Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’huile d’olive palestinienne s’exporte

Palestine | 6 mai 2010 | src.Europa Jaratouna
Grâce à un programme financé par la Commission européenne, certains producteurs palestiniens ont reçu le label Commerce Equitable qui leur permet d’accéder notamment aux marchés européens. Sur les 31 coopératives bénéficiaires, dix ont déjà décroché ce sésame et exportent, plus ou moins facilement, vers l’Europe, notamment, sous la marque Zaytoun.

Photo ci-dessus. L’oliveraie de al-Jaba, en Palestine. © Tweesden


« Avant la mise en place du projet, on fabriquait une huile d’olive de moins bonne qualité. Maintenant, notre huile d’olive est extra-vierge ou vierge ; et elle est de bien meilleure qualité. On peut envisager de l’exporter ».

Ayoub, un producteur palestinien, parle avec fierté, le sourire aux lèvres. Grâce au programme d’Oxfam Grande-Bretagne mis en place il y a deux ans, il a appris avec les 80 autres fermiers de sa coopérative, située à Deir Istya - un village de 3 000 habitants situé au nord de la Cisjordanie et entouré d’une dizaine de colonies – à sélectionner les olives de qualité ou encore à ne pas mélanger des huiles de différentes acidités. En coordination avec le Syndicat des fermiers palestiniens et le Centre de développement du commerce équitable de l’Université de Bethléem, Oxfam a fourni le matériel nécessaire, comme des réservoirs, mais aussi des formations sur la productivité, la qualité et les conditions requises pour la certification.

Ce programme a été financé à hauteur de 90 % par la Commission Européenne, soit 2 millions d’euros qui ont été déboursés au total pour faire en sorte que les coopératives, sélectionnées essentiellement grâce à leur motivation, obtiennent le label Commerce Equitable, synonyme de revenus fixes, de production de qualité et d’indépendance pour les producteurs.

Sur les 31 coopératives bénéficiaires, dix ont déjà décroché ce sésame et exportent, plus ou moins facilement, vers l’Europe, notamment, sous la marque Zaytoun. « Les Israéliens ont bloqué une seule fois une production, il y a deux ans. La qualité de l’huile d’olive mal conservée a chuté. Mais depuis, à part quelques longueurs à certains check points, il n’y a pas eu d’autres problèmes », assure Haitham Hassasneh, le coordinateur du projet pour Oxfam. À noter que ce projet fait partie d’un programme plus vaste, visant à développer le secteur de l’huile d’olive palestinienne, financé par l’UE, à hauteur de six millions d’euros.

« Le programme s’achève normalement en juillet 2010, mais nous essayons de l’étendre jusqu’à la fin de l’année », poursuit-il. Les difficultés ont été nombreuses sur cette période. Les deux années couvertes par le projet ont été des années de mauvaise récolte. En 2009, la production d’huile d’olive a été de 6 mille tonnes dans les Territoires palestiniens, contre 40 mille tonnes en 2006.

Un moyen de résistance

Grâce à cette période de sursis, Oxfam espère enregistrer de meilleurs résultats et faire en sorte que ces coopératives, rassemblant quelque 800 producteurs (sur 80 mille présents dans toute la Cisjordanie), décrocheront cette labellisation. L’huile d’olive palestinienne est la première huile d’olive à être certifiée Equitable.

Pour la coopérative d’Ayoub, cela devrait bientôt être le cas. Elle doit maintenant passer devant une assemblée chargée de valider sa requête. Une aubaine pour ces fermiers. « Avant, nous n’avions pas de marché pour vendre nos produits. Maintenant, on peut vendre en Europe une huile d’olive de qualité, à un bon prix », poursuit Ayoub.

Grâce au commerce équitable, les producteurs ne subissent pas les fluctuations du marché. Mais surtout, ils couvrent leurs frais fixes et génèrent du profit. De quoi leur redonner confiance, ce qui se répercute aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Pour Willow Heske, chargée de la communication d’Oxfam, « c’est un moyen de résistance. Produire sur ces terres [80 % des oliviers en Cisjordanie sont situés en zone C, sous contrôle israélien, ndlr] revient à montrer qu’elles leur [aux Palestiniens, ndlr] appartiennent ».

Julie Schneider - Palestine, pour Europa Jaratouna


Articles récents recommandés