forces vives qui agissent dans la société de manière dispersée et un levier puissant de leur mobilisation en vue de leur implication active dans l’œuvre de redressement national.

Mais cette politique n’a de chance de réussir que si le mouvement associatif est assaini et si les associations qui le composent ne sont pas au service d’ambitions personnelles inavouables, et parfois douteuses… Reste que le soutien multiforme qu’accorde l’État au mouvement associatif peut s’avérer un puissant levier de promotion, pour peu que son utilisation se fasse sur la base de critères objectifs. 

 ◊ ◊ ◊

LES 3 VOLETS DE CETTE TRIBUNE :

- Pr A. MEBTOUL (1/3) : « Le développement de Algérie implique la réforme du système politique »

- Pr A. MEBTOUL (2/3) : « Il est urgent d’adapter nos partis politiques algériens, pour la majorité liés à des intérêts de rente »

- Pr A. MEBTOUL (3/3) : « Pas de développement pour l’Algérie sans vison stratégique 
de la transition à une économie hors hydrocarbures »

 ◊ ◊ ◊

LES 3 VOLETS DE CETTE TRIBUNE :

- Pr A. MEBTOUL (1/3) : « Le développement de Algérie implique la réforme du système politique »

- Pr A. MEBTOUL (2/3) : « Il est urgent d’adapter nos partis politiques algériens, pour la majorité liés à des intérêts de rente »

- Pr A. MEBTOUL (3/3) : « Pas de développement pour l’Algérie sans vison stratégique 
de la transition à une économie hors hydrocarbures »

◊ ◊ ◊

NOS AUTRES ARTICLESCENTS DU Pr A. MEBTOUL :

- Pr Abderrahmane Mebtoul (Algérie) : « Il faut poser les véritables problèmes sur les flux migratoires venant d’Afrique » (1/2) https://bit.ly/2tJBXKJ

- Pr A. Mebtoul : « Les dirigeants africains doivent avoir une autre vision de la politique de l’immigration » (2/2) https://bit.ly/2Natzgi

- Pr Abderrahmane Mebtoul (Algérie) : « Pour un dialogue de tolérance entre le monde musulman et l’Occident » http://bit.ly/2GaOzmc

- Pr A. Mebtoul : les multiples raisons de « l’urgence d’un co-partenariat gagnant-gagnant entre la France et l’Algérie » http://bit.ly/2BzTcjO

- Pr A. Mebtoul : « Quel est l’apport des entrepreneurs du FCE à la dynamisation du secteur productif algérien ? » http://bit.ly/2umisqI

- Pr. A. Mebtoul - Comment développer la coopération entre l’Algérie et la France du président Macron ? par le http://bit.ly/2q60Nnu

◊ ◊ ◊

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?