Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

LESFIS DE L’ALGÉRIE

Pr A. MEBTOUL : « Pas de développement pour l’Algérie sans vision stratégique 
d’une économie hors hydrocarbures » (3/3)

10 août 2018
Dr Abderrahmane MEBTOUL, Professeur des Universités, économiste, expert international (Algérie) © DR-APP
« En cet été 2018, après plusieurs décennies d’indépendance, l’Algérie c’est Sonatrach, et Sonatrach c’est l’Algérie », écrit le Pr Mebtoul, considérant que le temps presse d’examiner avec lucidité la dialectique de la rente des hydrocarbures et son effet paradoxal : lorsque la valeur de la rente des hydrocarbures s’accroît, les réformes sont freinées…

Tribune libre, par Abderrahmane MEBTOUL 
Professeur des Universités, économiste, expert international (Algérie)

En cet été 2018, après plusieurs décennies d’indépendance, l’Algérie c’est Sonatrach, et Sonatrach c’est l’Algérie. Car la société pétrolière nationale, plus grande entreprise d’Afrique, procure toujours plus de 98 % des recettes en devises du pays. Son empreinte est telle qu’elle influe sur le taux de croissance via la dépense publique, et donc sur le niveau de l’emploi, le taux d’inflation, les réserves de change. Et comme en ce XXIe siècle le véritable pouvoir mondial est économique, la Sonatrach donne la mesure de l’impact de l’Algérie sur la scène internationale.

Il n’est donc plus permis aujourd’hui de faire l’impasse sur le rôle que des acteurs résidents, puissamment mûs par des intérêts organiquement liés à la distribution de la rente, et qui ont pu, à un moment où à un autre, peser dans un sens franchement défavorable aux réformes politiques et économiques.

De même qu’il n’est plus possible, également du point de vue de l’analyse, d’occulter le rôle que d’autres acteurs, externes ceux-là, ont pu jouer dans un sens tout aussi défavorable, motivés qu’ils étaient eux aussi par la défense d’intérêts de groupes ou de personnes que la poursuite d’un commerce hautement lucratif rendait allergiques à toute velléité de changement et de réformes. 

En revanche, d’autres acteurs, internes aussi bien qu’externes, ont agi clairement dans le sens contraire, encourageant et défendant, par des moyens divers, la mise en œuvre de réformes dont la nécessité n’échappe à personne. Comme il n’est plus permis d’ignorer la nécessaire adaptation de l’Algérie aux nouvelles mutations mondiales, et parmi elles son devenir dans l’espace euro-méditerranéen.

Ce point explique d’ailleurs mon initiative, avec le professeur Camille Sari, de coordonner un ouvrage collectif (1) avec la participation de 36 experts – algériens, marocains, tunisiens, libyens et européens – de différentes spécialités, paru en 2015 aux Editions de L’Harmattan, à Paris (2 tomes,1050 pages).

Analyser avec lucidité la dialectique paradoxale de la rente

Réformer en profondeur le fonctionnement de la société algérienne – et non se contenter de simples replâtrages organisationnels – implique d’analyser avec lucidité les relations dialectiques de la production de la rente (Sonatrach) et de sa redistribution (système financier). De quoi bouleverser fortement les intérêts, les gagnants d’aujourd’hui n’étant pas forcément ceux de demain.

Paradoxalement, lorsque la valeur de la rente des hydrocarbures s’accroît, les réformes sont freinées et l’on assiste à une redistribution passive de la rente pour s’assurer une paix sociale éphémère, avec l’extension de la corruption et une concentration excessive du revenu national au profit d’une minorité rentière. 

Ce couple antagonique des forces politiques, économiques et sociales, l’un défendant la rente et l’autre les réformes, explique fondamentalement l’instabilité juridique et le manque de cohérence et de visibilité dans la réforme globale. 

Or, l’Algérie a besoin qu’un regard critique et juste soit posé sur sa situation, sur ce qui a déjà été accompli de 1963 à 2018, et de ce qu’il s’agit d’accomplir encore au profit exclusif d’une patrie qui a besoin de se retrouver et de réunir tous ses enfants autour d’un même projet, d’une même ambition et d’une même espérance. 

