Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’UPM se relance avec des projets communs
de développement durable

Paris -

Un an presque jour pour jour près sa fondation à Paris, le 13 juillet 2008, l’UPM semble en capacité de surmonter le coup de frein imposé par les « événements » de Gaza de décembre-janvier derniers, et se relance à Paris avec une première vague de projets de développement durable pour le sud méditerranéen.

Rachid Mohamed Rachid, ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, co-président de la conférence ; Jean-Louis Borloo, ministre français de l’Ecologie, et Henri Guaino, Conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, et inspirateur de l’UPM. Photos © Gérard Crossay - MEEDDM

Henri Guaino, l’inspirateur du projet UPM, était certes présent à la cérémonie fondatrice d 13 juillet 2008, à laquelle participèrent 43 chefs d’Etat ou de gouvernement. Ils se tenaient cependant un peu à l’écart, discret, comme il convient aux conseillers… Mais, les journalistes ne s’y étaient pas trompés, lui assurant dès ce jour historique un triomphe de fait, puisqu’il se trouva le plus entouré et sollicité, lui que naguère encore la plupart des observateurs donnaient pour un rêveur isolé et ronchon…
Un an après, tout a changé, le voilà en pleine lumière, co-présidant en en compagnie du ministre le ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo les cérémonies des premières grandes retrouvailles, les premières après la crise de Gaza, qui avait entrainé le boycottage de l’UPM par les pays arabes.

Certes, rien n’est oublié, mais les pays arabes ont cette fois décidé d’envoyer leurs représentants à cette manifestation parisienne : ce jeudi 25 juin 2009, de nombreux ministres des pays membres de l’UPM participent à ces retrouvailles parisiennes, consacrées au développement durable. Parmi eux : Gilad Erdan, le ministre israélien de l’environnement, et Bassem Khouri, le ministre de l’économie de l’Autorité palestinienne.
Un symbole, une réussite encore incertaine quelques jours auparavant, et à mettre au compte de la persévérante action diplomatique de la coprésidence franco-égyptienne.


Des projets concrets

L’ambition de l’UPM, on le sait, est de favoriser et de promouvoir des projets concrets de coopération. Dès 2008, les grands axes en avaient été annoncés : transports, eau, énergie, aménagement urbain, dépollution, développement durable…

A l’issue de leur journée de travail, les ministres de l’UPM ont choisi une première vague de projets à réaliser, dont le financement représente un engagement de 1 milliard d’euros : un ouvrage d’adduction d’eau à Gaza, « priorité » proposée par la France ; la construction d’une centrale photovoltaïque au Maroc ; l’installation de pompes d’irrigation alimentées par panneaux solaires en Tunisie ; l’agrandissement d’une station d’épuration au Caire, afin de traiter les eaux usées de deux millions d’habitants…

L’UPM se relance donc par des projets concrets, conformément à la Déclaration de Paris du 13 juillet 2008, relevaient, pas peu fiers, Henri Guaino et Jean-Louis Borloo.


Alfred Mignot

à lire également France

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 210

à lire également Tous pays EUROMED-AFRIQUE

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 350
Articles récents recommandés