Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’UPM, mode d’emploi… en France

Mohamed Mebtoul : « Il nous faut montrer
des héros positifs franco-méditerranéens »

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 27 février 2010 | src.leJMED.fr
Paris - Aujourd’hui, à l’heure où l’Union pour la Méditerranée (UPM) piétine, Mohamed Mebtoul, qui dirigea la célèbre émission « Mosaïque », propose de lancer une émission qui illustrerait les liens culturels et humains entre les deux rives de la Méditerranée. Les dirigeants de France Télévision se disent d’accord avec le projet. Mais le feu vert opérationnel tarde à se concrétiser…

Photo ci-dessus : Mohamed Mebtoul © Alfred Mignot - février 2010


Durant dix ans, de 1977 à 1986, tous les dimanche matin entre 10 h et midi, des millions de Français se sont passionnés pour l’émission « Mosaïque », imaginée et réalisée par Mohamed Mebtoul.

Pour beaucoup, ce fut leur première fenêtre ouverte sur une découverte fascinante des cultures sud-méditerranéennes ; pour d’autres, très nombreux eux aussi, ce fut le moyen de rester en contact avec cette rive sud du Mare nostrum dont ils étaient originaires, à une époque où la télé satellitaire était encore rare, et où l’Internet n’existait pas. Pour tous, c’était une manière de se reconnaître les uns les autres, en apprivoisant leurs différences, en se séduisant parfois, souvent…

Et puis un jour de mars 1986, à l’époque dite de « la première cohabitation » le giscardien François Léotard succéda à Jack Lang à la tête du ministère de la Culture et de la Communication. Quelque temps plus tard, sans que l’on sache vraiment pourquoi – Mosaïque avait débuté sous Giscard – l’émission cessa…

Créer une nouvelle émission dans l’esprit de "Mosaïque"

Un quart de siècle plus tard, ceux qui l’ont connue ne l’ont pourtant pas oubliée. Et ceux qui s’intéressent à la construction de l’UPM encore moins. Mohamed Mebtoul, réalisateur de Mosaïque, est bien sûr de ceux-là :

« A l’heure de l’Union pour la Méditerranée, il nous faut plus que jamais une émission dans l’esprit renouvelé de Mosaïque, qui illustrerait la convivialité, le rapprochement entre les gens, incitant les uns à la connaissance du pays d’accueil – la France – et les Français à la connaissance de leurs voisins du sud, quand ce n’est pas des cultures de pays dont nombre d’entre nous, ou leurs parents, sont originaires…
Je crois que la crédibilité de la France, qui affiche volontiers sa volonté d’intégration – substantif par ailleurs ambivalent – en sortirait grandie, ainsi d’ailleurs que son engagement en faveur du magnifique projet d’Union pour la Méditerranée ! »

Ainsi, en toute cohérence, Mohamed Mebtoul essaie depuis un certain temps déjà de convaincre les décideurs de France Télévisions de lancer une émission qui, sans entrer ici dans les détails encore confidentiels de son contenu, exprimerait notre manière de construire et de vivre ensemble « la diversité positive à la française ».

« L’émission, explique Mohamed Mebtoul, serait un espace d’expression, en phase avec la réalité de la vie de nos concitoyens, qui montrerait aussi des héros positifs, contribuerait à promouvoir le civisme, et aussi, il faut le dire, à réhabiliter la société française parfois excessivement dénigrée ».

Une émission très républicaine, en somme, dont on entrevoit aisément les effets « pacificateurs » et participatifs qu’elle pourrait générer. Alors, on se demande bien pourquoi les principaux dirigeants de France Télévision – qui, en privé, ont chacun reconnu leur intérêt pour le projet – tardent tant à donner un feu vert opérationnel à Mohamed Mebtoul. Pourtant, le temps presse : en juin prochain, l’équipe dirigeante de France Télévision sera renouvelée…


© Alfred Mignot


***

L’UPM, mode d’emploi… en France

Philippe Labarde : « Il faudrait une émission mensuelle
sur le vivre-ensemble positif de notre diversité »

Philippe Labarde, qui fut co-fondateur et Directeur de la rédaction du quotidien « La Tribune », puis membre du CSA, nommé par Philippe Séguin, fait aujourd’hui figure de sage du paysage médiatique français. Un « sage » à la verve toujours incisive, car jamais polluée par aucune langue de bois (1). Echange, à propos de la Méditerranée, et de sa médiatisation… dans la République !

JPEG - 59.3 ko
Philippe Labarde © leJmed.fr 2010

La brasserie Vagenende, boulevard Saint-Germain à Paris, est l’un des lieux où Philippe Labarde a ses habitudes. En ce jeudi de la mi-février, alors que la température s’adoucit un peu, et que le débat sur l’identité nationale s’est finalement enlisé dans les marais obscurs de l’insignifiance et de l’oubli – on n’en parle presque plus, ce sont l’endettement de la Grèce et la fragilité de l’euro qui font désormais débat – Philippe Labarde nous a donné rendez-vous pour échanger, à propos de l’Union pour la Méditerranée, abordée sous le prisme inattendu de… la République !