Des solutions concrètes de sortie de crise…

L’objet de cette contribution [voir les 3 volets, ndlr] a été un bref rappel des conclusions de ces différentes conférences et travaux que j’ai eu à diriger pour le compte des gouvernements successifs, de 1974 à 2017, tandis que les liens entre réformes politiques et économiques et une nécessaire vision stratégique sont toujours aussi prégnants.

Nous n’avons donc pas attendu les évènements récents et et les différents rapports de la banque mondiale, du FMI ou de la COFACE pour proposer des solutions concrètes de sorite de crise pour l’Algérie, comme l’atteste notre conférence (2) devant le Premier ministre et les différents membres du gouvernement au Palais des Nations, le 26 novembre 2014, alertant le pouvoir politique sur différents scénarios à l’échéance 2015-2020, et qui se sont malheureusement concrétisés. 

Que de perte de temps, et dommage que nous n’ayons pas été écoutés !Mais devant privilégier uniquement les intérêts supérieurs de l’Algérie, il n’est jamais trop tard pour bien faire, en évitant tant le tout sinistrose que l’autosatisfaction démagogique et destructrice. Car l’Algérie possède toutes les potentialités de sortie de crise, sous réserve d’une réelle volonté politique de profondes réformes structurelles.

◊ ◊ ◊

1 - Ouvrage collectif : « Les enjeux géostratégiques de l’intégration du grand Maghreb » Editions de L’Harmattan, Paris (2015), sous la direction d’Abderrahmane Mebtoul et de Camille Sari. Deux ouvrages (1050 pages) : « Quelle gouvernance et quelles institutions au Maghreb face aux enjeux géostratégiques » et : « De l’intégration économique maghrébine, un destin obligé ».

2- La conférence du Pr Abderrahmane Mebtoul, le 26 novembre 2014 au Palais des Nations d’Alger - en présence du Premier ministre, de la majorité des membres du gouvernement et des cadres de la Nation - faisait suite au débat tenu par le Pr Mebtoul à RFI Paris, le 12 novembre 2014, avec le Pr Antoine Halff, ex-économiste en chef du gouvernement Barak Obama et directeur de la prospective à l’AIE, sur « Les perspectives de la chute du cours des hydrocarbures et leurs impacts sur l’économie algérienne ».

◊ ◊ ◊

AUTRES RÉFÉRENCES
des différentes contributions du Pr Abderrahmane Mebtoul

- Interviewes à l’American Herald Tribune du 28 décembre 2016 et au quotidien financier français la tribune.fr mars 2017 : « Toute déstabilisation de l’Algérie aurait un impact sur l’espace méditerranéen et africain ».

- Contributions du Pr Abderrahmane Mebtoul à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI, Paris) : « La coopération Europe-Maghreb face aux enjeux géostratégiques »  (55 pages, 4 avril 2011) et « La problématique de la sphère informelle au Maghreb » (IFRI, 28 pages, 3 décembre 2013).

◊ ◊ ◊

LES 3 VOLETS DE CETTE TRIBUNE :

- Pr A. MEBTOUL (1/3) :« Le développement de Algérie implique la réforme du système politique »

- Pr A. MEBTOUL (2/3) : « Il est urgent d’adapter nos partis politiques algériens, pour la majorité liés à des intérêts de rente »

- Pr A. MEBTOUL (3/3) : « Pas de développement pour l’Algérie sans vison stratégique 
de la transition à une économie hors hydrocarbures »

◊ ◊ ◊

NOS AUTRES ARTICLESCENTS DU Pr A. MEBTOUL :

- Pr Abderrahmane Mebtoul (Algérie) : « Il faut poser les véritables problèmes sur les flux migratoires venant d’Afrique » (1/2)

- Pr A. Mebtoul : « Les dirigeants africains doivent avoir une autre vision de la politique de l’immigration » (2/2)

- Pr Abderrahmane Mebtoul (Algérie) : « Pour un dialogue de tolérance entre le monde musulman et l’Occident »

- Pr A. Mebtoul : Les multiples raisons de « l’urgence d’un co-partenariat gagnant-gagnant entre la France et l’Algérie »

- Pr A. Mebtoul : « Quel est l’apport des entrepreneurs du FCE à la dynamisation du secteur productif algérien ? »

- Pr. A. Mebtoul : « Comment développer la coopération entre l’Algérie et la France du président Macron ? »

◊ ◊ ◊

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Articles récents recommandés