Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Ph. de Fontaine Vive lance un ambitieux programme pour les PPP dans les pays partenaires FEMIP

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 10 février 2011 | src.LeJMED.fr
Paris -

L’ambitieux programme d’assistance technique pour l’épanouissement des PPP en Méditerranée, lancé depuis le siège de l’OCDE ce vendredi 10 février 2011 par Philippe de Fontaine Vive, VP de la BEI et « patron » de la FEMIP, vise à répondre à une question simple mais impérieuse : comment trouver les 300 Mds € d’investissements nécessaires à la région, d’ici à 2030… Le séminaire d’experts qui a débuté ce vendredi, et qui doit se poursuivre ce samedi, est la première étape de cet important programme qui déploiera ses travaux jusqu’en 2013.

Photo ci-dessus : Philippe de Fontaine-Vive durant son intervention à Paris au siège de l’OCDE, vendredi 10 février 2011. © LeJMED.fr - février 2011


Lino Cardarelli (à gauche sur la photo), Secrétaire général adjoint principal de l’UPM, en charge des PME, et Richard Boucher (à droite), Secrétaire général adjoint de l’OCDE, entourant Philippe de Fontaine-Vive, VP de la BEI et « patron » de la FEMIP, lors de son intervention à Paris au siège de l’OCDE, vendredi 10 février 2011. © LeJMED.fr - février 2011

Philippe de Fontaine Vive, il faut bien le dire, est un « méditerranéiste » d’action et de conviction. Ainsi, anticipant sur le communiqué officiel de la BEI manifestant son soutien à la « Tunisie nouvelle », il avait, le premier, et plusieurs jours auparavant, affirmé son ardente conviction qu’il convenait désormais d’« apporter un soutien renforcé à la Tunisie », depuis le Secrétariat général de l’UPM à Barcelone, où il se trouvait pour, justement, signer une convention de partenariat.

La nouvelle initiative du « patron » de la FEMIP, rendue publique officiellement ce vendredi au siège parisien de l’OCDE, s’inscrit dans ce volontarisme de l’action qui lui est coutumier. Et si l’objectif apparaît purement technique – créer le conditions de l’épanouissement du partenariat public-privé en Méditerranée – la portée de cette initiative a aussi un réel sens politique, d’ailleurs explicité, indirectement mais clairement, par Philippe de Fontaine Vive lui-même : « Notre rôle n’est pas d’intervenir sur la scène politique. Mais, il nous revient de faciliter l’évolution politique en ayant préparé les conditions juridiques et économiques pour relever les défis de demain ».

Des défis bien connus, en tout cas sur le plan financier, puisque, précisa Philippe de Fontaine Vive, les besoins d’investissements à réaliser dans les infrastructures d’utilité collective au Sud et à l’Est de la Méditerranée – notamment pour la gestion des eaux, les services urbains et l’énergie – à l’échéance 2030 sont estimés à… 300 milliards d’euros ! Or, ni les budgets nationaux, ni les institutions financières de développement ne peuvent à ce jour, et à eux seuls, satisfaire ce besoin vital.

« Il nous faut donc faire preuve d’intelligence et d’inventivité » dit encore le VP de la BEI, et c’est pourquoi, la FEMIP, bras financier de la BEI dédié au développement socio-économique de neuf pays méditerranéens partenaires (1), lance cet ambitieux programme d’assistance technique (voir les détails ci-dessous), destiné à favoriser le recours aux contrats de partenariat public-privé en Méditerranée.

Une perspective d’action où la BEI-FEMIP dispose d’ailleurs d’un savoir-faire éprouvé, avec une exposition de l’ordre de 45 milliards d’euros pour des projets montés en PPP. Par exemple, rappela Philippe de Fontaine Vive, les emblématiques réalisations du port de Tanger Med (Maroc), l’usine de désalinisation de Hadera (Israël), les infrastructures d’adduction d’eau de l’agglomération d’Amman (Jordanie), ou encore la création, aux côtés de la CDC, de la CDG marocaine et de l’EFG Hermès du Caire, du Fonds Inframed, au printemps 2010.

Autant d’expériences réussies que la BEI-FEMIP met sur la table, afin de "partager les expériences, questionner nos systèmes encore perfectibles, diffuser les bonnes pratiques", déclara Philippe de Fontaine Vive, précisant enfin que quatre pays partenaires FEMIP sont déjà pressentis ou candidats déclarés (Maroc) pour devenir des pays-pilotes du déploiement des PPP, sur des projets choisis de conserve avec la FEMIP, et avec l’accompagnement technique de celle-ci.

