Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

La ministre NKM et 900 participants à l’Agora du “Grand Marseille” de R. Muselier, sur le thème de l’eau

France | 22 mai 2011 | src.LeJMED.fr
Marseille -

La IIIe édition de l’Agora du « Grand Marseille » s’est déroulée jeudi 19 mai 2011, dans l’enceinte du Palais des Congrès au Parc Chanot, à l’invitation de Renaud Muselier, ancien Ministre, Député des Bouches-du-Rhône, Président du Conseil Culturel de l’Union pour la Méditerranée et Président de l’Association « Pensons le Grand Marseille ». Une sorte de galop d’essai très couru – 900 participants - qui augure bien de la réussite attendue du Forum mondial de l’eau, que Marseille accueillera en mars 2012.

Photo-ci dessus : la Ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, lors de sa prise de parole. A droite sur la photo, Renaud Muselier, initiateur des Agoras du « Grand Marseille ». © Laurence Fillon


JPEG - 48.6 ko
Salle comble au Parc Chanot pour cette Agora du Grand Marseille dédiée à l’avenir de l’eau ! © Laurence Fillon

L’idée du « Grand Marseille » est celle de construire un territoire métropolitain marseillais optimum, qui permette un développement économique durable et équilibré, et offre une meilleure offre de services aux citoyens. Dans la dynamique impulsée par le Président de la République autour du « Grand Paris », mais aussi à l’heure où Marseille vit au rythme de la préparation de la Capitale Européenne de la Culture en 2013, moment phare de rayonnement euro-méditerranéen, Renaud Muselier porte sur le territoire une initiative au service de la construction de l’aire métropolitaine marseillaise.

Penser le Grand Marseille nécessite de trouver des formats de rencontres adaptés au débat, à la construction d’une pensée, à la recherche partagée de solutions. Pour cela, l’association « Pensons le Grand Marseille » a créé des agoras formées de ministres, de personnalités nationales de la société civile et du monde politique, d’experts, d’universitaires, de chefs d’entreprises et d’élus locaux partageant un échange avec des citoyens du territoire.

Après une première agora en 2009, consacrée aux enjeux majeurs d’un territoire que sont la culture et les transports, puis une seconde édition en 2010 sur le thème « Imaginer la ville responsable - développement économique et développement durable : est-ce compatible ? », cette troisième édition était organisée autour des questions de l’eau : « Enjeux et défis d’une ressource rare : quel avenir pour l’eau ? ».


Renaud Muselier :
« L’accès à l’eau, l’un des défis du siècle »

JPEG - 50.9 ko
Renaud Muselier lors de son allocution d’ouverture de la IIIe édition de l’Agora du Grand Marseille, jeudi 19 lai 2011, au Parc Chanot © Laurence Fillon

Pas de tribune pour ces agoras, mais des intervenants installés les uns face aux autres, aux premiers rangs du public, des personnalités répondant aux questions du journaliste-animateur de la soirée, et des échanges nombreux avec l’assistance.

« La répartition de l’eau doit répondre à des questions politiques et sociales sensibles, c’est un enjeu alimentaire, sanitaire et géopolitique. L’accès à l’eau potable et l’assainissement constituent l’un des défis du siècle qui nécessitent la mobilisation de toutes les énergies publiques et privées. L’implication de chacun dans la gestion de cette ressource nous conduit à réfléchir en termes de volume, mais aussi en termes de valeur, et à des modes de rémunération des services de l’eau qui soient cohérents avec l’intérêt général. » rappelle en introduction de la soirée Renaud Muselier.


La ministre « NKM » :
« A Marseille en 2012, le Forum des solutions »

La Ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée vedette de la soirée, rappelle que Marseille accueillera en 2012 le Forum Mondial de l’Eau : « L’eau, un sujet pour le monde entier et un enjeu particulier pour la Méditerranée, organisée autour d’un espace commun où l’eau est une ressource rare : en moyenne 3 500 m3 par an sur la rive nord de la méditerranée et de 1 000 m3, qui est le minimum pour vivre correctement, par an sur la rive sud contre 6 800 m3 en moyenne dans le monde (…) le souci de la répartition de l’eau en Méditerranée est donc un enjeu fort (…) surtout quand on sait qu’on prévoit qu’en 2025 on pourrait avoir 63 millions de personnes du pourtour de la Méditerranée avec seulement 500 m3 pour vivre, donc de très grande difficultés.
La Méditerranée, par les difficultés qu’elle connaît depuis toujours, est sans doute bien placé pour être porteuse de solutions. Marseille peut être pilote et aura la chance et la responsabilité autour du Forum Mondial de l’Eau d’être le lieu où s’exprime des solutions ».

