Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Assemblée parlementaire UPM affirme sa solidarité avec les mouvements démocratiques en sud-MED

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 6 mars 2011 | src.AP UPM
Rome -

Les parlementaires des pays du pourtour méditerranéen, réunis à Rome jeudi, ont condamné la violence du régime Kadhafi et ont exprimé leur soutien aux mouvements de mobilisation en faveur de la transition démocratique dans la région. L’objectif est d’adresser un message clair et unifié en vue de renforcer l’Union pour la Méditerranée en ce moment historique et difficile.

Photo ci-dessus : une vue de la session de l’Assemblée parlementaire de l’UPM (AP-UPM), les 3 et 4 mars 2011, à Rome. © Parlement UE


« Les pays du sud de la Méditerranée ont connu des changements inimaginables qui ont créé l’incertitude et une crise grave dans la région, mais aussi une occasion pour remodeler le processus initié par l’Union pour la Méditerranée. L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UPM) est le seul organe capable d’agir dans ces circonstances difficiles, à la différence de l’exécutif », a indiqué la députée Tokia Saïfi (PPE, FR), qui préside la commission politique de l’Assemblée.

Un projet de recommandation, présenté par Tokia Saïfi, sur les événements récents survenus dans le monde arabe, a obtenu le soutien de la commission et devait être voté en séance plénière vendredi.
La recommandation s’articule autour des thématiques suivantes :

- solidarité de l’AP-UpM avec les mouvements de protestation pacifique et soutien aux initiatives de transition vers la démocratie voulues par les populations elles-mêmes ;
- condamnation de la réponse violente de la Libye, et soutien aux sanctions de l’ONU et de l’UE (saisine de la Cour pénale internationale, embargo sur les armes, interdiction de voyager et gel des avoirs) ;
- demande de rapatriement des richesses détournées, « résultant d’un pillage systématique par des dirigeants irresponsables » ;
- appel aux gouvernements de l’Union pour la Méditerranée pour une réponse immédiate, utilisant les moyens nécessaires pour faciliter le développement et le changement politique dans la région.

Réfugiés, politique européenne de voisinage, banque MED

Au cours du débat, Hélène Flautre (Verts/ALE, FR) a demandé que la résolution mentionne la nécessité d’une initiative opérationnelle de l’UE pour faire face à l’afflux de réfugiés en provenance de Libye.

Selon Pier Antonio Panzeri (S&D, IT), il est indispensable de revoir les instruments de l’Union pour la Méditerranée, mais également la politique européenne de voisinage avec les pays du sud.

Vincent Peillon (S&D, FR) a plaidé en faveur de la création d’une banque euro-méditerranéenne pour faciliter le développement des pays du sud, à l’instar de la banque créée pour faciliter la transition des pays de l’ancien bloc communiste d’Europe orientale.

La position des pays du sud

Les délégués syriens ont manifesté leur soutien à l’égard de « la révolution résultant des aspirations des jeunes ayant reçu une formation », mais ils ont exhorté les députés européens à déclarer de manière explicite qu’une intervention militaire de nations étrangères n’est pas nécessaire dans le cas présent.

Zeynap Dagi, député du parlement turc, a fait observer que les soulèvements étaient le reflet des attentes d’une tranche de population à l’esprit ouvert, ce qui prouve qu’islam et démocratie sont compatibles.

Les membres de la délégation marocaine ont condamné toutes les violences faites à l’encontre du peuple libyen et ont affirmé que Kadhafi a perdu toute légitimité.

Le marocain Abdelwahed Radi, nouveau Président de l’AP UPM

Le président de la Chambre marocaine des représentants, Abdelwahed Radi, a été porté, vendredi, pour une « période transitoire » à la présidence de l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (AP UPM), restée vacante à la suite de la dissolution récemment du Parlement égyptien.

Abdelwahed Radi a répondu favorablement à une demande qui lui a été faite en ce sens par ses pairs au sein du bureau de cette instance, réuni vendredi matin à Rome.

La présidence par Abdelwahed Radi durera jusqu’à la réunion de cette Assemblée pour la désignation d’un nouveau président.

Outre le Maroc et l’Égypte, qui assurait la présidence, le bureau de cette Assemblée est constitué de représentants de l’Italie, de la France, de la Tunisie, de la Palestine, d’Israël et de la Turquie.

Sources : AP-UPM et MAP

L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UPM) réunit quelque 280 députés issus de tous les pays membres de l’Union pour la Méditerranée. Actuellement, les délégations du Parlement européen, des États membres de l’UE, ainsi que de Croatie, Monaco, Monténégro, Algérie, Jordanie, Israël, Liban, Mauritanie, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie et Turquie, ont toutes confirmé leur participation.


Articles récents recommandés