Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Ocemo lance, pour les jeunes, le réseau méditerranéen Nouvelle Chance

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 30 octobre 2012 | src.OCEMO
Marseille -

À l’initiative de l’Ocemo, et à l’occasion de la Semaine économique de la Méditerranée qui s’est tenue en octobre à Marseille, plusieurs entités méditerranéennes (1) ont apposé leur signature à un memorandum sur le projet Nouvelle Chance-MedNC Network, qui vise à développer un réseau de dispositifs labellisés « Nouvelle Chance », destinés à la fois aux jeunes qui ont quitté le système scolaire sans qualification, et aux jeunes diplômés au chômage.

Photo ci-dessus : Pascale Chabrillat, Directrice générale de l’OCEMO, lors d’une de ses interventions durant la Semaine économique de la Méditerranée (16-20 octobre 2012), à Marseille. © Alfred Mignot


Ce réseau – dont Pascale Chabrillat, Directrice générale de l’Ocemo
nous avait annoncé la création au printemps dernier, lors d’une entrevue publiée dans La Tribune Hebdo – est constitué des associations Nouvelle Chance (une par pays représenté) et a pour objectif de développer des dispositifs « Nouvelle Chance » dans les cinq pays actuellement représentés : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Liban en tant que membres fondateurs, et la Jordanie en tant que membre associé, tandis qu’un partenariat est en cours de développement en Égypte.


La Méditerranée enregistre le plus fort taux
au monde de chômage des jeunes

Le projet MedNC Network propose une réponse à l’ampleur du défi économique et social que représente le chômage des jeunes dans la région Méditerranée, où le taux de chômage des moins de 24 ans est supérieur à 25 % – le plus élevé du monde – et présente deux particularités importantes : il touche plus particulièrement les jeunes diplômés du supérieur et les jeunes sans qualification ; il est de longue durée.

Ces deux particularités entraînent un phénomène « d’exclusion sociale » durable des jeunes, même des plus diplômés, étant donné la faible dynamique de la demande de travailleurs qualifiés.

Le projet Nouvelle Chance-MedNC vise ainsi à contribuer à apporter une réponse à cette problématique particulière de l’emploi des jeunes dans les pays membres de l’Union pour la Méditerranée.
L’accord qui vient d’être signé à Marseille précise la nature de la coopération, les questions de labellisation et la stratégie de développement du réseau MedNc.


Le rôle clé de l’OCEMO

L’OCEMO, appuyé par l’Agence Française de Développement (AFD), a pris en charge le pilotage de ce projet dont « l’objectif est d’étendre aux pays méditerranéens l’expérience des écoles de la deuxième chance développées en France (2), cela par la mise en place d’associations “nouvelles chances” dans les différents pays, fonctionnant en réseau et appuyées par de grandes entreprises nationales ainsi que par les réseaux euro-méditerranéens d’écoles d’ingénieurs et de management (RMEI-RMEM) », explique Jean-Louis Reiffers, professeur à Euromed Management, Président de l’E2C de Marseille, et vice-Président de l’OCEMO.

Le premier Centre Nouvelle Chance accueillera ses premiers stagiaires en janvier 2013 à Khouribga, au Maroc, cela à la suite d’une convention signée en juin 2012, entre l’E2C Marseille, l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) et l’OCEMO, en vue de l’installation de plusieurs dispositifs « Nouvelle Chance » par l’OCP dans les villes minières d’El Jadida, Khouribga et Safi.

L’OCEMO préside le Comité d’Orientation du réseau MedNC et apporte son appui à la création et au développement du réseau. Il cofinance le développement du programme régional et la préfiguration du réseau et est également chargé de la présentation du réseau MedNC au financement des instances multilatérales et bilatérales concernées ainsi qu’aux fondations. Enfin, l’OCEMO contribue à diffuser le concept Nouvelle Chance et à en faire connaître les réalisations.

◊ ◊ ◊


(1) Les entités signataires :
- L’Association New Chance, Maroc
- La Fondation Nouvel Horizon, Liban
- L’Institut Supérieur de Comptabilité et d’Administration des Entreprises, Tunisie
- Le Management Development International Institute, Algérie
- L’OCEMO (Office de Coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient)
- L’Ecole de la Deuxième Chance de Marseille
- Le Réseau Méditerranéen des Ecoles d’Ingénieurs et de Management (RMEI-RMEM) représenté par Euromed Management
http://www.euromed-management.com/fr

◊ ◊ ◊

(2) Les écoles de la Deuxième Chance, dont le concept a été proposé dans le Livre Blanc européen « Enseigner et apprendre, vers la société cognitive », ciblent les jeunes adultes sortis du système scolaire sans diplôme, et reposent sur quatre idées fortes :

- Installer dans un espace commun (une école) un pôle de formation, un pôle Entreprise, un pôlesocial.
- Le pôle de formation est en charge de la remise à niveau sur les compétences et savoirs fondamentaux, transmet et valide individuellement les compétences dont devrait disposer tout individu à la fin de la scolarité obligatoire. L’objectif est de développer le potentiel de chaque jeune afin d’obtenir un projet professionnel adapté à ses besoins, ses capacités, ses talents, et de chercher à stimuler un apprentissage actif en progression constante.
- Le pôle Entreprise réunit les entreprises partenaires (plus de 2 400 à Marseille) et procure aux stagiaires un programme personnalisé d’alternance. Il organise les stages, la formation alternée et la recherche d’emplois.
- Le pôle social aide à développer le comportement civique du stagiaire et accompagne, en partenariat avec les acteurs du territoire, le règlement des problèmes sociaux, familiaux et de santé que les stagiaires peuvent rencontrer.

Ce concept est désormais bien ancré : 50 écoles fonctionnent actuellement en Europe. En France, pays où elles se développent le plus, 110 sites-écoles suivent près de 13 000 jeunes, avec 60% d’accès à l’emploi et reprise de formation qualifiante et diplômante.

◊ ◊ ◊

En savoir plus : visitez le site de l’Ocemo

Articles récents recommandés