Philippe Labarde, qui fut un ardent militant anti-Maastricht et anti « euro monnaie unique » – à la limite, il aurait pu s’accommoder d’un « euro monnaie commune » –, s’amuse un instant des déboires de l’euro, citant avec délectation le spéculateur Soros avec lequel il est pour une fois d’accord pour pointer les lacunes du système euro et puis, à sa manière unique, en vient sans détour au sujet pour lequel nous étions convenus de nous retrouver : « La Méditerranée ? Mais, on le voit bien, on le sait bien que cela nous parle autant, sinon plus encore, que l’Europe ! On nous a amusés avec les racines chrétiennes de l’Europe, rappelez-vous ! Il aurait été plus pertinent de parler de nos racines méditerranéennes ! Tout le monde n’en aurait pas forcément été d’accord, mais cela reste une réalité irréfutable, que l’on ait lu Braudel ou pas ! »

leJmed.fr – Et l’Union pour la Méditerranée ? Quel est votre sentiment ?

Philippe Labarde – A l’évidence, le projet est ensablé ! On n’en parle jamais ! Nicolas Sarkozy l’a lancé, inspiré par Henri Guaino, et puis… rien ! Silence radio !

leJmed.fr – Quels sont les points de blocage, selon vous ?

Philippe Labarde – La France est dans l’Europe ! A partir du moment où le projet a été européanisé, il s’est ensablé ! Il est sûr que le regard porté par l’Europe du nord sur ce dossier n’est pas le même que le nôtre. Et politiquement, les freins sont nombreux : le conflit israélo-palestinien, la partition de Chypre, l’avenir du Sahara occidental… L’UPM peut-elle surmonter toutes ces tragédies, contribuer à résoudre les conflits ? Je ne saurais le prédire… Pour finir, il y a aussi l’antagonisme qui perdure parfois entre anciens colonisateurs et colonisés. Mais là, nous avons tout de même une capacité à agir !

leJmed.fr– Comment cela ?

Philippe Labarde – Mais, dans la République !… Nous avons en France des citoyens issus des vagues successives de migrants italiens, espagnols, portugais, maghrébins. Or, les médias nous montrent essentiellement les conflits qui surviennent entre les uns et les autres. Ils font leur boulot, d’accord ! Mais, il faudrait aussi montrer comment nous tous avons une capacité positive à vivre ensemble. Comment on peut à la fois appartenir à une communauté et, sans pour autant la renier, devenir pleinement un citoyen français.

leJmed.fr – Cette « capacité positive à vivre ensemble » que vous évoquez, c’était l’esprit même de la fameuse émission « Mosaïque », dans les années 1980, et que réalisait le franco-algérien Mohamed Mebtoul, qui s’efforce d’ailleurs actuellement de lancer une émission dans le même esprit [LIEN vers article 2]. Alors, je pose la question à l’ancien membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel que vous êtes : aujourd’hui, avec les problèmes « identitaires » qui perdurent chez certains jeunes issus de l’immigration, et au moment même où l’UPM cherche à se relancer [ici LIEN vers autre article] ne serait-ce pas le moment de créer une émission TV qui s’en inspirerait, et diffusée en première partie de soirée ? Cette émission ne relèverait-elle pas d’une évidente utilité publique ?

Philippe Labarde – Elle relèverait bien, en tout cas, du périmètre du Service public ! Au sens où l’on entend le service de la Nation, et de la République ! Car il ne s’agirait en aucun cas de réaliser une émission communautariste, comme il en existe déjà – “B to B”, comme Black to Black, ou Beur to Beur ! –, mais une émission du mieux vivre ensemble. Encore une fois, les actualités nous montrent beaucoup les affrontements, les violences, les craintes, la peur… Il faut aussi montrer l’autre côté, celui de l’espérance ! Donner à voir comment s’organisent les solidarités, rendre visibles nos compatriotes d’origines diverses.

Sans doute faudrait-il réaliser une émission de décryptage qui fasse contrepoids à l’émotion parfois trop vive suscitée par certains faits divers montés en épingle… Oui, il nous faudrait, je crois, une belle émission mensuelle sur comment, en France, la différence se vit aussi sur le mode positif. Une sorte de « Cinq colonnes à la Une » de notre diversité.

En évitant absolument de la diffuser le dimanche matin, pour échapper à l’amalgame avec les émissions religieuses… pas question d’avoir l’air de dire une messe de plus ! Et il faut bien sûr lui donner une tonalité laïque, fraternelle, républicaine ! Car la Nation française est inclusive, aucune communauté d’origine n’a vocation à en être exclue !

Entretien réalisé par Alfred Mignot pour leJmed.fr


1 – Philippe Labarde fut aussi Directeur de l’information du quotidien « Le Monde » (1995) et Médiateur de Radio France (2000). Il est également l’auteur de « Ah ! Dieu que la guerre est jolie », « La Bourse ou la Vie » et « Malheur aux vaincus », avec Bernard Maris.

Articles récents recommandés