Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Jean-Michel Severino, président du CA ACEP Group : « Ce qui nous intéresse, c’est l’impact que nous pouvons avoir sur la société africaine »

12 mars 2020
Jean-Michel Severino, Président d’I&P et du conseil d’administration d’ACEP Group. © DR
Créé ces jours-ci à Paris par le Fonds d’investissement d’impact I&P Afrique Entrepreneurs, avec la Société Belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) et ACEP International, ACEP Group gère un portefeuille de prêts de 110 millions d’euros et ses 1 300 employés apportent des solutions de financement à 140 000 clients entrepreneurs d’Afrique.

.

Thomas Radilofe, AfricaPresse.Paris (AP.P)
@PresseAfrica | @TRadilofe

.

Implanté à Madagascar, au Burkina Faso et au Niger, ACEP Group entend porter des valeurs humaines fortes, tout en restant compétitif sur un marché de la microfinance qui, à l’ère du digital, évolue profondément. Tels sont les objectifs auxquels répond la création de cette holding, ont expliqué les représentants d’ACEP Group, à l’occasion d’une conférence de presse organisée le 27 février au siège d’I&P, à Paris.

« Aujourd’hui, les nouveaux services proposés par les fintechs sur le marché ainsi que l’attitude hégémonique adoptée par certains concurrents tendent à complexifier le monde de la microfinance », a déclaré Thierry Perreau, Directeur général d’ACEP Group. « Une structure isolée peut vite se retrouver démunie, face à ces évolutions. Pour affronter la complexité d’un monde où les modèles économiques changent, une mutualisation des moyens financiers, humains et intellectuels s’impose. C’est pour cette raison que nous créons ce groupe », a-t-il poursuivi.

Ainsi, grâce à cet investissement collectif, les partenaires d’ACEP Group cherchent à construire un groupe financier compétitif et rentable. Cependant, au travers de cette mutualisation des moyens, le principal enjeu auquel la création du groupe entend répondre demeure sociétal.

Un modèle de microfinance responsable

« Ce qui nous intéresse, c’est l’impact que nous pouvons avoir sur la société africaine et le développement africain », a expliqué, Jean-Michel Severino, Président d’I&P et du conseil d’administration d’ACEP Group. Une « philosophie » déjà portée par les institutions ACEP disséminées sur le Continent, notamment par le renforcement du management africain.

« Lorsque nous avons démarré l’aventure ACEP, nous avons d’emblée décidé de miser sur la capacité de gestion africaine. Aujourd’hui, vous avez, à la tête des institutions de microfinance ACEP, de jeunes patrons africains, qui sont de formidables managers », a indiqué Thierry Perreau. « La création du groupe va permettre à tous ces directeurs d’échanger leurs expériences, pour faire face aux enjeux de demain », a-t-il poursuivi.

Concernant la relation avec les clients entrepreneurs, à l’heure où la majorité des institutions de microfinance privilégie la méthode statistique du « credit scoring » pour évaluer la solvabilité d’un demandeur de prêt, ACEP Group entend placer le facteur humain au coeur du processus d’octroi de financements. « Il faut conserver une relation de proximité physique entre le client et l’agent de crédit. Cela est nécessaire pour travailler au mieux avec les entrepreneurs que nous finançons » a expliqué le directeur général d’ACEP Group. « Nous allons continuer d’aller à la rencontre des clients. C’est absolument déterminant dans notre stratégie de finance durable », a-t-il ajouté.

Les représentants du groupe ont également indiqué vouloir élargir l’offre des institutions ACEP vers des crédits à vocation sociale, qui dépasseraient le cadre strict de l’entreprise. « Nous avons l’intime conviction que beaucoup d’autres besoins de financement existent au niveau de la famille », a expliqué Thierry Perreau. En capitalisant autour d’une relation de confiance forte avec ses clients, ACEP Group prévoit ainsi d’octroyer des petits financements à des projets relevant la de santé, de la protection sociale ou encore de la scolarisation des enfants des demandeurs de prêts.

Le nouveau groupe souhaite, enfin, élargir son offre et accélérer l’octroi de crédits grâce à une digitalisation raisonnée des services, ont indiqué ses représentants.

Vers une digitalisation raisonnée des services

« Nous réfléchissons à des crédits flash, qui pourraient être disponibles en quelques heures sur les porte-monnaies électroniques des entrepreneurs », a expliqué Thierry Perreau. Pour rendre possible la mise en place de ce type de services, le groupe discute avec les opérateurs de téléphonie mobile (OTM) Orange et Airtel sur une potentielle collaboration, a confié son DG.

Ces discussions restent cependant délicates, notamment sur la question des données utilisateurs et du lien de proximité fort que les institutions ACEP entendent conserver avec les demandeurs de prêts. « Le risque, à travers ce type de collaboration – et l’usage des datas qui en résulterait –, est d’altérer le contact client que nous nous efforçons de maintenir », a concédé Thierry Perreau. « Dans le monde de la microfinance, certaines institutions se font cannibaliser par les OTM, via le système de credit scoring », a-t-il déploré.

« Nous devons trouver un accord pour établir des relations équilibrées entre notre groupe et ces opérateurs, qui ont, aujourd’hui, la capacité de répondre à de nouveaux besoins. » Pour profiter des opportunités futures offertes par la digitalisation, ACEP Group recrute, au sein de ses institutions, des personnes issues des opérateurs de téléphonie mobile.

◊ ◊ ◊

LIENS UTILES

- Site Investisseurs & Partenaires : http://www.ietp.com/
- Site ACEP Group : s. https://groupacep.com/
- Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) : https://www.bio-invest.be/

◊ ◊ ◊

.

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés