Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

La BEI prête 2 Mds € à la Grèce
pour des investissements de haute priorité

Grèce | 2 juillet 2010 | src.Grèce Hebdo
Athènes -

La Banque européenne d’Investissement (BEI) a dégagé un prêt à la Grèce de 2 Mds € pour des investissements de haute priorité, s’est félicité le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou, lors de la signature de cet accord, relevant qu’il est le signe de confiance dans l’économie grecque. Un contrat de financement à hauteur de 258 M € a également été signé, dans le cadre de l’initiative Jessica (Joint European Support for Sustainable Investment in City Areas).

Photo ci-dessus : M. Papathanassiou, Secrétaire d’État grec à l’Économie et aux Finances (à gauche) et Plutarchos Sakellaris, VP de la BEI, lors de la signature du contrat de financement de l’initiative Jessica. © BEI


Le prêt de 2 Mds € a une durée de 25 ans et est assorti d’un taux d’intérêt variant entre 2 et 4 %, le vice-président de la BEI, Ploutarchos Sakellaris, informant que ces financements aideront à couvrir des besoins économiques à long terme, citant notamment des actions pour les transports ferroviaires, les énergies renouvelables, la gestion des déchets, la recherche et l’innovation.

Cette enveloppe permettra d’encourager l’absorption des financements du Cadre national stratégique de Référence (ESPA), a précisé M. Papaconstantinou, la ministre de l’Économie, de la Compétitivité et de la Marine, Louka Katséli, informant que 30% du prêt de la BEI - à savoir 600 millions d’euros - seraient encaissés immédiatement, le solde devant l’être progressivement au fur et à mesure de la matérialisation des projets.

À propos des Chemins de fer, M. Sakellaris a fait observer que un milliard était destiné à des travaux, tels que la voie Patras-Athènes-Thessalonique, Idomeni-Promachonas et la jonction ferroviaire entre le centre commercial de Thriassio (Attique occidentale) et la station des conteineurs de Neo Ikonio au Pirée.

Signature du contrat de financement de l’initiative Jessica

La ministre de l’Économie, de la Compétitivité et de la Marine, Louka Katséli, et le vice-président de la Banque européenne d’Investissement (BEI), Ploutarchos Sakellaris, ont signé jeudi à Athènes un contrat de financement à hauteur de 258 millions d’euros dans le cadre de l’initiative Jessica (Joint European Support for Sustainable Investment in City Areas).

Il s’agit de la mise en place du fonds de capitaux Jessica, auxquels sont appelés à participer les secteurs public et privé pour des projets d’urbanisme à Athènes et en Attique. La création de ce fonds permettra d’obtenir des subventions à partir des Fonds structurels de l’UE.

Ces fonds de développement urbain devraient être opérationnels d’ici la fin de l’année, après adjudication publique, avec participation du secteur privé (essentiellement des banques), afin que les premiers projets soient annoncés dans le courant de l’année prochaine.

Mme Katséli a précisé encore que Jessica est financé à partir de subventions des programmes opérationnels régionaux gérés par les 13 régions, le principe étant non pas d’en faire un mécanisme d’aides à des travaux, mais un co-financement qui doit assurer des capitaux pour la matérialisation de projets moyens et petits, même après les financements du Cadre national stratégique de Référence (ESPA).

Pour sa part, la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement climatique, Tina Birbili, a informé que du Programme opérationnel du ministère pour l’environnement, 10 millions d’euros seraient attribués, alors que le ministère de la Culture et du Tourisme contribuerait à ce programme, comme l’a indiqué le ministre, Pavlos Geroulanos.

Enfin, le secrétaire d’État à l’Économie, Stavros Arnaoutakis, s’est référé à une enveloppe de 891 millions d’euros versée mercredi 30 juin pour financer des travaux du ESPA, alors que M. Sakellaris a précisé que ces projets de Jessica sont destinés à une partie des programmes intégrés de développement urbain, garantis pour leur qualité environnementale, ces projets pouvant être soumis par les collectivités locales, voire par des synergies secteurs public-privé.

Articles récents recommandés