Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Alain Cabras

La question de « l’identité européenne » et sa matrice méditerranéenne, trop oubliée...

Aix-en-Provence - À l’heure où l’Europe est frappée dans ses fondements économiques et financiers se joue un autre débat tout aussi producteur de peurs et de fantasmes, celui de son identité par rapport à celles des grands blocs qui émergent. La quête de ses repères passe par le berceau méditerranéen, que les Européens ont largement oublié.

La question de « l’identité européenne »
et sa matrice méditerranéenne

par Alain Cabras
Consultant, Maître de conférences associé
à SciencesPo Aix-en-Provence


Il y a un vertige des Européens devant la question de leur identité comme celui que l’on ressent devant la liberté tragique de pouvoir être soi. Il a jailli de "l’esprit fécond du doute", première distinction majeure de la culture européenne par rapport aux autres, mais aussi premier paradoxe profond. Si cela n’a, en soi, rien d’étonnant pour qui connaît les mythes fondateurs de l’Europe, duels et criminels (Abel et Caïn, Remus et Romulus) cela pose, désormais, le problème insoluble du sillon identitaire à choisir entre deux natures, qu’en apparence tout oppose : la marque de la curiosité avide de savoirs et de pouvoirs qui fit conquérir le monde par les Européens, pour le meilleur comme pour le pire, et la trace tenace du scepticisme qui leur fit remettre en cause tous leurs dogmes pour faire naître l’humanisme.


La question de la recherche de l’identité
de l’Europe n’est pas nouvelle

Déjà, Paul Valéry, dès 1919, s’interroge sur sa substance devant le champ de ruines de la Première Guerre mondiale. Mais avant lui Ernest Renan, en 1864, dans ses attaques inouïes et répétées contre la civilisation sémitique ou islamique rappelle les railleries de Voltaire contre les mahométans lorsqu’il écrivait, en 1736, sa pièce de théâtre "le fanatisme ou Mahomet". Tout ceci faisant écho à la bataille de Vienne de 1683, qui vit les Européens trembler devant le croissant du Jihad, puis l’adorer en pâtisserie une fois les armées du Sultan-Calife d’Istanbul vaincues.

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe détruite a rejeté les problématiques identitaires qui, en apparence, l’avaient dévastée. À la fin du XXe siècle, cette dynamique à double face, la volonté farouche du dépassement de soi et la révocation en doute de ses valeurs dites universelles, ont cédé le pas devant la repentance et le jugement de l’Histoire pour les barbaries européennes que furent l’esclavagisme, la colonisation et l’hitlérisme.

On est passé, en effet, de la question de savoir "comment penser l’Europe après Auschwitz et Treblinka ?" que Georges Steiner a posée, à la question "comment être encore Européen ?" affligés de la honte d’avoir été ce que nous fûmes et ignorant d’où nous venons. Le sommet de ce sentiment incapacitant fut atteint en 2005, lorsqu’une partie de l’élite politique, culturelle et médiatique, n’écoutant que ses peurs, refusa d’ouvrir le débat sur les racines chrétiennes de l’Europe, associant cela, dans leur imaginaire, à la boîte de Pandore.


Mouvement et diversité

L’identité de l’Europe, sous le signe du mouvement, du changement et de l’échange portait en elle, définitivement, les germes de la diversité, y compris arabo-musulmanes...

Or, des mythes grecs il eût fallu sans doute préférer celui du rapt d’Europa par Zeus le Blanc Taureau. Incarnant par la même le mythe de la métamorphose, ils auraient alors redécouvert, apaisés, que l’identité de l’Europe, sous le signe du mouvement, du changement et de l’échange portait en elle, définitivement, les germes de la diversité, y compris arabo-musulmanes.

Hélas, aujourd’hui ces origines semblent bien loin. Vertige donc. Appel du vide, c’est-à-dire, du non-espace et de la chute atemporelle. Dès lors, s’annonce l’impossibilité d’appréhender l’Europe si l’on ignore, non seulement son histoire, mais plus encore si on ne lui reconnaît plus de territorialité matérielle ou immatérielle, ni de temporalité propre.

