Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Paris – France - 25 janvier - 12 février 2011

Pietragalla danse en solo au Palace !

France | 20 décembre 2010 | src.LeJMED.fe
Paris -

Dix ans après son solo à l’Olympia de Paris, Marie Claude Pietragalla revient sur une scène parisienne, au Palace, du mardi 25 janvier au samedi 12 février 2011, avec « La Tentation d’Eve », véritable voyage poétique à travers la mémoire des femmes : Eve ou la tentation d’être toutes les femmes à la fois. Eve en quête d’elle-même. Eve entre le désir de paraître et le besoin d’être…

Photo ci-dessus : Marie-Claude Pietragalla dans « La tentation d’Eve ». © MCP


Dans une succession de costumes et une dizaine de tableaux, Marie Claude Pietragalla incarne cette Eve qui quitte le royaume de la Pomme et du Paradis perdu pour faire un voyage à travers le Temps, la mémoire, la société, et traverser les époques.

À travers ces identités multiples de femmes, elle nous dévoile la difficulté d’être une femme ou d’être, simplement, un être humain.

« Je suis, multiple. A travers cette histoire collective, qui nous révèle nos peurs et nos chimères, j’avance, je tâtonne, je trébuche, mais je reste L’Eternel Féminin » dit Marie-Claude Pietragalla

Chorégraphie et mise en scène : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault. Costumes, masques, marionnettes : Johanna Hilaire. Réalisation costumes : Sylvie Lefray. Lumières : Eric Valentin. Conseillère littéraire : Jeanne Fayard. Avec la participation de Daniel Mesguich.

RESERVATION en ligne : site de Marie-Claude Pietragalla


A propos de Marie-Claude Pietragalla

À 16 ans, elle intègre le Ballet de l’Opéra national de Paris et est nommée étoile le 22 décembre 1990, à l’issue de la représentation de Don Quichotte où elle interprète le rôle de Kitri. En 1998, elle est nommée à la direction du Ballet national de Marseille où elle reste cinq ans. Après un conflit, les danseurs de la compagnie obtiennent sa démission.

Elle a dansé à l’Opéra Bastille avec Patrick Dupond Le Lac des cygnes (1992) et Les Variations d’Ulysse (1995) de Jean-Claude Gallotta.

En 2000, elle se produit dans un "one-woman show", Don’t look back, un solo créé pour elle par Carolyn Carlson. En octobre de cette même année, elle présente le ballet Sakountala qui évoque la lutte supposée de la sculptrice Camille Claudel avec ses démons.

En 2002, elle est la chorégraphe de Enzo, un duo créé pour le spectacle de Christophe à l’Olympia (Victoire de la Musique 2002).

En 2003, elle est également la chorégraphe de Métamorphoses pour l’école de danse de Marseille, ainsi que de Ni Dieu ni maître, un spectacle autour de Léo Ferré qui sera donné au Théâtre Toursky de Marseille, puis à l’Olympia, sur des musiques de Léo Ferré et Elizabeth Cooper. Elle signe une nouvelle version de Don Quichotte (Minkus-Cooper).

Depuis 2004, elle dirige sa propre compagnie, la Pietragalla Compagnie.

En 2006, elle présente un spectacle nommé Conditions humaines.

En 2007, elle entame sa deuxième année de résidence en région Nord-Pas-de-Calais et crée, sur une commande de Pierre Cardin, le spectacle Sade ou le théâtre des fous. Présenté au château de Lacoste en juillet 2007, ce ballet sera donné en février 2008 à l’Espace Pierre-Cardin à Paris.

En mars 2009, elle présente un spectacle nommé Marco Polo au Palais des Congrès de Paris.

Ouvrages de Marie-Claude Pietragalla :
• Corps et âme, Paris, Somogy, 1999
• La Légende de la danse, Paris, Flammarion, 1999
• Écrire la danse : de Ronsard à Antonin Artaud, Paris, Atlantica, 2001.


Articles récents recommandés