Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Stéphane Konan, Commissaire général du salon : « ShieldAfrica propose des outils pour sécuriser le développement de l’Afrique »

5 janvier 2019
Stéphane KONAN, fondateur et commissaire général du Salon international ShieldAfrica. © DR et AP.P
La Ve édition du Salon international ShieldAfrica, consacré aux questions de sécurité et de défense, se déroulera du 21 au 24 janvier prochain à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, avec pour thème principal « Protection et contrôle des frontières ». Entretien avec Stéphane KONAN, fondateur et commissaire général du Salon, qui met notamment en exergue les bienfaits économiques de frontières plus sûres.

.

Propos recueillis à Abidjan par Bruno FANUCCHI

.

Vous organisez en janvier à Abidjan la Ve édition du Salon ShieldAfrica, dont vous êtes le Commissaire général. Quels seront les thèmes et nouveautés de ce Salon ?

Stéphane Konan - Le Salon international ShieldAfrica 2019 se déroulera du 21 au 24 janvier au sein de l’École de Police d’Abidjan. Placé sous le parrainage du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, il traitera comme les éditions précédentes des multiples besoins en sécurité du Continent.

La tendance majeure de cette édition 2019, c’est l’internationalisation du Salon avec de plus en plus de pays participants. Les 150 exposants inscrits aujourd’hui viennent de 25 pays différents, tous les continents étant représentés. ShieldAfrica est en train de devenir dans le monde entier le Salon de référence pour le marché africain.

Avec pour thème « Protection et contrôle des frontières », ce Salon se veut donc aussi un outil dans la lutte contre le terrorisme en Afrique ?

Stéphane Konan - Le principal problème des frontières en Afrique est leur étendue : 89 000 km de frontières terrestres à surveiller. C’est un véritable défi. Alors, bien sûr, cette surveillance constitue un des outils de la lutte contre le terrorisme et de nombreux États coopèrent sur leurs frontières communes pour les surveiller avec efficacité. Mais il faut aussi noter que ces frontières représentent des zones de mouvements des populations et de transit des marchandises. Des frontières bien gérées sont une ressource économique pour les pays riverains.

ShieldAfrica permet à de nombreux décideurs africains, à des représentants des administrations et aux forces de sécurité et de défense de rencontrer des industriels qui proposent des outils, non seulement pour le contrôle régalien des frontières, mais aussi pour leur valorisation économique : identité des personnes et traçabilité des marchandises sont les premiers outils de la bonne gestion des frontières.

Combien de pays, de délégations étrangères et de visiteurs sont attendus ? Et combien d’exposants y participeront ?

Stéphane Konan - Les autorités ivoiriennes ont officiellement invité les ministres de l’Intérieur et les ministres de la Défense de plus de 50 pays d’Afrique. Certains seront peut-être représentés par leurs directeurs de la Police ou leurs Chefs d’État-major. Il y aura aussi beaucoup de personnalités politiques, des représentants des forces de sécurité et de défense, mais aussi des responsables privés de la sécurité de tous les points sensibles : ports, aéroports, etc. Nous attendons une soixantaine de délégations officielles et au moins 3 000 visiteurs professionnels.

Nous avons également invité les représentants de toutes les organisations internationales présentes à Abidjan et en Afrique comme l’ONUCI, la BAD, la Banque Mondiale, le FMI, la FAO, l’Union Européenne, le CICR, etc.

La sécurité aux frontières,
un besoin partagé

Ce Salon sera précédé cette année encore d’une grande conférence internationale ayant pour thème « Les frontières en Afrique » avec la participation de nombreuses personnalités invitées. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Stéphane Konan - Une conférence internationale va en effet réunir au Sofitel Ivoire le 21 janvier, à la veille du Salon, de grands responsables africains autour du thème : « Des frontières terrestres, maritimes et aériennes vivantes et régulées, conditions du développement de l’Afrique ». Elle est placée sous le parrainage du ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko. Les nombreuses délégations invitées au Salon participeront bien sûr à cette conférence. Les exposants du Salon seront aussi présents et pourront rencontrer de manière informelle les différentes délégations.

Au programme, plusieurs tables rondes sur les thématiques suivantes : « La frontière, enjeu régalien », « La frontière, ressource économique », « Sécurité des frontières terrestres », « Sécurité des frontières maritimes », « Sécurité des frontières aériennes » …

Pourquoi avez-vous créé ce Salon ShieldAfrica à Abidjan, en 2013… Quelle était alors votre ambition ?

Stéphane Konan - Nous sommes partis du constat que notre continent n’abritait pas de rencontres périodiques de haut niveau consacrées à la défense et à la sécurité. Le Salon a donc été créé en 2013 pour répondre en Afrique aux défis sécuritaires d’un continent en plein développement. Au sortir de plusieurs années de crise, la Côte d’ivoire renouait avec une forte croissance qui nécessitait sécurité et stabilité. Ce besoin partagé par de nombreux pays africains nous a amenés à créer ShieldAfrica.

