Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Maroc - Suicide d’Amina : déjà 771 000 signataires d’une pétition contre les violences faites aux femmes

Maroc | 27 mars 2012 | src.AVAAZ.ORG
Rabat -

Samedi 10 mars 2012, Amina Filali, jeune fille marocaine de 16 ans violée, battue et obligée d’épouser son violeur, s’est donnée la mort – le seul moyen à ses yeux d’échapper au piège que lui ont tendu son violeur et la loi.
Des milliers de Marocain(e)s ont manifesté pour réclamer une véritable réforme et le mouvement international citoyen Avaaz.org a lancé une pétition pour une loi globale visant à stopper les violences faites aux femmes, et l’abrogation de l’article 475 du code pénal marocain. Une pétition qui rencontre un grand succès, avec près de 700 00 signatures collectées mardi matin 27 mars 2012, 720 000 mercredi 28, 771 000 dimanche soir 1er avril…

Photo ci-dessus : Hamida, la sœur d’Amina, tient un portrait d’Amina au cours d’une manifestation. © Avaaz.org


L’article 475 du code pénal marocain permet en effet aux violeurs d’échapper à des poursuites et d’éviter une longue peine de prison en épousant leur victime si elle est mineure. Depuis 2006, le gouvernement promet d’annuler cet article de loi et d’adopter une législation interdisant les violences faites aux femmes, mais cela n’a pas eu lieu.

Signer la pétition sur le site de Avaaz.org

À la suite du viol brutal d’Amina, sa famille est allée signaler l’agression à des fonctionnaires de Larache. Au lieu de poursuivre le violeur, le tribunal lui a donné la possibilité d’épouser sa victime — et la famille d’Amina a accepté cette proposition.

Aujourd’hui, pour répondre à la vague d’indignation mondiale, le gouvernement a publié une déclaration affirmant que le rapport était consenti, mais cela n’a pas encore été vérifié. Les ONG présentes dans tout le pays disent qu’il est très courant que le gouvernement tente de rejeter la faute sur la victime et de classer l’affaire – en attendant, la loi figure toujours dans le code pénal et maintenant, plus que jamais, nous devons récuser l’article 475.

Signez la pétition pour une loi globale visant à stopper les violences faites aux femmes et qui prévoit l’abrogation de l’article 475. Lorsque nous (Avaaz.org) aurons atteint 750 000 signatures, nous nous concerterons avec des associations féministes locales pour remettre notre appel aux décideurs :

http://www.avaaz.org/fr/forced_to_marry_her_rapist_fr/?vl


Les associations féminines au Maroc ont longtemps combattu cette loi, et il est temps que la législature renonce à cette affreuse tradition et adopte une législation qui protège réellement les femmes.

Les Marocains indignés inondent les réseaux sociaux et descendent en masse dans la rue en signe de protestation. Des centaines de femmes ont organisé un sit-in devant le tribunal de Larache et un autre devant le Parlement à Rabat la semaine passée. Ajoutons nos voix à leurs revendications pour que la loi protège les droits des femmes au lieu de les piétiner :

Encore et toujours, les membres d’Avaaz utilisent notre puissance collective pour s’allier à des citoyens du monde entier et lutter ensemble pour un monde meilleur — aujourd’hui, unissons nos voix pour Amina Filali et la contribution pleine d’espoir que doit apporter son histoire.

Signé :
L’équipe d’Avaaz.org


◊ ◊ ◊


En savoir plus :

- Suicide d’Amina - L’article 475 incriminé (Le Matin)

- Affaire El Filali : une loi au banc des accusés (Le Soir-echos)

- Compte-rendu des violences faites aux femmes au Maroc (Global Rights)

- Groupe de soutien : « Nous sommes tous Amina Filali » (Facebook)

- Projet de loi des ONG sur les violences faites aux femmes au Maroc (Global Rights)

Articles récents recommandés