Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

EMERGINGValley - Le message d’espérance de la diva béninoise Angélique KIDJO : « On sortira de cette pandémie encore plus forts ! »

8 avril 2021
EMERGINGValley - Le message d'espérance de la diva béninoise Angélique KIDJO : « On sortira de cette pandémie encore plus forts ! »
La célèbre diva béninoise Angélique Kidjo, lors de son intervention à #Emerging Valley, le 7 avril 2021. © BF
Marraine de la Saison Africa 2020, la célèbre diva béninoise Angélique Kidjo a tenu à participer – même à distance – à la IVe édition de #EMERGING Valley d’Aix-Marseille. Pour mettre à l’honneur les talents de l’Afrique et délivrer à tous un formidable message d’espérance, qu’elle partagera aussi avec son nouvel album, « hymne à notre planète Terre ».

.

Marseille, de notre envoyé spécial Bruno FANUCCHI
pour AfricaPresse.Paris (APP)
@africa_presse

.

« L’innovation en Afrique, c’est vraiment explosif. C’est quelque chose qui nous fait énormément plaisir, en tant que marraine de cette saison Saison Africa 2020 » relève Angélique Kidjo. Malheureusement, la crise sanitaire a provoqué le report, puis l’annulation de nombreux événements. Mais la Diva béninoise, chargée de délivrer la « keynote » de cette première journée d’Emerging Valley, garde le moral et sait partager son enthousisame !

« Pour la première fois, confie-t-elle en visio, j’ai vu de mes yeux l’innovation dans le caractère de ces jeunes Africains qui veulent raconter leur Histoire autrement... Ce qui n’était pas possible il y a vingt ou trente ans. Aujourd’hui, les gens découvrent l’Afrique dans sa beauté ».

Et si en Afrique « la Covid a touché toutes les couches sociales, notre capacité de résilience nous a permis de garder à distance cette épidémie » en faisant passer et accepter des messages simples et de bon sens, comme celui de « se laver les mains tout le temps, de garder une distance physique et de ne pas être les uns sur les autres ».

Pour l’UNICEF, dont elle est ambassadrice de bonne volonté, Angélique Kidjo a ainsi fait une vidéo « avec la chanson Pata Pata qui veut dire toucher, nous a fait perdre la tête et être tous rassemblés à un endroit... ». Avant de lancer ce message très clair à ses nombreux fans sur le ton de la supplique :
« Pour cette fois-ci, pour ce moment précis, essayons de chanter Pata Pata, de danser sans nous toucher et on sortira de cette pandémie encore plus forts ! ».

.

« Mon nouvel album au printemps sera
un véritable hymne à notre planète Terre »

.

Une belle initiative qui a recueilli un grand succès car, confie-t-elle : « Ce qui a été le plus touchant pour moi, c’est de voir le nombre de personnes qui ont pu relayer cette vidéo, en m’aidant à en transposer le message à plus de 28 millions de personnes en 48 heures. Ainsi les voix africaines se sont faites entendre un peu partout ».

Et d’expliquer comment et pourquoi l’Afrique s’en est jusqu’à présent mieux sortie que le reste du monde : « La Covid ne nous impacte pas comme en Europe, car en Afrique on ne vit pas les uns sur les autres. Le fait que l’on vive souvent à l’extérieur nous a également beaucoup aidé... Mais le virus est toujours là et il faut continuer à se battre », contre le virus et aussi pour d’autres causes universelles.

Ainsi, très engagée depuis longtemps dans la défense de l’environnement et « mettre l’écologie et l’humanisme au cœur des consciences », Angélique Kidjo vient d’annoncer sur son compte twitter la sortie au printemps d’un nouvel album qui « sera un véritable hymne à notre planète Terre », avec une chanson intitulée précisément « Mother Nature ».

Un album qui accompagnera la sortie d’un film au titre éponyme, produit par la Fondation « GoodPlanet » que préside le réalisateur et photographe Yann Arthus-Bertrand. Ce film sera tourné au Bénin, en France et dans un troisième pays choisi en fonction de l’évolution de la pandémie du Coronavirus : Lagos au Nigéria, ou New York aux États-Unis.

.

« Nombre d’artistes sont aujourd’hui
incontournables grâce au digital ! »

.

« En Afrique, rappelle-t-elle encore, ce sont les enfants qui font les frais de la crise du changement climatique. C’est la génération future qui paiera le plus lourd tribut au changement climatique ».
Pour redonner à tous du cœur à l’ouvrage en ce temps de confinement, la reine de la « World music » – qui fut six fois nominée aux prestigieux Grammy Awards et quatre fois primée comme lauréate dans la catégorie « Meilleur album de musique du monde » – nous invite tout simplement à chanter avec elle : paroles et musique !

« Mon Afrique de demain, je la vois dans la musique, conclut-elle en effet. Avant, il fallait avoir une maison de disques pour exister. Mais aujourd’hui, il y a une multitude d’artistes qui sont des entrepreneurs et qui, grâce au digital, ont une carrière et peuvent vivre de leur art au Nigeria, au Ghana, en Zambie, en Afrique du Sud, au Kenya, etc.
Le digital a permis aux jeunes artistes – surtout dans la musique – de commencer à changer la perception de leur musique dans le monde entier. Nombre d’artistes sont aujourd’hui incontournables grâce au digital ! ».

Une belle note d’espoir que la diva se plaît à partager.

◊ ◊ ◊ 

Sur le même événement #EMERGING Valley :

Laure-Agnès Caradec, Présidente EPA Euromed : « Notre ambition : faire de notre Métropole Aix-Marseille Provence le hub de l’innovation et du digital entre l’Europe et l’Afrique »

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE


◊ ◊ ◊

.

COVID-19 EN FRANCE :
PROTÉGEONS-NOUS LES UNS LES AUTRES !
(Informations et conseils du site gouvernemental)

.

◊ ◊ ◊
Articles récents recommandés