Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Ph. de Fontaine Vive (VP BEI) et Ahmad Massa’deh (SG UPM) signent un Mémorandum d’accord

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 19 janvier 2011 | src.LeJMED.fr
Barcelone -

Lundi 17 janvier à Barcelone, au Palau Pedralbes où siège le Secrétariat général de l’UPM, Ahmad Massa’deh, Secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée (UPM), et Philippe de Fontaine Vive, Vice-Président de la Banque Européenne d’investissement (BEI), et « patron » de la FEMIP, ont signé un Mémorandum d’accord (MoU) afin d’établir une étroite collaboration dans la région Méditerranée dans les domaines économique, social et du développement durable, en étroite relation avec les priorités de l’UPM.

Photo ci-dessus : Philippe de Fontaine Vive, VP de la BEI et "patron" de la FEMIP (à gauche) et Ahmad Massa’deh, Secrétaire général de l’UPM, lors de la conférence de presse du lundi 17 janvier 2011 au Palau Pedralbes de Barcelone, siège de l’UPM. © © LeJMED.fr - janvier 2011


Une vue de la conférence de presse © LeJMED.fr - janvier 2011

Les six priorités de l’UPM, on le sait, furent arrêtées dès le 13 juillet 2008, lors du Sommet fondateur de l’UPM, à Paris. Ce sont : la dépollution de la Méditerranée, les Autoroutes de la mer, la protection civile, les énergies renouvelables (PSM, Plan Solaire Méditerranéen), l’éducation supérieure et la recherche (Université Euro-Méditerranéenne), l’initiative pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME).

C’est donc au regard de ces priorités que s’inscrit la signature de ce Mémorandum d’accord (MoU), car, ainsi que le rappelait le VP de la BEI Philippe de Fontaine Vive, « les priorités de l’UPM sont les nôtres ».

Six axes concrets d’actions conjointes

Le MoU signé lundi vise six axes concrets d’actions conjointes :

- Échanger l’information afin de promouvoir la mise en oeuvre des projets prioritaires de l’ UpM ;

- Promouvoir les projets UpM afin de faciliter les financements et la mise en oeuvre des projets prioritaires de l’UpM ;

- Promouvoir une meilleur compréhension de la région ;

- Améliorer la visibilité et sensibiliser les parties prenantes sur les projets prioritaires de l’UpM ;

- Développer des réseaux afin de mettre en œuvre leur stratégie globale.

- Détachement de personnel : la relation privilégiée entre la BEI et le Secrétariat général de l’UpM se traduira également par le détachement de deux experts de la BEI au sein du Secrétariat, in situ.

Se félicitant de cet accord, Philippe de Fontaine Vive observa qu’il installe une « relation de coopération de longue durée », tandis que Ahmad Massa’deh, SG de l’UPM, affichait également sa satisfaction, tout en soulignant que « cette coopération est ouverte à tous ceux qui le souhaitent, ils seront les bienvenus ! ». Et d’expliquer que « l’investissement et la facilitation des investissements sont d’une importance cruciale pour la création d’emplois et le financement d’infrastructures essentielles régionales et transnationales dans la région Méditerranéenne (…) [Avec le MoU] deux institutions régionales joignent ainsi leurs efforts au profit d’une région qui a besoin de nouvelles sources d’emplois, de capital et d’investissement à forte intensité de main d’œuvre ainsi que de projets tangibles et concrets qui permettent d’influer durablement sur la vie de ses citoyens ».

Pour sa part, Philippe de Fontaine Vive, vice-Président de la BEI et "patron" de la FEMIP – qui a investi 2,6 Mds € dans le Bassin méditerranéen en 2010 – déclara être « convaincu que la collaboration étroite et fructueuse entre la BEI et le Secrétariat de l’UPM est la réponse la plus efficace aux défis actuels auxquels doit faire face la région méditerranéenne, notamment l’économie, le développement durable, la cohésion sociale et l’emploi.

Cet accord permettra de soutenir et d’accélérer la mise en œuvre des priorités de l’Union pour la Méditerranée ».

Enfin, interrogé par LeJMED.fr sur la nécessité d’un engagement fort dans le Sud de la Méditerranée de la part de l’Union européenne et de l’UPM, Philippe de Fontaine Vive a affirmé avec conviction que « l’UE et l’UPM doivent apporter un soutien renforcé à la Tunisie » nouvelle.

© Alfred Mignot


Articles récents recommandés