Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Algerian Start-Up Initiative (ASI), un projet pour favoriser les jeunes pousses algériennes des TIC

Algérie | 21 octobre 2009 | src.Magharebia
Alger - Les entrepreneurs et des ministres du gouvernement, espérant mettre en place une « Silicon Valley » algérienne, ont dévoilé le projet Algerian Start-Up Initiative (ASI) lors d’une récente conférence organisée à Alger. L’ASI, présentée lors de cette conférence du 19 octobre, est destinée à inciter les chefs d’entreprises algériens novateurs à créer plus de jeunes pousses dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC).

Les organisateurs de cette conférence, qui rassemblait l’Agence nationale pour la promotion et le développement des parcs technologiques, le Conseil des affaires algéro-américain et des chefs d’entreprises algériens basés en Californie, ont incité les entrepreneurs à se pencher sur les derniers outils des TIC autour desquels lancer des projets de nouvelles entreprises.

« Avec les compétences dont dispose l’Algérie, on peut créer notre propre Silicon Valley », a expliqué Abdelkrim Salem, un chef d’entreprise algérien basé en Californie.

L’ambassade d’Algérie aux Etats-Unis et le ministère algérien des Postes et des Nouvelles technologies avaient également apporté leur soutien à cette manifestation.

La création d’un réseau entre des chefs d’entreprises bien implantées dans le domaine des TIC a été l’un des volets majeurs de cette conférence. Les chefs d’entreprises ont partagé leur expertise dans les domaines de la création de jeunes pousses technologiques, depuis la création de business-plans jusqu’au dépôt de demandes de brevets et à la recherche de soutiens financiers. Ils ont également apporté des conseils sur la gestion des ressources humaines, le marketing et les partenariats.

Créer un fonds spécifique pour les TIC ?

Les participants ont souligné la nécessité de créer un nouveau fonds pour l’investissement technologique en Algérie destiné à faciliter le financement de projets.

À cette fin, les organisateurs de la conférence ont annoncé un concours sans précédent, à l’issue duquel les trois projets primés bénéficieront d’un financement pour leurs entreprises, d’un conseiller personnel et d’un « bureau de renseignement » dans le « cyberparc » de Sidi Abdallah. Ils auront également la chance de pouvoir se rendre dans la Silicon Valley et de rencontrer des entrepreneurs travaillant dans le domaine très pointu des TIC. Les business-plans devront être présentés avant le 31 janvier de l’année prochaine pour pouvoir être retenus.

« Nous pouvons vous assurer qu’à travers une petite idée, nous pouvons mettre en place une entreprise technologique et concurrencer de grandes marques dans le domaine, » a déclaré Yacine Rahmoun, un chef d’entreprise algérien qui a trouvé le succès dans la Silicon Valley.

« L’Algérie dispose de solides compétences qui peuvent lui valoir un développement rapide si elles sont convenablement encouragées grâce à une politique qui favorise les idées innovantes », a-t-il ajouté.

Le ministre des Postes et des Nouvelles technologies, Hamid Bessalah, a déclaré pour sa part aux participants à cette conférence que l’Algérie avait enregistré des progrès importants dans le développement des dernières TIC. Il s’est fait le chantre du projet « E-Algeria 2013 », et il a souligné la nécessité de poursuivre dans cette voie pour permettre à l’Algérie de prendre sa place dans la révolution numérique.

Les participants ont félicité les organisateurs pour avoir réuni à Alger une douzaine de gestionnaires de fonds d’investissement et de sociétés des TIC de la Silicon Valley pour assister à cette conférence. Les participants ont parlé d’un regain d’espoir dans le secteur des technologies, suggérant même que l’ASI puisse déboucher à l’avenir sur un « Google – made in Algeria ».

Mohand Ouali pour Magharebia

Articles récents recommandés