Ville moderne en pleine expansion, disposant d’un aéroport international, d’un grand port, d’hôtels de haut niveau, Abidjan possède tout ce qu’il faut pour organiser des événements du type de ShieldAfrica. Nous y avons organisé les deux premières éditions et, après une troisième édition à Libreville (Gabon), nous sommes revenus à Abidjan pour poursuivre le développement du Salon.

On parle souvent de ShieldAfrica comme le rendez-vous incontournable des professionnels de la Défense et de la Sécurité en Afrique… est-ce pertinent ?

Stéphane Konan - Les succès des salons de 2013 à 2017 confèrent à ShieldAfrica une notoriété qui dépasse aujourd’hui les frontières de l’Afrique. ShieldAfrica est en effet devenu un Salon de référence en matière de sécurité. C’est une véritable plateforme de rencontre des professionnels de la sécurité et de la défense en Afrique.

C’est avant tout un Salon africain, qui met en avant l’incroyable potentiel de développement du continent et propose des outils pour le sécuriser. Ce Salon apporte des solutions venues du monde entier à tous les États qui composent le continent. Il doit leur permettre de suivre les tendances et innovations du secteur et de sélectionner et choisir les équipements et services répondant au mieux à leurs besoins.
C’est aussi l’occasion lors des conférences de réfléchir aux évolutions possibles de la Sécurité et de la Défense dans le but de pérenniser le développement du continent.

« Abidjan génère des affaires
pour toute la sous-région »

Pourquoi ShieldAfrica se déroule-t-il maintenant tous les deux ans ?

Stéphane Konan - Annuel au départ, ShieldAfrica est devenu biennal en 2017 comme tous les grands salons de sécurité et de défense. Le calendrier des salons dans le monde est très chargé. En Afrique, je note le salon AAD à Pretoria et le salon EDEX en Égypte. Le rythme biennal permet de mieux s’intégrer dans ce calendrier général des salons.

J’ai conduit personnellement le développement de ShieldAfrica durant les trois premières éditions. Mais le développement du Salon devenant incompatible avec mes autres activités professionnelles, j’ai sollicité l’appui du COGES, société qui organise le salon numéro 1 mondial en ce domaine : Eurosatory. COGES a apporté son savoir-faire reconnu.

De mon côté, j’ai gardé la fonction de Commissaire général du Salon pour que ShieldAfrica ne perde pas son ADN africain d’origine. Cette coopération a permis de poursuivre le développement du Salon. Elle s’inscrit dans le long terme pour faire de ShieldAfrica, année après année, un événement de référence incontournable.

Peut-on aussi en mesurer les retombées économiques, pour la Côte d’Ivoire et la sous-région ?

Stéphane Konan - ShieldAfrica n’est pas le seul salon à Abidjan. Agriculture, exploitation minière et pétrolière, emballages, imprimerie, télécommunication, photovoltaïque, tourisme, cacao, architecture, etc. Tous ces domaines font l’objet de salons et de forums d’importance. Abidjan devient chaque jour un peu plus un carrefour économique de l’Afrique, générant des affaires pour toute la sous-région.

Tous ces événements, soutenus par une politique ambitieuse du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, participent au développement local : trafic aérien, nuitées d’hôtels, prestataires de montage des salons, transitaires, restaurateurs, etc. C’est toute une économie génératrice d’emplois qui se développe avec le monde des salons. On peut souhaiter qu’Abidjan se dote d’un centre d’exposition moderne ; le projet existe dans la zone de l’aéroport et j’espère qu’il verra le jour rapidement.

Vous êtes un spécialiste reconnu de la cyberdéfense et de la cybersécurité qui, à coup sûr, ne seront pas absentes du Salon…

Stéphane Konan - Tout à fait, les domaines de la cybersécurité et de la cyberdéfense sont des composantes à part entière de ShieldAfrica. Parmi les exposants qui seront présents cette année sur le Salon, on peut trouver Airbus, Atos, Rafael, Tracip, Q-Cyber, Verint, Thales et bien d’autres... Venez les rencontrer à ShieldAfrica !

◊ ◊ ◊

Première publication de cet entretien le 17 décembre 2018, sur notre site partenaire www.lafriqueaujourdhui.net

LIENS UTILES

AGENDA ABIDJAN, 21-24/01/2019 -
Succès annoncé du Salon SHIELD AFRICA

EN SAVOIR PLUS, SUR LE SITE DE L’ÉVÉNEMENT
Cliquer sur l’image ci-dessous :

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Articles récents recommandés