Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Pour Elisabeth Guigou, la relance de l’UPM passe par l’implication des « acteurs organisés de la société »

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 29 janvier 2011 | src.LeJMED.fr
Paris -

IPEMED, l’Institut pour la prospective économique du monde méditerranéen, a réuni vendredi 28 janvier 2011 à Paris les membres prestigieux de son Comité de parrainage politique. L’occasion, pour sa co-Présidente Elisabeth Guigou, lors du dîner-débat de clôture des travaux commencés la veille, d’évoquer les conséquences de la Révolution du Jasmin sur les relations euroméditerranéennes, et d’esquisser des pistes pour la nécessaire relance de l’UPM.

Photo ci-dessus : Élisabeth Guigou durant son intervention devant le Comité de parrainage politique de l’IPEMED, vendredi 28 janvier 2011 à Paris. Autour d’elle, on reconnaît notamment : Javier Solana, ancien Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune ; Leila Shahid, Déléguée générale de la Palestine auprès de l’UE ; Fathallah Oulalalou, ancien ministre des Finances du Maroc ; Hubert Védrine (de profil) ancien ministre français des Affaires étrangères ; Jean-Pierre Jouyet, ancien secrétaire d’Etat, Président de l’AMF ; Georges Corm, ancien ministre des Finances du Liban ; au fond, à gauche : André Azoulay, conseiller du Roi du Maroc, président de la Fondation Anna Lindh © LeJMED.fr - janvier 2011


Élisabeth Guigou durant son intervention devant le Comité de parrainage politique de l’IPEMED, vendredi 28 janvier 2011 à Paris. A sa droite, Javier Solana, ancien Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune ; au premier plan, à droite : Miguel Angel Moratinos, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères. © LeJMED.fr - janvier 2011

Née au Maroc, ancienne ministre, députée de « l’un des départements les plus méditerranéens de France, le 9-3 », vice-Présidente de l’Assemblée nationale, et co-Présidente, avec Abderrahmane Hadj Nacer, du Comité de parrainage politique l’IPEMED, Élisabeth Guigou a maints fois exprimé sa conviction d’une communauté de destin entre les deux rives de la Méditerrané, et affirmé que l’Euro-Méditerranée peut être le grand projet géopoliqtique de ce début du XXIe siècle…

Face aux événements « historiques » qui bouleversent actuellement la donne politique sur la rive sud – Révolution du Jasmin en Tunisie, insurrection populaire en Égypte… – et aussi face à la paralysie de l’UPM, Elisabeth Guigou estime que « nous devons sortir du ronronnement, être plus créatifs, impliquer les acteurs organisés de la société – Partis politiques, syndicats… ».

Il faut aussi que des relations plus fortes des sociétés civiles puissent s’établir, déclare encore la co-Présidente du Comité de parrainage politique d’IPEMED (1), concluant que « c’est à cela aussi que peut aujourd’hui servir IPEMED, qui a d’ailleurs identifié, dès sa création en 2006, que le droit à l’État de droit est fondamental ».

Répondant à un intervenant qui mettait en doute la pertinence d’une organisation multilatérale en Méditerranée (UPM), au motif notamment de la forte différence entre Maghreb et Proche-Orient, et d’une meilleure efficacité, selon lui, des relations bilatérales, Élisabeth Guigou déclara que « c’est justement à cela que sert l’UPM : essayer de sortir du face-à-face inégal entre l’Union européenne et un pays du sud isolé dans une relation bilatérale. C’est cela, l’une des légitimités profondes de l’UPM ».

Enfin à propos de la Révolution du Jasmin, Elisabeth Guigou considéra que l’UE, dont on constate à ce jour « l’absence totale d’expression », devait se poser « une vraie question sur nos comportements vis-à-vis de ces pays [sud MED], s’interroger sur ce que la Révolution tunisienne change dans nos rapports… Et que l’on ne soit plus réduits à commenter les commentaires des Américains ».

Alfred Mignot – LeJMED.fr


Sur le même événement :

Miguel Angel Moratinos : « À ce jour, le bilan
de l’UPM est celui de notre échec collectif ! »

Sur le même thème

- Élisabeth Guigou : « L’avancée de l’UPM est vitale, sinon nous disparaîtrons des radars de l’Histoire »

- Élisabeth Guigou : Une « Lettre ouverte » aux chefs d’Etat en faveur de la parité entre Nord et Sud

- Visiter le site de l’IPEMED

(1) La composition du Comité de parrainage politique de l’IPEMED

Le Comité de parrainage politique soutient l’action et contribue au rayonnement d’IPEMED. Il comprend d’éminentes personnalités politiques ou de la société civile de sensibilités variées et de provenances géographiques diverses. Dépourvu de toute attache partisane, il se réunit au moins une fois par an et ses membres sont désignés par le conseil d’administration d’IPEMED.

Le comité de parrainage politique est coprésidé par
Elisabeth Guigou
, ancienne ministre, députée, Vice-présidente de l’Assemblée nationale (France) et
Abderrahmane Hadj Nacer , ancien gouverneur de la Banque Centrale d’Algérie.

À leurs côtés (composition au 30 mars 2009) :

Yasser Abed-Rabbo, ancien ministre, chef de la délégation palestinienne pour les accords de Genève

André Azoulay, conseiller du Roi du Maroc, président de la Fondation Anna Lindh

Yossi Beilin, ancien ministre adjoint des Affaires étrangères, ancien ministre de la Justice (Israël)

Emma Bonino, ancienne secrétaire d’Etat au Commerce international et aux Affaires européennes, vice-présidente du Sénat (Italie)

Georges Corm, ancien ministre des Finances (Liban)

Kemal Derviş, ancien ministre des Affaires économiques et des Finances (Turquie), ancien administrateur du PNUD

Joshka Fischer, ancien ministre des Affaires étrangères (Allemagne)

Felipe Gonzalez, ancien président du gouvernement (Espagne)

Mouloud Hamrouche, ancien premier ministre (Algérie)

Alain Juppé, ancien premier ministre (France), actuel ministre de la Défense

Robert Malley, ancien conseiller du président Clinton pour les Affaires arabo-israéliennes

Fathallah Oulalalou, ancien ministre des Finances (Maroc)

Ely Ould Mohamed Vall, ancien président de la République (Mauritanie)

Lord Chris Patten, ancien Commissaire européen (Grande-Bretagne)

Josep Piqué, ancien ministre des Affaires étrangères (Espagne)

Romano Prodi, ancien président du Conseil, ancien président de la Commission européenne (Italie)

Panagiotis Roumeliotis, ancien ministre de l’Economie et des Finances (Grèce)

Ismaël Serageldin, ancien vice-président de la Banque Mondiale, directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie (Egypte)

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères (France).


Articles récents recommandés