Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

L’Algérie a lancé le plus important programme de relogement de l’histoire du pays

Algérie | 3 avril 2010 | src.Magharebia.com
Alger - Le gouvernement a lancé un programme de relogement très ambitieux le 13 mars, après que des manifestations en octobre dernier eurent agité des quartiers comme Deyar al-Shams. Les autorités envisagent de construire 70 000 nouveaux logements par an dans le cadre de ce programme, a expliqué le ministre du Logement et de l’Urbanisme Nordine Moussa. Son ministère a déjà prévu de démolir 550 000 habitations au cours des quatre prochaines années, a-t-il précisé.

Photo ci-dessus - Une vue d’Alger. © BKM


« Après quarante ans de souffrance, de destitution, de désespoir et d’oppression, la vie nous est rendue », a déclaré Ahmed Bournan, un habitant de Deyar al-Shams. « Nous renaissons après avoir pratiquement connu la mort. »

Bournan est l’une des nombreuses familles de Deyar al-Shams à bénéficier des efforts de construction initiés par le gouvernement. Une habitante, Zakia, a vécu dans un bidonville avec ses enfants pendant dix ans avant de pouvoir entrer dans sa nouvelle maison. Un autre, Sabri Ammar, a souffert de la forte humidité hivernale et des fuites de son toit avec les huit membres de sa famille avant de pouvoir déménager.

Aqeela Zeytouni et sa famille de dix personnes ont vécu dans des conditions d’extrême pauvreté pendant trente-cinq ans, a-t-elle expliqué. Sa famille n’a jamais connu la stabilité ni l’espoir avant que le programme de relogement ne lui permette de trouver une nouvelle maison.

45 000 familles algéroises seront relogées

Le gouvernement a lancé un programme de relogement très ambitieux le 13 mars, après que des manifestations en octobre dernier eurent agité des quartiers comme Deyar al-Shams. Les autorités envisagent de construire 70 000 nouveaux logements par an dans le cadre de ce programme, a expliqué le ministre du Logement et de l’Urbanisme Nordine Moussa. Son ministère a déjà prévu de démolir 550 000 habitations au cours des quatre prochaines années, a-t-il précisé.

Quatre grandes villes – Alger, Annaba, Oran et Constantine – abritent 15 % des logements les plus insalubres du pays, a ajouté Moussa. Ce programme vise le relogement de 45 000 familles dans la seule capitale, et envisage la construction de 10 000 logements dans la ville d’ici la fin de l’année.

La capitale compte quelque 600 bidonvilles, a expliqué le directeur de la Direction générale du logement à Alger, Mohamed Ismaïl. Chacun abrite entre 10 et 2 000 habitants.

Les occupants des grands bidonvilles, des maisons décrépies et endommagées par le séisme de 2003 bénéficieront du programme de relogement du gouvernement, a-t-il précisé. Près de 8 pour cent des maisons algériennes sont peu sûres ou en mauvais état.

Selon les estimations, la suppression des constructions hors normes, la construction de nouveaux logements et le relogement des habitants coûtera près de 88 milliards de dinars pour 35 000 logements, a ajouté Ismail. Le gouvernement a réservé plus de 140 milliards de dinars pour cette opération.

Ce nouveau programme de relogement comporte sept étapes dans la capitale : l’évacuation des bidonvilles à forte population ; l’évacuation des habitants qui occupent des bâtiments condamnés par des rapports techniques ; l’évacuation des habitants des quartiers densément peuplés au coeur de la capitale ; le relogement des habitants vivant dans des logements préfabriqués ; le relogement des habitants des bâtiments en ruine dans la casbah et les rues environnantes ; l’évacuation des habitants vivant dans les cimetières ; et le relogement des habitants dans les diverses municipalités.

Le gouvernement a proposé près de 270 000 logements depuis le second semestre 2007. Près de 125 000 maisons doivent être construites, et les efforts de construction ont commencé pour près de 143 000 autres.

Walid Ramzi
Edité sur leJmed.fr le 3 avril 2010


Articles récents recommandés