Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Forum Afrique 2018 du MOCI et du CIAN

Pedro Novo, Directeur des Financements de Bpifrance : « Pour gagner des marchés en Afrique, il faut tenir dans la durée »

3 février 2018
À droite sur la photo, Pedro Novo, directeur des Financements de Bpifrance. © Bruno Fanucchi
Spécialiste du financement et du développement des entreprises françaises à l’international, auquel il a consacré toute sa carrière, Pedro Novo intervient au nom de Bpifrance qui, rappelle-t-il, est « le deuxième acteur des énergies renouvelables en France ». Ce qui lui confère une forte légitimité dans la table ronde « Financements : comment bailleurs de fonds et investisseurs privés intègrent-ils la priorité climat ? », organisée dans le cadre du Forum Afrique 2018 (CIAN-MOCI*), vendredi 2 février à la CCI Paris Île de France.



Directeur des Financements de Bpifrance, qu’il a rejoint dès sa création en 2012, Pedro Novo reconnaît d’emblée qu’un peu de temps a été nécessaire pour « livrer nos prestations ». Mais il note aujourd’hui un « appétit du privé en matière d’investissement et de financement », ce qui est relativement nouveau, et se réjouit que « les grands réseaux commencent à financer des projets en Afrique ». Il donne ainsi en exemple les deux contrats signés le jour même par Vinci et BNP-Paribas, en marge de la visite du président Emmanuel Macron au Sénégal, du 1er au 3 février. La machine est donc bien sur les rails.
La visite officielle du chef de l’Etat – allé à Dakar co-présider avec le président sénégalais Macky Sall la Conférence internationale sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation – ne restera donc pas sans lendemain. La réhabilitation du centre ville de Saint-Louis du Sénégal, qui fut jadis la capitale de l’AOF (Afrique occidentale française), et de ses habitations est d’ailleurs un chantier urgent dans lequel la France a promis de s’engager financièrement.

« On a trois ans devant nous, pas plus ! »

Cherchant visiblement à rassurer investisseurs potentiels et entrepreneurs tentés par l’export, Pedro Novo rappelle que tout ce qui est produit en France constitue – pour l’exportation – ce que l’on pourrait appeler « la part française » pouvant bénéficier de la garantie de l’État, cela via le panel de solutions de l’offre Bpifrance Assurance Export : soutenir la prospection des marchés étrangers, faciliter de l’émission de cautions et de l’octroi de préfinancements par les banques, sécuriser les exportations et les investissements à l’étranger, rendre compétitifs les financements offerts aux clients étrangers, protéger des fluctuations des devises.

Un beau panel d’outils est donc désormais bien en place… que les entreprises pourraient utiliser bien plus, semble entendre le Directeur des financements de Bpifrance lorsqu’il relève et déplore que « nos entreprises françaises sont trop peu présentes » dans les pays à fort potentiel en Afrique de l’Est comme le Kenya, l’Ethiopie ou le Rwanda.
Et de rappeler, à juste titre, que « pour gagner les marchés en Afrique, il faut savoir tenir dans la durée ». C’est la règle de base trop souvent oubliée ou négligée. D’où la nécessité de fournir à tous ceux qui s’aventurent sur ce continent – pour tenter d’y réaliser des affaires et de participer ainsi au développement – « des sucres lents » (entendre notamment de bons outils financiers) qui seront l’un des ingrédient sine qua non du succès.

À la question « Quels sont aujourd’hui les atouts de la France en Afrique ? », Pedro Novo répond en citant le président ivoirien Alassane Ouattara : « Les Français ont la meilleure ingénierie au monde, mais n’ont pas les financements ». Et il enchaîne : « Maintenant, il nous faut donc y aller car la compétition est féroce, avec nos partenaires européens notamment », avant de conclure : « Les vingt-quatre prochains mois seront décisifs. On a trois ans devant nous, pas plus ! »
L’Afrique, il faut y aller ! Bpifrance est là pour aider entrepreneurs et investisseurs.

Bruno FANUCCHI

◊ ◊ ◊ 

SUR LEME SUJET :

Isabelle Bébéar, directrice de l’International de Bpifrance : « L’Afrique, c’est maintenant ! »

◊ ◊ ◊

Bpifrance (Innovation et International)

*CIAN : Conseil français des investisseurs en Afrique

*LE MOCI : Le Moniteur du commerce international

CCI Paris Île-de-France

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés