Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

VIe Forum mondial de l’Eau : la BEI soutient le projet de dessalement d’eau de mer pour Gaza

Marseille -

La Banque européenne d’investissement (BEI) est naturellement très présente au VIe Forum Mondial de l’Eau, qui se tient à Marseille, du 12 au 17 mars 2012. En sa qualité d’institution financière de l’Union Européenne, la BEI est une des plus importantes sources de financement de ce secteur tant dans les 27 pays membres de l’Union, que dans une centaine de pays tiers liés à l’Union par des accords de coopération au développement. En Méditerranée, la BEI participe notamment au mouvement de solidarité internationale en faveur du peuple Palestinien, visant à doter le territoire de Gaza d’une ambitieuse installation de dessalement d’eau de mer.

Photo ci-dessus : les personnalités lors de la cérémonie d’ouverture. Au centre, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, et François Fillon, Premier ministre français. © VIe Forum mondial de l’eau


JPEG - 52.6 ko
L’eau, une problématique… globale ! © VIe Forum mondial de l’eau

Au cours de ce VIe Forum mondial de l’eau de Marseille, la BEI sera très présente, au plus haut niveau de ses experts et directions opérationnelles, dans trois débats :

- L’eau et le développement urbain - Alors que l’urbanisation de la population mondiale croît à une vitesse vertigineuse (l’OCDE estime à 3,9 milliards la population urbanisée en 2030), les acteurs du développement et les financiers doivent trouver des solutions à trois déficits : 1) celui du financement, obéré par la contrainte des ressources publiques ; 2) celui de la gouvernance du secteur et des projets tant dans le domaine technique qu’en matière de participation des populations concernées ; 3) celui de la qualité des projets tant pour leur supervision que leur mise en œuvre et la durabilité de leur exploitation.

- L’eau et l’adaptation au changement climatique - Comment prévenir et gérer l’impact du changement climatique sur la disponibilité de l’eau et la préservation de la ressource qui deviendra moins prévisible et plus irrégulière avec, selon les régions du globe, une dramatique pénurie ou une abondance également destructrice ? Depuis le COP 15 (Copenhague, 2009), la BEI coopère étroitement avec les acteurs financiers européens du développement pour améliorer l’efficacité des actions d’adaptation au changement climatique et identifier les meilleures solutions pour leur financement.

- La valorisation des ressources non-conventionnelles, telles que la réutilisation des eaux traitées pour l’agriculture ou l’industrie, ou le dessalement de l’eau de mer. Dans cette perspective, la BEI participe au mouvement de solidarité internationale en faveur du peuple Palestinien visant à doter le territoire de Gaza d’une ambitieuse installation de dessalement d’eau de mer d’une capacité, à terme, de 100 millions de M³, complétée par une refonte du système d’adduction et de distribution de l’eau potable aux 1,6 millions de gazaouis. Aux côtés des donateurs arabes et européens réunis au Forum par le Premier Ministre François Fillon et le Dr. Salam Fayyad, Premier Ministre de l’Autorité Palestinienne, la BEI apporte son expertise technique sur la définition technique du projet et de son cadre de fonctionnement, ainsi que pour la gestion des dons accordés par la Communauté internationale.

Par ailleurs, la BEI présentera au Forum Mondial de l’Eau, aux côtés de ses partenaires du Centre de Marseille pour l’Intégration (CMI), plusieurs études dont elle est co-auteur avec le PNUE (Plan Bleu), l’AfD et la Banque mondiale : le rapport sur la réutilisation des eaux usées traitées, celui sur le coût de la dégradation environnementale et celui sur la croissance verte en Méditerranée.

Le CMI, dont la BEI est co-fondatrice avec la Banque mondiale, est une plateforme d’assistance technique à la modernisation des politiques publiques au Sud et à l’Est de la Méditerranée dans plusieurs secteurs, dont celui de l’eau. Le CMI est un bon exemple du travail multipartenarial qui permet d’enrichir les points de vue et identifier des solutions innovantes (voir le site : www.cmimarseille.org).


16 milliards d’euros dans 141 projets autour de l’eau

Au cours des cinq dernières années, la BEI a investi plus de 16 milliards d’euros dans 141 projets intéressant l’accès à l’eau potable, la collecte et le traitement des eaux usées, la gestion rationnelle de l’eau (notamment en milieu urbain et en adaptation au changement climatique – ce dernier objectif ayant retenu plus d’1 milliard d’euros), la dépollution des ressources, la valorisation des ressources non conventionnelles (dessalement d’eau de mer, réutilisation des eaux usées traitées), la prévention des catastrophes naturelles et la réhabilitation des ressources après de telles catastrophes.

La BEI place son action en faveur de l’eau dans le cadre de ses politiques de prévention des impacts du changement climatique et de protection de l’environnement, en référence aux objectifs définis par la Commission européenne en matière de changement climatique (Livre Blanc de 2009) et de croissance inclusive et durable (« Europe 2020 ») ; grâce aux mandats qui lui sont confiés dans et hors de l’Union, la Banque est ainsi la seule des institutions financières du développement qui soit présente sur les cinq continents au soutien du secteur de l’eau.

À l’extérieur de l’Union, la BEI a consacré plus de 2 milliards d’euros sur la période 2007-2011 pour des investissement couvrant l’ensemble du spectre de la gestion de l’eau et de l’adaptation au changement climatique en Méditerranée du Sud et de l’Est, dans les pays ACP, en Europe orientale, en Amérique latine et Asie. Elle a ainsi participé à la forte mobilisation des bailleurs de fonds internationaux pour accroître la part consacrée à l’eau dans les flux d’aide publique au développement, en réponse à l’appel de M. Michel Camdessus lors du Sommet de Kyoto de 2003.
De fait, le financement de l’eau représente à présent 8 % de l’APD et cet effort a été maintenu, malgré la crise économique mondiale, afin que ce secteur soit relativement immunisé des préoccupations de court terme.

En préparation du 6e Forum, la BEI a travaillé de concert avec l’Agence française de Développement (AfD) pour orchestrer et coordonner les contributions des preneurs d’intérêt et acteurs de l’eau sur les questions relatives au financement du secteur et à l’identification des priorités en la matière. Nombre de ces contributions sont publiées sur la « plateforme des solutions » du Forum et seront retenues dans les recommandations et conclusions.

◊ ◊ ◊

Site du VIe Forum mondial de l’eau de Marseille

Site de la Banque européenne d’investssement (BEI)

Articles récents recommandés