Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY -

Kamel Haddar, multi-entrepreneur de l’innovation techno-sociale en Algérie : « Il faut aider la société par la jeunesse »


25 février 2018
Kamel Haddar, fondateur de la start-up studio CasbahTech, à Alger.
Participant à la conférence de lancement du Club « The Next Society »*, qui s’est récemment tenue à Paris, Kamel Haddar a présenté un large panel d’innovations numériques mises en pratique en Algérie par sa start-up CasbahTech. Autant d’initiatives qui contribuent à l’avancée technologique de son pays, et à la diffusion d’un certain esprit citoyen.


Fondée en 2015 à Alger, la studio start-up CasbahTech témoigne du potentiel de progrès technologiques des pays en développement du sud méditerranéen. Initiateur de ce projet, Kamel Haddar assure qu’« il faut aider la société par la jeunesse. Tout est une question de diversification des revenus pour permettre ces nouveaux échanges ». Plus encore, les actions dans le domaine de l’innovation, informatique et commerciale, visent à déployer ses réseaux solidaires dans le cadre d’une amélioration des conditions de vie de la société algérienne.


CasbahTech, incubateur d’idées techno-sociales

« J’envisage l’entrepreneur-citoyen comme quelqu’un qui aide au développement de la société, sans pour autant se méprendre sur lui-même », voilà comment est présenté le programme solidaire de la CasbahTech, première start-up studio algérienne. 
Un investissement personnel de la part de Kamel Haddar qui, diplômé de l’ESCP Europe (Paris) et ingénieur en informatique, a notamment fondé ATLAS (Algerian Talents & Leaders Association), basée à Paris et à Alger, pour faire émerger une nouvelle génération de leaders.

Depuis sa création, CasbahTech a développé quatre infrastructures en Algérie. Les deux premiers pôles concernent l’éducation et la culture des jeunes étudiants, « qui incarnent l’avenir du pays », souligne Kamel Haddar. 
iMadrassa.com est la première plate-forme numérique de soutien scolaire développée en Algérie. Basée sur les modèles de kartable.fr et d’acadomia.fr, cette base de données universitaire repose sur une récolte approfondie de data permettant d’accompagne aussi bien les élèves que les enseignants sur les programmes scolaires des parcours supérieurs.
Pédagogie encore avec jeux.imadrassa.com, qui propose Icosium, premier jeu de société algérien axé sur la culture du pays et… biodégradable. Tourné vers le grand public familial, Icosium revendique aussi de contribuer à « créer une nouvelle génération de leaders. ».

Dans cette même veine d’inspiration sociale, la start-up temtem.taxi, également lancée récemment par Kamel Haddar, ne se contente pas de s’identifier comme le Uber algérien. Selon son fondateur, l’application de transport VTC vise aussi à développer la sécurité des transports privés.
Autre innovation encire, le service de soins et beauté Noor-Box.net a pour ambition d’adapter les traditions aux innovations éco-industrielles. Développés avec succès par la CasbahTech, tous ces projets contribuent à insuffler un esprit d’entreprise dans une économie algérienne encore très largement administrée.

Une vue des participants à la conférence de lancement de « THE NEXT SOCIETY » à Paris, à la Station F de la French Tech, le 15 février 2018. © AM AfricaPresse.Paris

Vers une coopération renforcée avec l’Europe


Représentant de cette jeune génération algérienne prête à tourner la page la colonisation, Kamel Haddar préconise que son pays intensifie les échanges marchands avec les pays de la zone Euro.
Plus précisément, il souhaite convaincre les partenaires du nord de contribuer aux projets de recherche et développement du continent africain. Selon lui, l’actuelle fracture économique et technologique entre pays du nord et du sud de la Méditerranée peut être surmontée « par la coproduction et le cofinancement, dans un partenariat de travail d’égal à égal. À partir de là, nous pourrons développer ensemble les projets novateurs pour le continent africain, et qui seront bénéfiques aussi pour le reste du monde. »

C’est avec cet esprit d’ouverture qu’il adhère pleinement aux objectifs de l’Alliance Smart Africa (22 États adhérents) qui vise à développer le Continent par les technologies de la formation et de la communication (TIC).
Dans cette perspective, il considère que CasbahTech a tous les atouts pour devenir un champion du secteur : « Je suis très optimiste. C’est en travaillant avec de la persévérance que l’impact va arriver. Car nous sommes résolument convaincus d’impacter la société, à long terme. On doit apporter des solutions concrètes aux citoyens dans des domaines tels les transports, l’éducation, la culture ou même le bien-être avec Noor-Box. Et c’est cela notre ADN : impacter les gens, en changeant leur vie et en améliorant leurs moyens… Certes, il faut aussi que les investisseurs nous fassent confiance, à nous les jeunes startuppeurs, pour assurer cette belle évolution de l’avenir technologique. »
Pour convaincre les investisseurs, Kamel Haddar affirme disposer de deux atouts majeurs : « Le talent, et surtout beaucoup de persévérance ».


Un article de Maxime Coupeau


◊ ◊ ◊
◊ ◊ ◊

*Tous nos articles sur l’événement « THE NEXT SOCIETY » :

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Emmanuel Noutary (ANIMA et « THE NEXT SOCIETY ») : « L’avenir qui s’invente en Méditerranée peut inspirer à nouveau le reste du monde »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Isabelle Bébéar (Bpifrance) : « La Méditerranée-Afrique est une zone stratégique pour le développement des entreprises françaises »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Bénédicte Faivre-Tavignot (HEC) : « L’innovation inversée venue des pays émergents peut permettre aux grandes entreprises de se réinventer »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Kamel Haddar, multi-entrepreneur de l’innovation techno-sociale en Algérie : « Il faut aider la société par la jeunesse »


> Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY - Jérôme Auriac, DG GreenFlex : « The Next Society est un bon moyen faire remonter l’innovation à une grande échelle géographique »

> Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY - Mokhtar Zannad, PDG de Nielsen (Tunisie) : « Pour nous, l’innovation inversée Sud-Nord, c’est évident… allons-y ! Avançons ensemble ! »

◊ ◊ ◊

*THE NEXT SOCIETY est un mouvement porté par une communauté ouverte d’acteurs économiques et sociétaux (agences publiques, entreprises, startups, ONG...) d’Europe et des pays méditerranéens. Il vise à renforcer les écosystèmes d’innovation et développer la création de valeur ainsi que des solutions concrètes pour une prospérité partagée en Méditerranée, et demain, en Afrique. Initié par le réseau euro-méditerranéen ANIMA Investment Network, il réunit aujourd’hui plus de 300 organisations et 2 500 entrepreneurs. Il a démarré en 2017 avec un plan d’action pilote de 4 ans, cofinancé par l’Union européenne pour un montant de 7 millions d’euros.
Jusqu’en 2020, THE NEXT SOCIETY touchera directement plus de 190 incubateurs, accélérateurs et clusters, près de 60 centres de valorisation de la recherche et 300 entreprises de croissance afin de mobiliser, promouvoir et renforcer les nouveaux écosystèmes d’innovation dans 7 pays méditerranéens : Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Jordanie et Liban.

En savoir plus : Télécharger la plaquette THE NEXT SOCIETY

ANIMA Investment Network, Bpifrance et GreenFlex lancent le club « The Next Society » pour soutenir les innovateurs de Méditerranée et d’Afrique (Paris, jeudi 15 février 2018, Station F)

◊◊ ◊