Face au « tunisami » qui secoue le sud du Bassin méditerranéen, malgré le silence assourdissant de certains officiels et les actuels déboires de l’UPM, le message de la BEI-FEMIP est donc clairement réaffirmé : la pérennité de l’engagement financier de l’Europe en Méditerranée est confirmée ! Philippe de Fontaine Vive l’a d’ailleurs déclaré clairement, en conclusion de son intervention :
« Soyez assurés que, dans cet environnement politique qui évolue de jour en jour, la FEMIP s’engage résolument à accompagner le changement. Cet atelier apporte la preuve, en ces moments historiques, que la FEMIP sera à vos côtés pour fournir les ressources nécessaires aux citoyens du Maghreb comme du Machrek, et satisfaire à leurs besoins cruciaux de développement ».


© Alfred Mignot

(1) - Les pays partenaires de la FEMIP : Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Israël, Jordanie, Territoires Palestiniens, Syrie, Liban.

Le programme pluriannuel d’assistance technique
au PPP de la Femip

À la suite des ateliers d’experts qui devaient se dérouler vendredi 10 et samedi 11 février 2011 à Paris, au siège de l’OCDE, le programme PPP lancé par la FEMIP s’étendra sur les années 2011-2013 et comportera plusieurs livrables :

• En premier lieu, l’étude, qui sera publiée fin mai 2011 ; celle-ci apporte une analyse régionale des expériences du recours aux PPP, ainsi qu’un examen des facteurs légaux, administratifs ou financiers obérant le recours à de tels montages dans chacun des neuf pays de la FEMIP. L’étude propose également une série de recommandations quant à l’évolution des politiques publiques en ce domaine. Le texte complet de l’étude et les documents du séminaire de Paris seront disponibles sur le site de la BEI.

• En second lieu, l’étude sera suivie d’une évaluation du potentiel des PPP dans quatre pays partenaires. Pour chacun de ces pays, la FEMIP développera des recommandations opérationnelles et une assistance à la mise en œuvre de politiques de recours aux PPP dans un ou plusieurs secteurs prioritaires, convenus avec les pays concernés.

• Enfin, la FEMIP mettra en place, dans les quatre pays sélectionnés, les termes de référence d’une assistance technique complémentaire destinée à la définition et à la gestion de l’appel au marché pour une série de projet-pilotes réalisant des investissements prioritaires dans le cadre des politiques nationales ou sectorielles de PPP identifiées lors de la phase antérieure.

Il est à noter que l’étude comportant un examen détaillé de l’environnement des PPP dans chacun des neuf pays partenaires, la BEI pourrait considérer de mettre en place, en concertation avec les autres institutions financières de développement en Méditerranée, une assistance technique spécifique sur l’une ou plusieurs des conclusions de l’étude pour ceux des cinq pays qui n’auront pas bénéficié du programme complet d’assistance en faveur des PPP.

Des conférences pour disséminer les bonnes pratiques

Afin d’accroitre la dissémination des connaissances et pratiques dans le recours aux contrats de partenariat, la FEMIP organisera, outre le séminaire d’experts des 10-11 février à Paris, une série d’évènements :

• Une « Conférence FEMIP » sur les PPP, le 30 mai 2011 à Casablanca : cette conférence permettra de tirer les conclusions de l’étude au niveau régional et de lancer les actions et projets-pilotes pour les quatre pays faisant l’objet d’un soutien prioritaire ;

• Une série d’ateliers, tenus entre juin 2011 et mai 2012, pour débattre avec les autorités publiques et les praticiens des PPP dans chacun des pays partenaires ; ces ateliers auront pour objet d’affiner les choix de mise en place de politiques nationales ou sectorielles, et de définir les moyens d’assistance technique que la FEMIP pourra apporter sur des actions ou projets pilotes.

À propos de la BEI-FEMIP

La FEMIP est la « Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat » de la BEI. Elle regroupe l’ensemble des instruments mis à la disposition par la Banque européenne d’investissement (BEI) dans les pays partenaires méditerranéens. Opérationnelle depuis octobre 2002, elle est aujourd’hui l’acteur de référence du partenariat économique et financier entre l’Europe et la Méditerranée, avec plus de 12,5 milliards d’EUR pour soutenir des investissements dans les neuf pays partenaires méditerranéens.

La BEI suit avec attention les aspirations exprimées par les populations tunisienne et égyptienne et reste plus que jamais convaincue de la pertinence de sa mission : pour s’enraciner durablement dans la société, la démocratie doit s’appuyer sur la croissance économique et sur une politique de développement capable d’apporter à chacun de meilleures perspectives d’avenir. Aux côtés de la Commission européenne et en concertation avec l’ensemble des autres institutions de financement, la BEI se tient à la disposition des pays partenaires méditerranéens, au service de leurs priorités économiques et sociales.

En savoir plus : site de la FEMIP

Articles récents sur le thème du partenariat avec les pays FEMIP :

- Philippe de Fontaine Vive, VP de la BEI : « UE et UPM doivent apporter un soutien renforcé à la Tunisie »

- La BEI « se tient à la disposition de la Tunisie, au service de ses priorités économiques et sociales »

- Philippe de Fontaine Vive, VP de la BEI, et Ahmad Massa’deh, SG de l’UPM, signent un Mémorandum d’accord


Articles récents recommandés