Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Radhi Meddeb, Président d’IPEMED :
« Pour une banque méditerranéenne »

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 1er novembre 2010 | src.IPEMED
Paris - Lors de l’entrevue exclusive accordée à LeJMED.fr, le 22 septembre 2010, Radhi Meddeb, Président d’IPEMED, affirmait sa conviction sur la pertinence de la création d’une Banque dédiée au développement de la Méditerranée. Il « récidive » dans son éditorial du dernier IPEMED News (n°14) et insiste sur l’urgence que « les diplomaties se saisissent du dossier et fassent le travail d’explication »…
Photo ci-dessus : Radhi Meddeb, Président d’IPEMED © leJmed.fr - 09/ 2010

Pour une banque méditerranéenne

par Radhi Meddeb, Président d’IPEMED

Le 25 août dernier, Charles Milhaud
présentait au président Sarkozy le rapport
de la commission qu’il avait présidée
sur le financement du codéveloppement
en Méditerranée.

Il y a là une question
de forme et de fond. Sur le fond, la
commission a confirmé les résultats
de multiples travaux réclamant, depuis
vingt ans, la création d’une institution
financière dédiée à la région.
Nous connaissons les oppositions
passées : du Trésor français à la Banque
européenne d’investissement (BEI), aux
États du Nord et du Sud, chacun y allant
avec son argumentaire : « Intermédiation
supplémentaire induisant un surcoût
de la ressource », « Le Sud ne manque pas
d’argent » ou encore « Pas d’institution
commune tant que le problème israélo-
palestinien n’est pas résolu ».

Pour la première fois, un rapport officiel
préparé à la demande des plus hautes
autorités d’un État influent et engagé,
envisage parmi trois scénarios, celui
de la création d’une banque. Il y a
là un progrès fantastique. Le constat
est limpide : l’Europe a besoin du Sud
de la Méditerranée pour accélérer
sa croissance. Les besoins de cette région
sont immenses. Ils appellent la
mobilisation du secteur privé national
et régional. Une institution financière
pourra y contribuer d’abord
par la symbolique, ensuite par la méthode
et la gouvernance et enfin par l’exemple.

Mais, il y a aussi la forme. Le rapport
représente le point de vue de la France.
Même si la commission a été quelque peu
élargie à des représentants d’autres pays
de la région, l’Allemagne n’y est pas.

Il est urgent que les diplomaties se
saisissent du dossier et fassent le travail
d’explication, nécessaire pour une
appropriation minimale du rapport
par tous.

Faute de quoi, cette initiative
risque de rester lettre morte. Le passé
récent nous montre en effet que
la Méditerranée n’a aucune chance
d’avancer sans le génie de la France,
la sensibilité de l’Italie et de l’Espagne,
le volontarisme de l’Allemagne
et l’adhésion de tous.

Radhi Meddeb
Président d’IPEMED

Télécharger IPEMED News sur le site IPEMED

Sur le même thème :

- Radhi Meddeb, Pdt IPEMED : « Oui, je crois à la création d’une Banque dédiée au développement de la Méditerranée »

Articles liés :

- Le rapport Milhaud remis à Nicolas Sarkozy incline pour la création d’une vraie Banque de l’UPM

- Jean-Louis Guigou et Radhi Meddeb :
« La sortie de crise passe par la Méditerranée ! »

- Les « Humeurs Méditerranéennes » de Jean-Louis Guigou :
« Trois bonnes nouvelles et une menace »

- Autres articles de Jean-Louis Guigou, Délégué général fondateur de l’IPEMED

- Autres articles relatifs à l’IPEMED

Et aussi :

- Elisabeth Guigou : « L’avancée de l’UPM est vitale,
sinon nous disparaîtrons des radars de l’Histoire »

- Frédéric Dussart, VP EMC² : le « cloud computing »,
une opportunité pour les pays émergents


Articles récents recommandés