Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

La FEMIP en Méditerranée :
2009, année record pour les financements

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 27 février 2010 | src.BEI - FEMIP
Bruxelles - Alors que l’Union pour la Méditerranée (UPM) se met progressivement en place, la BEI, à travers son bras financier en Méditerranée, la FEMIP (1), a vigoureusement renforcé son soutien aux pays partenaires de la région, apprenait-on jeudi 25 février à Bruxelles, à l’occasion de la conférence annuelle de la BEI. En portant son volume d’activité à un niveau inégalé de 1,6 milliard d’EUR en 2009, la FEMIP a confirmé à ses partenaires méditerranéens sa capacité à les accompagner dans la modernisation de leurs politiques publiques face à la crise économique mondiale et a consolidé sa place de premier investisseur du développement en Méditerranée.

Photo ci-dessus, de gauche à droite : M. Philippe de Fontaine-Vive Curtaz, Vice-président de la BEI, en charge de la FEMIP ; Mme Constance Kann, Directrice de la Communication et M. Philippe Maystadt, Président de la BEI. © BEI


En 2009, la FEMIP a signé 1,6 milliard d’EUR de prêts pour financer 19 projets d’envergure et soutenir les PME et la microfinance : sept au Maghreb, neuf au Proche-Orient et trois opérations régionales.

Depuis sa création en octobre 2002, la FEMIP aura apporté plus de 10 milliards d’EUR de financement, accompagnant ainsi la modernisation des pays partenaires méditerranéens et contribuant au maintien et à la création d’emplois dans la région.

Les entreprises privées ont bénéficié de près de 60 % des financements de la FEMIP en nombre de projets signés et de plus de 40 % des montant octroyés. Au delà de cet accroissement en volume, l’action de la FEMIP s’est caractérisée par un apport en valeur ajoutée, notamment à travers la mise en place de financements complexes (partenariats publics-privés, financements sur projet, profil de risque plus élevé que celui généralement admis par la Banque).

Les synergies avec les institutions financières partenaires ont été renforcées, comme en témoigne le montant des cofinancements qui dépasse les 1,1 milliard d’EUR (près de 70 % des opérations signées en 2009).

L’année 2009 a également été marquée par un volume record d‘approbations : 2,3 milliards d’EUR.

Le volume des décaissements s’est également fortement accru (à 1,4 milliard d’EUR), ce qui confirme la volonté de la FEMIP d’accompagner les mesures anti-crise prises par les pays partenaires.

Dans ce contexte, la FEMIP a maintenu ses efforts de soutien et d’assistance technique (quelque 12 millions d’EUR pour 17 projets).


Les objectifs opérationnels s’alignent sur les priorités de l’UpM

Femip 2009 - Répartition sectorielle
Femip 2009 - Répartition sectorielle

Dans le droit fil des objectifs du plan opérationnel 2009-2011 de la FEMIP, l’adéquation de ses opérations avec les priorités de l’UpM a été renforcée en 2009. Près de 80 % des opérations signées correspondent aux axes prioritaires énoncés dans la déclaration de Paris (du 13 juillet 2008) et dans la déclaration finale des ministres des affaires étrangères (Marseille, novembre 2008).

Les interventions de la FEMIP ont ainsi été articulées autour des secteurs suivants :


Dépollution de la Méditerranée

La Banque a prêté 70 millions d’EUR au Liban pour la construction de centres de traitement des eaux usées dans la région du Kesrwan, région touristique à forte densité de population, avec pour objectif d’empêcher le déversement des eaux non épurées dans la mer. Ce projet figure sur la liste des priorités du Liban liées à l’initiative « Horizon 2020 » et s’inscrit dans le cadre du plan national de lutte contre la pollution relatif à la convention de Barcelone.

La FEMIP a également consacré 70 millions d’EUR pour améliorer l’accès de 4 millions de personnes au système d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement dans le delta du Nil en Égypte.

Dans le secteur de l’eau plus généralement, la Jordanie a bénéficié d’un prêt de 165 millions d’EUR pour l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Amman et, en Israël, un prêt de 25 millions d’EUR a permis l’accroissement de la capacité de l’usine de dessalement située à Hadera.

Le projet « Dépollution de la Méditerranée » est entré dans une phase concrète, notamment grâce à la mise en oeuvre du « Programme d’investissement pour l’élimination des principales sources de pollution en Méditerranée » (MeHSIP), qui relève de l’initiative Horizon 2020 et auquel participent plusieurs institutions financières multilatérales et bilatérales sous le pilotage de la BEI et en étroite concertation avec la Commission européenne.


Autoroutes de la mer et autoroutes terrestres

La FEMIP a accordé 234 millions d’EUR pour la réalisation du tronçon autoroutier à péage reliant Sfax à Gabès en Tunisie et 225 millions d’EUR pour l’élargissement de l’autoroute Rabat-Casablanca au Maroc.

