Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Algérie veut son TGV vers 2025 !

Algérie | 9 septembre 2009 | src.Topactu
Alger - Si l’on en croit le site d’information topactu.net, l’Algérie voudrait bien avoir son TGV dans les quinze prochaines années, et ce avant les Marocains, qui ont prévu de construire le leur vers 2030. L’Algérie deviendrait ainsi la première nation du monde arabe à posséder une ligne ferroviaire à grande vitesse.
Vue de la Gare d’Alger

Toujours selon notre source, les Algériens auraient déjà entamé, par l’entremise de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), les démarches pour le choix de sociétés spécialisées pour l’étude d’un TGV entre les frontières algéro-tunisienne et algéro-marocaine, sur 1.200 km, ‘’avec une vitesse d’exploitation de 350 km/h’’. Et le futur TGV algérien devrait être construit parallèlement à l’autoroute Est-Ouest et traversera 24 wilayas…

Cependant, le projet n’est pas sans susciter quelques appréhensions ; d’abord la difficulté technique à le concevoir et à le mener à bon terme, ensuite son coût et l’amortissement des investissements consentis.

Rappelons qu’en 2006, la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) avait indiqué ‘’qu’il n’y aura pas de train à grande vitesse en Algérie à l’horizon 2008 et qu’il sera remplacé par un train circulant à 160km/h’’, souligne notre source. Pour les spécialistes, ce renoncement était prévisible, souci de rentabilité et de coût du projet oblige -la LGV entre Khemis Miliana et Bordj Bou-Arréridj, par exemple, avoisinait les 3 milliards d’euros, soit la moitié de l’enveloppe totale destinée aux chemins de fer en Algérie.

En tout cas, une chose est sûre, pour rentabiliser ses futures lignes TGV, la SNTF aura l’obligation de remplir ses wagons, ce qui suppose de gagner notamment la bataille du fret, mais aussi de préparer la SNTF à gérer le futur parc qui sera forcément moderne-, et donc de ‘’montrer qu’elle est prête à essayer, bec et ongles, de rattraper les retards’’.

On comprend donc qu’il y a beaucoup de préalables à remplir avant d’être la première nation arabe à posséder son TGV

Articles récents recommandés