Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Leçon inaugurale de l’IEMSR, par J.-F. Stéphan

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 23 janvier 2012 | src.IEMSR
Sophia Antipolis - La Leçon inaugurale de la deuxième année de l’IEMSR (Institut euro-méditerranéen en sciences du risque) sera donnée par 27 janvier 2012 par Jean-François STEPHAN (1), Directeur de l’Institut National des Sciences de l’Univers du CNRS, à Sophia Antipolis (SKEMA Business school - 60, rue Dostoïevski), sur le thème : « Risques naturels et anthropiques en Méditerranée dans la perspective du changement global. »


Résumé de l’intervention - Enchâssé entre l’Europe et l’Afrique, isolé des grands océans le Bassin méditerranéen est un microcosme à l’échelle planétaire. Il est de fait un écosystème – au sens le plus large du terme – tout à fait particulier. Entité géomorphologique singulière, zone de flux migratoires historiques, le Bassin méditerranéen est un modèle réduit de la variété des impacts des activités et pressions anthropiques sur l’environnement. Un environnement fragile en termes de ressources en eau, particulièrement sur ses rives méridionales et orientales. Déficit qui s’aggravera d’ici à la fin du XXIe siècle sur l’ensemble du bassin, du fait du changement climatique.

Or la ressource en eau est un déterminant majeur pour tous les compartiments de l’environnement. Sans compter que dans le cycle de l’eau il y aussi un volet à risques majeurs : celui des événements hydro- météorologiques dont les conséquences peuvent être dramatiques, directement et indirectement sur les populations humaines. Ceci sans compter l’activité tellurique, volcanique, sismique ou gravitaire, sources de risques tout aussi majeurs dans un bassin aux dimensions réduites et dont les zones côtières, ici comme ailleurs dans le monde.

Les événements récents au Japon ont mis en avant, et révélé pour beaucoup, les interactions systémiques dramatiques entre différents volets des risques, là où ceux-ci étaient traités/évalués chacun dans son domaine, de manière souvent déconnectée.
Ces interactions complexes caractérisent l’ensemble de l’écosystème global que constituent l’anthroposphère, l’écosphère et les milieux « physiques » (océan, atmosphère, continents) au sein ou à l’interface desquels se développent les deux premiers.

Mieux comprendre et cerner les risques de tous types nécessite tout à la fois des études fines sur chacun d’entre eux ET une approche systémique permettant de définir les chaînes d’interactions entre ceux-ci.

Le bassin méditerranéen est à cet égard tout à la fois un laboratoire naturel grandeur nature, lieu d’études, d’expérimentations et faut-il le dire, d’applications et de mises en œuvre des recommandations fruits de recherches au service des Hommes et de leur Environnement.


La leçon inaugurale sera présidée par B. Rouhban, Directeur de la section prévention des catastrophes à l’UNESCO, avec la présence de I. CHET, Secrétaire général adjoint pour l’Enseignement supérieur et la recherche au secrétariat de l’UpM à Barcelone et J. MIFSUD, Président de l’Université Euro-Méditerranéenne de Piran (Slovénie).

La Leçon sera suivie d’une table ronde sur le thème : « Risque et assurance : un couple infernal ? » Des entreprises de renom participeront à cet échange : LAFARGE, SINEQUA, NASSAU ASSURANCE

Contact inscriptions pour assister à la leçon inaugurale :
Tél. IEMSR : +33 1 42 73 87 86
Courriel : iemsr@iemsr.net
En savoir plus : site de l’IEMSR


◊ ◊ ◊

1 - Jean-François Stéphan est depuis juillet 2010 directeur de l’Institut National des Sciences de l’Univers du CNRS.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud (69-73), il est Agrégé de SVT (1972) et docteur d’Etat (1982) de l’Université Pierre et Marie Curie. Professeur de Classe exceptionnelle de Géologie à l’Université de Nice-Sophia Antipolis depuis 1989 il a été chercheur CNRS au sein de laboratoires associés, d’abord à l’Université Pierre et Marie Curie (77-81), puis à l’Université de Bretagne occidentale [Brest] (81-89).

Son domaine de recherche est l’étude de l’architecture et des mécanismes de formation des chaînes de montagne et des structures sous-marines récentes et actives, en contexte de convergence (subduction et collision). A l’Université de Nice-Sophia Antipolis il a dirigé le Laboratoire associé « Institut de Géodynamique » ainsi que le DEA (Master 2) fédéré Grand Sud-Est « Dynamique de la Lithosphère » (89-95).

Au Ministère chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche il a été successivement directeur scientifique du Département « Sciences de la Terre et de l’Univers, Espace » au sein de la Mission Scientifique, Technique et Pédagogique (03-06), puis du secteur « Environnement, Planète-Univers, Espace » à la Direction Générale de la Recherche et de l’Innovation (06-10).

Jean-François Stéphan est lauréat de la Médaille de Bronze du CNRS (1985) ainsi que des Prix James Hall (1990) et Léon Lutaud (2010) de l’Académie des Sciences.

Articles récents recommandés