Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril)

Tèi Konzi, commissaire togolais chargé du Commerce : « La CEDEAO prépare activement son marché commun »

28 avril 2018
Tèi Konzi, commissaire togolais chargé du Commerce, lors de son intervention au Forum économique africain de Tunis, le 24 avril 2018. © Capture DR
Tout nouveau commissaire chargé du Commerce, des Douanes et de la Libre circulation, le Togolais Tèi Konzi souligne l’attractivité de la CEDEAO que la Tunisie va rejoindre en qualité de « membre observateur » lors de son prochain Sommet, fin juin à Lomé. Il dresse aussi la liste les avancées de l’organisation pour résoudre les défis auxquels est confrontée l’Afrique de l’Ouest.

De notre envoyé spécial à Tunis, Bruno Fanucchi

« Il nous faut créer un environnement propice à la croissance qui constitue la seule réponse pour que nos enfants restent chez nous » et évitent ainsi les mirages de la fuite au nord de la Méditerranée, où ils croient trop facilement trouver une vie meilleure. Le langage de Tèi Konzi est direct mais bien vu, car l’Europe et particulièrement les pays du sud de l’Europe comme la France, l’Espagne ou l’Italie sont aujourd’hui confrontés à une vague d’immigration qui ne peut qu’aller qu’en s’aggravant. Si, du moins, des mesures économiques significatives ne sont pas rapidement prises dans les pays d’origine pour tenter de fixer chez eux les candidats à l’aventure. Un discours qui a le mérite de la franchise et fixe parfaitement le cap.

Créée le 28 mai 1975 pour combattre la pauvreté, promouvoir l’intégration économique africaine et donner naissance un jour à un « marché commun », la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), que préside actuellement le président togolais Faure Gnassinbgé, en a bien conscience et tente de prendre des initiatives pour freiner ce flux à sens unique. Et accélérer, en revanche, l’intégration africaine pouvant donner un peu d’espoir aux jeunes qui manquent souvent d’opportunités dans leur propre pays. C’est donc une course contre la montre.

« L’attractivité de la CEDEAO
se vérifiera au Sommet de Lomé »

Il paraît donc urgent pour les Africains d’unir leurs forces et de s’organiser davantage, en faisant par exemple mieux fonctionner les institutions déjà existantes. S’il fallait donner une seule preuve de l’attractivité qu’exerce désormais la CEDEAO, on la trouverait dans la volonté de la Tunisie de rejoindre au plus vite l’organisation en qualité de « membre observateur », même si elle ne fait pas partie à proprement parler de l’Afrique de l’Ouest géographiquement. Et cela se fera en principe lors du prochain Sommet de la CEDEAO qui se tiendra fin juin à Lomé (Togo) sous la présidence du numéro un togolais, Faure Gnassingbé.

Au cours de ce même sommet, le Maroc devrait, quant à lui voir sa candidature approuvée, tandis que la Mauritanie réintégrera l’organisation, qu’elle avait quittée en 2000 pour se consacrer à l’Union du Maghreb Arabe. « Pour la CEDEAO, ce sera donc un sommet important : l’attractivité de l’organisation se vérifiera à Lomé », observe Tèi Konzi, nommé le 22 février dernier commissaire de la CEDEAO chargé du Commerce.

Quels sont donc les avantages économiques que procure la CEDEAO à ses États membres comme à leurs citoyens ? Il peuvent voyager sans visa dans les quinze (et bientôt dix-sept) pays de l’organisation, et cela est bien sûr appréciable. « Cette libre circulation des personnes, des biens et des services fonctionne très bien », souligne le commissaire togolais qui, dans la foulée, passe en revue les différents dossiers en cours de la Communauté, dont l’objectif est de créer à terme le « citoyen de la CEDEAO » et de lui simplifier la vie quotidienne.

Projet d’adoption d’une carte
d’identité biométrique commune

Dans ce schéma de libéralisation des échanges commerciaux, une circulation sans entrave – c’est-à-dire sans droits de douane – a été déjà prévue pour les produits agricoles, les produits industriels fabriqués localement et toutes les marchandises circulant dans la sous-région.

« Depuis le 1er janvier 2015, ajoute Tèi Konzi à titre d’exemple, un tarif commun de taxation de 35 % a été mis en place pour protéger les productions communautaires, notre commerce et les investissements pour la période 2015-2020 ». Un Code des douanes de la CEDEAO a ainsi été conçu pour arriver à une meilleure harmonisation des procédures douanières avec les autres pays africains, et assurer une plus grande sécurité juridique pour les investissements réalisés dans cette zone économique.

Et quelles sont les prochaines grandes avancées prévues ? « Il y a notamment le projet d’une carte d’identité biométrique de la CEDEAO et son adoption facilitera encore un peu plus demain la libre circulation de nos concitoyens » se déplaçant déjà sans visa d’un pays à l’autre. 
« Autant d’efforts d’intégration qui préfigurent le marché commun que la CEDEAO prépare activement », conclut Tèi Konzi, mais dont personne cependant ne connaît encore l’échéance exacte, puisque cela se construit pas à pas. Car, pour être efficace et aller jusqu’au bout, il ne faut jamais griller les étapes. Le célèbre proverbe africain ne dit-il pas : « Seul, on va plus vite. Mais ensemble on va plus loin » ?

◊ ◊ ◊

TOUS NOS ARTICLES SUR CET ÉVÉNEMENT :

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Issad Rebrab, président du groupe Cevital : « Il faut désenclaver l’Afrique et dessaler l’eau de mer ! »

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Radhi Meddeb : « À nous, Africains, de nous mobiliser pour le développement de notre continent ! »

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Taieb Baccouche, SG de l’UMA : « L’accord de libre-échange de Kigali est un pas très positif pour l’intégration africaine »

Au Forum économique africain de Tunis - Radhi Meddeb : « La Tunisie a pris le chemin vertueux de l’ouverture économique à l’Afrique »

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Tèi Konzi, commissaire togolais chargé du Commerce : « La CEDEAO prépare activement son marché commun »

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Anis Jaziri, Fondateur et SG du Tunisia-Africa Business Council (TABC) : « Le déploiement en Afrique est vital pour les entreprises tunisiennes »

Au Forum économique africain de Tunis - Omar Behi, ministre tunisien du Commerce : « Ce forum relance les relations tuniso-africaines »

Au Forum économique africain de Tunis (24-25 avril) - Khaled Igue, Pdt du Club 2030 Afrique : « L’entreprise sera pour l’Afrique la solution du XXIe siècle »

◊ ◊ ◊