Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

UPM - En direct de la conférence IPEMED, à Paris

G. Mestrallet et A. Milad lancent un Appel aux chefs d’entreprise pour “une intégration régionale solidaire”

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 15 décembre 2010 | src.LeJMED.fr
Paris -

Organisée à l’initiative de l’IPEMED, une conférence dédiée à la coopération entrepreneuriale en Méditerranée a rassemblé, mardi 14 décembre 2010 à Paris, de nombreuses personnalités et une centaine d’entrepreneurs. L’occasion, pour Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez et président du Conseil de surveillance de l’IPEMED, de lancer avec Aziz Milad, PDG de Tunisian Travel Services et vice-président du Conseil de surveillance de l’IPEMED, un Appel à une coopération entrepreneuriale accrue entre les deux rives du Mare Nostrum, ainsi que d’annoncer le lancement effectif de l’EMCC, l’Euro-Mediterranean Competitiveness Council.

Photo ci-dessus : Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez et président du Conseil de surveillance de l’IPEMED, lors de la conférence de presse de lancement de l’Appel. © Alfred Mignot - décembre 2010


JPEG - 57.3 ko
De gauche à droite sur la photo : Khater Abi Habib, PDG de Kafalat (Liban) ;Neemat G. Frem, PDG de Indevco (Liban) ; Aziz Milad, PDG de Tunisian Travel Services (Tunisie) et vice-président du Conseil de surveillance de l’IPEMED ; Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez (France) et président du Conseil de surveillance de l’IPEMED ; René Carron, ancien président du Crédit Agricole, vice-président du Conseil de surveillance de l’IPEMED ; Jean-Louis Guigou, Délégué général de l’IPEMED. © leJmed.fr - décembre 2010

Le report, par deux fois, du Sommet de l’UPM qui devait se tenir à Barcelone n’aura donc pas découragé les entrepreneurs convaincus que « le temps de la Méditerranée » est arrivé, selon l’expression de Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez et président du Conseil de surveillance de l’IPEMED (Institut de prospective économique du monde méditerranéen), en ouverture de la conférence de presse où « l’Appel des chefs d’entreprise a été lancé, au siège du groupe La Poste, l’un des membres fondateurs de l’IPEMED.

Si le temps de la Méditerranée est arrivé, commentait Gérard Mestrallet, c’est qu’aujourd’hui, ce sont le Sud et l’Est de la Méditerranée qui enregistrent la plus forte croissance – 4 à 5 % en moyenne, malgré la crise, et 6 % avant – tandis que le nord européen stagne entre 2 et 0 %…

JPEG - 62.4 ko
Les journalistes durant la conférence de presse. © leJmed.fr - décembre 2010

De ce fait, et même si les entrepreneurs s’inscrivent tout naturellement dans les perspectives de coopération inter-étatique dont l’Union pour la Méditerranée (UPM) est porteuse, « les entreprises ont aussi leur rôle à jouer pour faire de la région une zone de croissance intégrée et solidaire », déclare Gérard Mestrallet.

Mais, si le politique bafouille, bégaye ou piétine, « pour des raisons que l’on peut comprendre », admet Gérard Mestrallet, il n’en affirme pas moins que les entrepreneurs, « qui veulent bâtir des projets concrets et créer le mouvement (…) ne veulent pas que ce mouvement soit freiné par les difficultés d’ordre politique (…) Il ne faut plus attendre, avançons ! », conclut Gérard Mestrallet avant de donner lecture de l’Appel (reproduit intégralement ci-dessous), avec avec Aziz Milad, PDG de Tunisian Travel Services et vice-président du Conseil de surveillance de l’IPEMED.

JPEG - 44.7 ko
Amphi plein pour la plénière qui suivit la conférence de presse de l’IPEMED, mardi 14 décembre 2010, au siège du groupe La Poste, à Paris. © leJmed.fr - décembre 2010

Cela dit, à la conférence plénière qui suivit, Gérard Mestrallet souligna aussi que si les chefs d’entreprise avaient « décidé de ne plus attendre les politiques, nous souhaitons certes vivement qu’ils nous rattrapent ! Car nous avons besoin de cadres réglementaires pour avancer » – par exemple un traité international garantissant les investissements. De ce fait, faisait encore remarquer le PDG de GDF-Suez, « cet Appel s’adresse aussi aux politiques ».

Alfred Mignot


Le texte de l’Appel

APPEL DES CHEFS D’ENTREPRISE
DES DEUX RIVES DE LADITERRANÉE

Nous, chefs d’entreprises du Sud, du Nord et de l’Est de la Méditerranée, de l’Union européenne, de la Turquie, du Maghreb et du Machrek, constatons que :

- la Méditerranée, qui est le carrefour des trois continents européen, africain et asiatique, est un lieu de tensions politiques, mais aussi un lieu d’échanges entre civilisations et de création de valeurs ;

- Les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, moins affectés par la crise financière sont les moteurs de la croissance économique dans la région. Le temps de l’Afrique et du Proche-Orient est venu. Ces pays émergents aux portes de l’Europe sont notre avenir ;

- L’intégration économique de la région méditerranéenne dans son ensemble est plus que jamais d’actualité. Cette reconnexion Nord-Sud est déjà en œuvre dans les Amériques et en Asie orientale, et contribue fortement à la compétitivité de ces deux ensembles ; Cette intégration passera par plus de solidarité et par la recherche de complémentarités.

- Les chefs d’entreprises sont des acteurs déterminants pour la réussite de l’intégration Nord-Sud.

Nous, chefs d’entreprises du Nord, du Sud et de l’Est de la Méditerranée, considérons que :

- les problèmes politiques, culturels et religieux sont difficiles à résoudre à court terme. Nous pensons qu’il faut insister sur le développement économique et social car la misère est le terreau du fanatisme et des intégrismes de tous bords ;

- sans attendre que les difficiles problèmes politiques soient résolus, nous devons agir pour faire des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée les partenaires de l’Europe. L’avenir de l’Europe, c’est la Méditerranée, réciproquement l’avenir des pays du Sud et de l’Est passe par un ancrage à l’Europe.

- il est de notre responsabilité de contribuer à promouvoir le développement et la paix. Au-delà de nos intérêts individuels, nous avons une responsabilité économique, sociale et environnementale pour mettre en œuvre le co-développement entre les deux rives.

Nous, chefs d’entreprises de l’Est, du Nord et du Sud de la Méditerranée, décidons :

- de nous fixer comme objectif de rapprocher par l’économie les deux rives de la Méditerranée ;

- de créer un mouvement international euroméditerranéen, l’Euro-Mediterranean Competitiveness Council (EMCC) dont le lancement effectif aura lieu à Paris le 14 décembre 2010 ;

- de continuer à nous mobiliser afin d’élaborer des projets structurants concrets sur l’eau et l’assainissement, l’énergie, la sécurité alimentaire, les échanges financiers, la mobilité, les transports, la santé, la formation, en coopération avec des instances européennes et internationales compétentes. Notre ambition est de travailler à une meilleure répartition de la valeur ajoutée entre les rives de la Méditerranée.

- d’adopter une charte qui fixe les principes de notre engagement pour une intégration régionale productive, durable et solidaire.

Appel lancé par Le Conseil de Surveillance d’IPEMED :
Gérard Mestrallet
, Président ; Aziz Milad, Vice-Président ; René Carron, Vice-Président

À Paris, le mardi 14 décembre 2010


Articles récents recommandés