Le débat en est à ce niveau aujourd’hui. Il faut un minimum commun pour dire une identité et la vivre : l’accord des intelligences sur le temps, l’espace et la cause… Pour dire l’ordre de son monde et de celui des autres. La conception du temps universel que fondèrent les Européens leur a échappé, pire le "temps mondial", selon la formule de Laïdi Zaki, ne dilue pas le temps des nations européennes, il les accuse. Or, l’accord des intelligences sur le temps, l’espace et la cause est le processus matriciel de toute identité.


La matrice Méditerranée

N’y a-t-il pas urgence pour les peuples européens de se réapproprier leurs héritages grec, romain, byzantin, juif et chrétien, musulman et laïc, afin de retrouver la voie d’un avenir qui ne soit pas noyée dans le mondialisme ?

L’Europe, apparemment sans repères, a pourtant une matrice : la Méditerranée. N’y a-t-il pas urgence pour les peuples européens de se réapproprier leurs héritages grec, romain, byzantin, juif et chrétien, musulman et laïc, afin de retrouver la voie d’un avenir qui ne soit pas noyée dans le mondialisme ou la dilution ? L’Europe n’a-t-elle pas intérêt à détourner, de temps en temps, ses yeux fascinés par les géants asiatiques et américains pour se regarder à nouveau dans le miroir de sa Mer intérieure, celle que nous appelons amoureusement Mare Nostrum ?

Perte des valeurs communes (qui et que sommes-nous ?), perte des repères spatio-temporrld (quelles frontières physiques et culturelles ?), perte des fondements d’un "vivre-ensemble" (quelle histoire apprendre et transmettre de nous-mêmes ?) font naître, depuis les attentats du 11 septembre, des débats récurrents sur les origines, les "racines" et les raisons d’être des Européens, dans l’angoisse. L’étape du passé aux représentations partielles et partiales est déformée par l’ignorance et/ou l’amnésie collective et s’opère en parallèle de l’effacement progressif des héritages méditerranéens de nos mémoires collectives et individuelles.


Urgence car danger réel !

Cela implique une plongée dans le milieu fertile des forces profondes des héritages méditerranéens. La réappropriation des origines n’est pas un simple retour historique aux racines méditerranéennes de l’Europe, car une origine se régénère sans cesse là où une racine est vouée à pourrir. Donc la régénération de la matrice méditerranéenne est la grande affaire de notre temps.

Il y a urgence parce qu’il y a un danger réel. Il serait, s’il advenait, un drame civilisationnel, pour les Européens, d’abord, qui cherchent dans les forces du Droit et de la technologie à organiser, à vingt-sept, une réponse au néant identitaire devant lequel ils semblent avoir déjà abdiqué ; pour les Méditerranéens du sud ensuite, les Arabes, qui sont dans la même démarche depuis les révolutions de jasmin pour sortir de la psychologie des vaincus de l’Histoire.

Il nous faut donc reprendre les chemins (meta houdos : la "méthode", en grec) pour repartir de zéro et faire le tri de ces héritages qui sont encore des dynamiques pour aujourd’hui et demain, en Méditerranée et pour l’Europe. Ce défi amènera à affronter la honte de soi que cultivent les Européens comme autant de paroles fondatrices qui nous font buter sur des impasses identitaires, terreaux toujours fertiles pour toutes les dérives extrêmes en politique et en religion.

Des forces profondes sont encore à l’œuvre dans les dynamiques de la "Cultura" romaine qui unifia la Méditerranée et l’Europe, dans "la renaissance d’un humanisme euroméditerranéen", tel que l’avait rêvé Camus, dans "l’Homme révolté", dans l’esprit de survie méditerranéen aux antipodes du poison du principe de précaution qui anesthésie l’audace européenne pour la rendre peureuse.

Alain Cabras

◊ ◊ ◊


1) Laïdi Zaki, "le temps mondial", Bruxelles, éditions complexe, 1997.
2) L’Homme révolté, Albert Camus, 1951, éditions Gallimard.

◊ ◊ ◊

Du même auteur :
- Le rôle de la société civile dans l’émergence de valeurs de cohésion (10 février 2012)
- « La France, qui préside seule l’UPM, pourrait proposer une intégration à plusieurs vitesses » (23 février 2011)
- L’incompréhensible silence de l’UPM, qui ne doit pas devenir une “grande muette” ( 8 février 2011)

Articles récents recommandés