Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

À Marseille, en direct de la IVe Semaine économique de la Méditerranée

Vieux-Port de Marseille : une gouvernance novatrice pour une semi-piétonisation et l’embellissement du site

France | 2 décembre 2010 | src.LeJMED.fr
Marseille -

La thématique des « Transports Urbains Durables » en Méditerranée a fait l’objet d’un atelier qui s’est tenu à Marseille les 29 novembre et 1er décembre 2010, dans le cadre du programme éponyme du Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI). Pour une culture méditerranéenne partagée de « bonnes pratiques », différentes tables rondes ont permis aux participants de prendre connaissance des stratégies et réalisations en cours. L’un des projets abordés, la reconfiguration du Vieux-Port à Marseille, était présenté pour la première fois en réunion publique. Point fort mis en exergue par Yves Moraine : la méthode originale de gouvernance.

Photo ci-dessus : Yves Moraine, Président de Groupe de la Majorité Municipale de la Ville de Marseille, et conseiller communautaire à Marseille Provence Métropole en charge du projet de rénovation du centre ville. © mairie de Marseille


Yves Moraine, Président de Groupe de la Majorité Municipale de la Ville de Marseille, et conseiller communautaire à Marseille Provence Métropole en charge du projet de rénovation du centre ville, a fait part de l’expérience de gouvernance partagée autour de ce projet majeur pour l’avenir de Marseille. En introduction, il rappelle que la gouvernance ne va pas de soi mais qu’il est possible d’inventer des modes originaux.
« Au vu des compétences croisées sur un tel projet, la Ville de Marseille et la communauté urbaine Marseille Provence Métropole ont voté, en février 2009, des délibérations-miroirs fixant des objectifs pour la rénovation du centre-ville, bien au-delà de la semi-piétonisation du Vieux-Port, et nous avons mis en place un système de gouvernance original : la Mission centre-ville / Vieux-Port, co-présidée par un élu de chacune des entités.

La réhabilitation
d’un « site merveilleux »

A l’écoute des usagers, des commerçants, d’experts dans d’autres villes de France, mais aussi sur la base d’une étude réalisée par l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM), nous avons défini des principes, mis en musique par des techniciens, et qui ont donné lieu à un cahier des charges et un appel à concours de maîtrise d’œuvre international.

L’enjeu est le suivant : redonner au Vieux-Port toute sa beauté et trouver une solution à l’enkystement d’un site merveilleux, qui est aujourd’hui le débouché de 3 autoroutes. Les plus grandes signatures internationales (29 équipes) se sont penchées sur le Lacydon, la baie du Vieux-Port, et ont proposé des projets permettant de le sublimer. Le projet du tandem du paysagiste Michel Desvigne et de l’architecte Norman Foster (dont les travaux sur l’aqueduc de Millau et le Carré d’Art de Nîmes sont des réussites) a eu la préférence.
Et pour preuve de la rélaité de cette gouvernance, le projet a été présenté conjointement par le Maire de Marseille, le Président de la Communauté Urbaine et le Président du Conseil Général, la semaine dernière.

« Permettre à Marseille
de redevenir la Capitale de la Méditerranée »

Le calendrier de ce chantier ambitieux sera mené en deux phases essentielles dont une première phase sera terminée pour le 1er janvier 2013, au moment où Marseille accueillera, en qualité de Capitale européenne de la Culture, dix millions de touristes. Le Vieux-Port sera alors agrémenté d’une place, une esplanade, un forum, une agora où pourront se dérouler les grandes manifestations. La deuxième phase, sur un périmètre plus large, sera terminée à l’horizon 2020. L’enjeu de développement est majeur : le tourisme est le nouvel or noir. Il permettra à Marseille de redevenir la Capitale de la Méditerranée »

Une vision détaillée du projet

Christan Brunner, pour l’AGAM, et Olivier Poulet, ingénieur de la mobilité, ont ensuite présenté le projet en détail. Les premières images de synthèse, réalisées par l’équipe Foster-Desvigne, permettent d’appréhender de manière concrète comment des principes de réduction de la place du centre-ville, d’une réappropriation par les piétons de l’accès à la mer, sont « mis en musique » par ce projet.

Les participants ont ainsi pu découvrir :

JPEG - 53.8 ko
Une des premières images de synthèse du projet Desvigne-Foster, présentée lors de l’atelier © DR

- la prépondérance donnée à un paysage de verdure, quand on arrive à Marseille par la mer (immense espace vert des Calanques au Fort St-Jean) ;

- la création d’un glacis sur carré de carénage, donc d’une vaste prairie, en pente vers le port, qui abrite un parking souterrain de bus de tourisme ;

- le quai des Belges transformé en une immense place minéralisée, pavée de granit, avec à terme seulement de voies de bus ;

- la transformation du bassin de carénage en un immense espace convivial, avec des ombrières (photo) ;

- le report du trafic routier, le renforcement des transports en commun et la mise en place de parkings en ville avec des itinéraires dédiés.

Reste à convaincre les Marseillais que les changements en cours et les travaux incessants sont à leur bénéfice. Des questions se posent et la concertation est, à n’en pas douter le ciment de ce projet ambitieux.

Nadia Bendjilali
Correspondante de LeJMED.fr à Marseille


Articles récents recommandés