Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY

Jérôme Auriac, DG GreenFlex : « The Next Society est un bon moyen faire remonter l’innovation à une grande échelle géographique »

25 février 2018
Jérôme Auriac, DG associé et cofondateur de GreenFlex. © Maxime Coupeau
Acteur engagé dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies environnementales d’entreprises, GreenFlex est l’un des fondateurs du Club The Next Society*, lancé le 15 février à Paris, dans les locaux de la French Tech. Fort de ses 230 M€ de chiffre d’affaires, et avec plus de 200 collaborateurs et 14 bureaux en Europe, GreenFlex vise maintenant l’Afrique. Une vision d’avenir que détaille ici Jérôme Auriac, DG associé et cofondateur de GreenFlex. Interview.

Quelques mots sur le métier de GreenFlex ?

Jérôme Auriac - GreenFlex a maintenant neuf ans. À l’origine conçue comme une start-up, c’est une société qui a réussi à trouver une manière de concilier, dans l’accompagnement des entreprises, la vertu écologique et la création de valeur. Donc, on accompagne nos clients en les aidant à financer leur transition tout en participant à redéfinir leur chaîne de valeur, depuis le sourcing de leurs matières premières et le développement de leurs services, jusqu’à la réalisation d’un produit fini qui sera responsable.

Que représente pour GreenFlex l’adhésion à « The Next Society » ?

Jérôme Auriac
- C’est une étape importante, car nous avons l’habitude d’être centrés sur nous-mêmes et focalisés sur les demandes de nos clients. Donc The Next Society représente un bon moyen d’élargir un réseau de coopération pour faire remonter des projets d’innovation à une grande échelle géographique. C’est une façon de voir ce qui se passe ailleurs, de repenser éventuellement nos produits, ou encore de nous inspirer de nouvelles solutions pour notre clientèle. L’essentiel selon nous, c’est d’identifier des solutions susceptibles d’être mises en œuvre ailleurs dans le monde.

Une vue des participants à la conférence de lancement de « THE NEXT SOCIETY » à Paris, à la Station F de la French Tech, le 15 février 2018. © AM AfricaPresse.Paris

Comment comptez-vous vous y prendre, concrètement ?

Jérôme Auriac - Notre action va s’articuler en deux étapes. D’abord identifier des startups avec lesquelles on pourrait se connecter, au vu des solutions créatrices de valeur pour nos clients qu’elles pourraient nous présenter. Ensuite, nous choisirons soit de les internaliser, en somme d’agir comme un investisseur, soit d’en devenir partenaire.

Comment envisagez-vous de contribuer à réduire le fossé industriel et technologique entre les pays du Sud et ceux du Nord ?


Jérôme Auriac - Je ne sais pas si cela s’avérera être notre rôle… En tout cas, notre stratégie de développement passe par une implantation géographique élargie, notamment en Afrique. Nous y opérons déjà un certain nombre de missions, mais en ayant une approche plus structurée et des bureaux GreenFlex sur place, nous pourrons susciter plus de création de valeur, et mieux la partager avec les pays d’accueil.

Quelle vision d’avenir pour GreenFlex ?

Jérôme Auriac - GreenFlex est une entreprise d’aujourd’hui déjà positionnée sur les sujets d’avenir. Notre mission principale est d’accélérer la transition environnementale en anticipant toutes les contraintes que vont subir les entreprises, mais aussi les opportunités qu’elles vont pouvoir saisir.
Il s’agit pour nous d’aider à accélérer la transition environnementale et sociétale, d’optimiser les contraintes écologiques jusqu’à les rendre profitables pour les entreprises qui s’engagent dans une stratégie de développement durable.

Propos recueillis par Maxime Coupeau


◊ ◊ ◊

*Tous nos articles sur l’événement « THE NEXT SOCIETY » :

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Emmanuel Noutary (ANIMA et « THE NEXT SOCIETY ») : « L’avenir qui s’invente en Méditerranée peut inspirer à nouveau le reste du monde »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Isabelle Bébéar (Bpifrance) : « La Méditerranée-Afrique est une zone stratégique pour le développement des entreprises françaises »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Bénédicte Faivre-Tavignot (HEC) : « L’innovation inversée venue des pays émergents peut permettre aux grandes entreprises de se réinventer »

> Lancement à Paris du Club des partenaires du mouvement THE NEXT SOCIETY - Kamel Haddar, multi-entrepreneur de l’innovation techno-sociale en Algérie : « Il faut aider la société par la jeunesse »


> Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY - Jérôme Auriac, DG GreenFlex : « The Next Society est un bon moyen faire remonter l’innovation à une grande échelle géographique »

> Lancement à Paris du Club THE NEXT SOCIETY - Mokhtar Zannad, PDG de Nielsen (Tunisie) : « Pour nous, l’innovation inversée Sud-Nord, c’est évident… allons-y ! Avançons ensemble ! »

◊ ◊ ◊

*THE NEXT SOCIETY est un mouvement porté par une communauté ouverte d’acteurs économiques et sociétaux (agences publiques, entreprises, startups, ONG...) d’Europe et des pays méditerranéens. Il vise à renforcer les écosystèmes d’innovation et développer la création de valeur ainsi que des solutions concrètes pour une prospérité partagée en Méditerranée, et demain, en Afrique. Initié par le réseau euro-méditerranéen ANIMA Investment Network, il réunit aujourd’hui plus de 300 organisations et 2 500 entrepreneurs. Il a démarré en 2017 avec un plan d’action pilote de 4 ans, cofinancé par l’Union européenne pour un montant de 7 millions d’euros.
Jusqu’en 2020, THE NEXT SOCIETY touchera directement plus de 190 incubateurs, accélérateurs et clusters, près de 60 centres de valorisation de la recherche et 300 entreprises de croissance afin de mobiliser, promouvoir et renforcer les nouveaux écosystèmes d’innovation dans 7 pays méditerranéens : Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Jordanie et Liban.

En savoir plus : Télécharger la plaquette THE NEXT SOCIETY

ANIMA Investment Network, Bpifrance et GreenFlex lancent le club « The Next Society » pour soutenir les innovateurs de Méditerranée et d’Afrique (Paris, jeudi 15 février 2018, Station F)

◊◊ ◊