Loïc Fauchon cite une « coopération internationale
pacifique » autour de l’eau…

Loïc Fauchon, Président du Conseil Mondial de l’Eau, poursuit en affirmant l’importance du droit à l’eau et le travail conduit pour faire en sorte que la cause de l’eau soit au rang des premières priorités mondiales, notamment à l’horizon du Forum Rio+ 20, la prochaine conférence des Nations unies sur le développement durable en juin 2012.

Si l’on peut avoir une lecture des conflits en Méditerranée à la lumière de l’enjeu de l’eau, celle-ci est aussi une ressource qui porte en elle tous les facteurs de la coopération, selon Anne Le Strat, Adjointe au Maire de Paris en charge de l’eau et Présidente d’Eau de Paris (la nouvelle Régie municipale la Ville de Paris). Et Loïc Fauchon de faire le témoignage d’un épisode resté jusque là confidentiel, de coopération internationale « pacifique : juste avant la mise en place de l’autorité palestinienne dans la Bande de Gaza, ce sont les Israéliens qui ont donné à la société des Eaux de Marseille les plans de la bande de Gaza, car ils savaient que cet élément essentiel à la mise en place de cette autorité ».


Denis Muzet et les partages de l’eau : symbolique, économique…

Le débat s’est poursuivi sur les difficultés et les défis du partage de l’eau : « L’eau doit être gérée de façon transparente et il faut un partage de l’eau. Partage économique de l’eau, bien sûr, partage politique, car la gouvernance de l’eau est un des facteurs importants. Enfin il faut un partage cognitif dont le grand objectif est que le citoyen puisse s’approprier une symbolique de l’eau comme lien social (...) le partage de l’eau c’est mettre l’eau en récit, un récit collectif » selon les vœux du sociologue Denis Muzet, PDG de Médiascopie.

Ce jeudi soir-là, on a d’ailleurs pu constater l’enthousiasme de tous les intervenants pour écrire une partie de ce « récit de l’eau », avec des avis complémentaires, dans un débat contradictoire entre défenseurs de la régie publique de l’eau municipale et les partisans de la délégation de service public de la gestion de l’eau, les témoignages d’usagers-consommateurs et leurs attentes en matière de gouvernance partagée, les propositions de la ministre pour « organiser la sobriété autour de l’eau pour éviter la pénurie » dans les contextes de crise etc.

L’initiative de Renaud Muselier de proposer l’aire métropolitaine marseillaise comme espace de solution des problèmes de l’eau a aussi été unanimement saluée par les intervenants, dont Jean-Claude Gaudin, Sénateur-maire de Marseille, vice-Président du Sénat, qui, dans une allocution vidéo, avec sa fougue habituelle, conclut en disant : « Le Forum Mondial de l’eau témoigne d’une volonté et d’un désir de Renaud Muselier de faire de Marseille une métropole, et il a raison ! ».

Martine Vassal :
« Le Forum de Marseille produira des solutions d’avenir »

JPEG - 35.8 ko
Martine Vassal, Adjointe au Maire de Marseille en charge du Forum Mondial de l’Eau EN 2012, lors de son intervention. © Nadia Bendjilali

Deux heures et demie d’échanges, de l’enthousiasme et de la mobilisation, un aréopage exceptionnel de 900 personnes, en somme cette agora préfigure un prochain Forum Mondial de l’Eau riche et productif, en mars 2012 à Marseille.
Martine Vassal, Adjointe au Maire de Marseille en charge du Forum Mondial de l’Eau 2012, prenant la parole en fin d’agora, s’en montre convaincue : « À Marseille, nous ferons un Forum citoyen, ouvert à tous, car à Marseille nous avons une tradition d’accueil depuis 2 600 ans. Un Forum qui produira des solutions d’avenir, les personnes trouveront des réponses et chacun prendra des engagements.
Ce Forum sera celui de l’action, celui d’une nouvelle étape dans l’avancée de la cause de l’eau pour nous et les générations futures ».


Nadia Bendjilali pour LeJMED.fr

◊ ◊ ◊

- Site de référence : VIe Forum mondial de l’eau - Marseille 2012
- Nos autres articles sur les actualités à Marseille

Articles récents recommandés