Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Port El Kantaoui - Tunisie - 28-29 novembre 2008

L’entreprise et l’UPM : approches pour un nouvel avenir

Tunisie | 8 août 2008
Tunis -

Nom de la manifestation :
Les Journées de l’entreprise 2008 "L’Entreprise et l’Union pour la Méditerranée"
Organisateur :
Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE)
Lieu :
Port El Kantaoui - Tunisie
Site web :
http://www.iace.org.tn

Autour de la Mer Méditerranée, la question au cœur du débat cette année est : « quel sera l’avenir de la proposition française pour la création d’une Union pour la Méditerranée. »

L’idée du projet a suscité l’approbation de la plupart des parties concernées, la différence de points de vues, réside essentiellement dans l’approche, la méthodologie et le planning qui seront adoptés.

La nouvelle donne laisse les entreprises de la région se confronter à la fois à la récession de l’économie mondiale, l’augmentation des prix des matières premières, la concurrence asiatique et à l’impératif de réussir leurs adaptations aux changements en terme de marchés et de facteurs influençant leurs compétitivités.

Ainsi plus la mondialisation se consolide, plus les pays reconnaissent la nécessité de l’intégration et plus on s’oriente vers la signature d’accords consacrant la constitution de groupements régionaux qui couvrent désormais l’ensemble des continents.

L’une des rares régions n’ayant pas encore réalisé l’intégration des économies des pays qui la constituent, demeure, malheureusement, la Méditerranée.

Tel est le contexte dans lequel se dérouleront,
à Port El Kantaoui, les 28 et 29 novembre 2008, les Journées de l’Entreprise 2008, sur le thème :

« L’entreprise et l’Union pour la méditerranée : Approches pour un nouvel Avenir »

Une première séance concernera les différentes manières d’appréhender l’Union pour la Méditerranée.

Cette Union se fera-t-elle par des projets structurants, regroupant ainsi les différents pays de la région sur des thèmes fédérateurs nécessitant la cohésion de tous, tels que l’énergie, l’eau et l’environnement.

La deuxième approche proposée est celle de la création d’institutions fortes qui tenteront d’accélérer la mise en œuvre de l’union et de rapprocher les différents efforts déployés. (Par exemple, la création de la banque Méditerranéenne de développement).

Le rôle de l’Europe dans ce projet, la question du calendrier de mise en œuvre seront débattus lors de cette première session.

La deuxième séance étudiera la possibilité de réussir cette union par l’intégration des marchés et le rapprochement des opérateurs et ce en facilitant la circulation des capitaux autour de la méditerranée.
La mise en place progressive et réfléchie d’accords de libre échange pour la méditerranée et le renforcement du partenariat et du développement de projets multilatéraux dans la région constitueront les éléments essentiels pour la réussite de ce projet.

Pour y arriver, une approche graduelle sera discutée ainsi que le choix de politiques sectorielles adaptées pour des domaines stratégiques pour la méditerranée tels que les nouvelles technologies, le tourisme, l’agriculture ou le textile.

Pour les opérateurs, la réussite de l’union passe aussi par l’amélioration de l’environnement des affaires dans les différents pays et de l’harmonisation des différentes règles, normes et lois favorisant ainsi le développement et la concrétisation des différents projets de collaboration et de partenariat. Cette harmonisation représente un défi majeur en soi pour l’union mais favorise une intégration par le marché.

La réussite de chaque projet ambitieux reste toujours une affaire d’Hommes et ce projet ne peut réussir et permettre aux entreprises de la région d’en tirer profit que par la disponibilité de ressources humaines compétentes et compétitives permettant ainsi de renforcer à la fois la compétitivité des entreprises et l’attractivité des pays de la région.

Ainsi, lors de la troisième séance, on se focalisera sur les défis et les enjeux liés aux ressources humaines en termes d’enseignement, de formation, de promotion et de recherche. De même les problèmes liés à la libre circulation des personnes et les règles régissant les différents marchés de travail seront aussi débattus.

La compétitivité des pays voire des entreprises est étroitement liée à leur capacité à réagir, à innover et à s’adapter. On ne peut pas concevoir de telles capacités sans la disponibilité de centres de recherches performants et spécialisés. La maîtrise des coûts, des processus de production et des circuits de distribution focalisent l’enjeu à travers le monde sur l’existence de ses centres qui se doivent non pas d’être seulement performants, mais d’être des pôles d’excellence.

L’accomplissement de tels objectifs nécessite des moyens financiers et humains importants, passant impérativement par la coopération des différents pays de l’union, pour le bien de tous.

Nous espérons marquer ces journées par la consolidation de l’idée de ce projet où les chefs d’entreprises joueront un rôle beaucoup plus important et où nous pourrons transformer les préoccupations et les espérances en source de valeur pour le futur.

Les développements et les débats qui suivront, contribueront á inciter les participants à mettre en place des nouvelles stratégies d’investissement et de croissance pour la pérennité de leurs entreprises et la croissance de leurs différentes économies.

Nous sommes très heureux de vous inviter à participer et d’apporter votre appui et votre compétence aux Journées de l’entreprise 2008.

Contact :
INSTITUT ARABE DES CHEFS D’ENTREPRISES
La Maison de l’Entreprise, Avenue principale, Les Berges du Lac 1053
Tél. : (216) 71 96 23 31 (LG) - Fax : (216) 71 96 25 16
Courriel : infos@iace.org.tn

Articles récents recommandés