Plus généralement dans le secteur des transports, la Banque a financé à hauteur de 70 millions d’EUR la construction de l’aéroport international d’Enfidha en Tunisie, géré sous la forme d’une concession attribuée à un opérateur turc, ainsi que la construction d’un tramway reliant Rabat à Salé, au Maroc, pour un montant de 15 millions d’EUR.


Énergies renouvelables

La FEMIP a prêté 50 millions d’EUR pour soutenir la construction d’un nouveau parc éolien à Gabal el Zait en Égypte. Situé au bord de la mer Rouge, ce parc d’une puissance de 200 MW fait partie d’un ambitieux programme mis en oeuvre par l’Égypte pour accroître la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.

Afin de faciliter le développement des énergies renouvelables, la BEI, l’AfD et la KfW ont élaboré une initiative tripartite harmonisant leur stratégie sectorielle et leurs critères d’évaluation des projets, de manière à unir leurs efforts de financement et mobiliser les ressources concessionnelles disponibles pour ce type d’investissements.


Développement des entreprises

Poursuivant son action de pionnière dans le secteur du capital-investissement en Méditerranée, la FEMIP a mobilisé 27 millions d’EUR pour des prises de participations dans trois fonds régionaux en Méditerranée (dont le Middle East Venture Capital Fund, premier fonds de capital-risque axé sur les Territoires palestiniens) et un prêt en monnaie locale pour une association de microfinance en Égypte.

Également pour financer le développement d’entreprises, mais d’une taille plus importante, quatre autres prêts d’un montant total de 390 millions d’EUR ont été accordés au secteur industriel en Tunisie, au Maroc, en Israël et en Syrie.


Développement urbain

En complément du programme de modernisation de l’administration municipale initié par la Commission européenne, la FEMIP a accordé 50 millions d’EUR à la Syrie pour le financement de programmes d’investissements liés à la rénovation urbaine, principalement dans les secteurs suivants : transports et circulation, infrastructures touristiques publiques, assainissement, traitement des déchets industriels liquides et gestion des déchets solides.


Enseignement et éducation

La FEMIP a accordé au Maroc 200 millions d’EUR, soit 40 % des besoins de financement externe du programme national de modernisation des écoles, en vue d’améliorer l’accès à l’éducation pour les enfants de 6 à 15 ans.


Porter plus loin l’ambition méditerranéenne

Depuis sa création, la FEMIP associe étroitement les pays partenaires à sa politique de financement à travers un dialogue institutionnel qui prend la forme de réunions ministérielles, de conférences d’experts et d’actions d’assistance à la mise en place de réformes.

La réunion annuelle des Ministres euro-méditerranéens des finances s’est tenue le 7 juillet 2009 à Bruxelles pour débattre des orientations stratégiques de la FEMIP, telles que préparées par le Comité FEMIP (composé de hauts fonctionnaires des États membres et des États partenaires).

Les conférences d’experts de la FEMIP jouent un rôle catalyseur en permettant, à travers des échanges approfondis entre décideurs politiques, experts et représentants d’institutions financières et d’organisations internationales, une meilleure identification des besoins des pays partenaires et une mise en réseau des principaux acteurs du développement dans l’espace euro-méditerranéen. En 2009, les initiatives et débats emmenés par la FEMIP se sont articulés autour des thématiques suivantes :

• En mars, la Banque a tenu à Rabat la 5e conférence FEMIP sur les PME ;
• En mai, la 6e conférence FEMIP a traité, à Monaco, du financement durable de l’eau ;
• En octobre, dans le cadre de la « Semaine économique de la Méditerranée » à Marseille, la FEMIP a rassemblé près de 200 experts autour de l’initiative « Médinas 2030 », une vaste réflexion sur la renaissance des centres historiques des villes du sud de la Méditerranée, qui doit aboutir à un programme d’investissement.

Pour soutenir l’effort de modernisation des politiques publiques des pays partenaires, la Banque s’est associée à la Banque mondiale, l’Égypte, la France, la Jordanie, le Liban, le Maroc et la Tunisie pour lancer le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée.

Le Centre viendra renforcer les actions d’assistance à la mise en place de réformes dans 5 secteurs de première importance pour le développement socio-économique des pays partenaires : le développement urbain, l’adaptation au changement climatique, l’économie de la connaissance, le capital humain et les transports régionaux.


◊ ◊ ◊

En savoir plus : sur le site Web de la BEI, www.bei.org

(1) - La Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP) rassemble les instruments d’intervention de la BEI dans les pays partenaires méditerranéens : Algérie, Égypte, Gaza-Cisjordanie, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie et Tunisie.


Articles récents recommandés