Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Jean-Louis Guigou, DG de l’IPEMED : « Vous,
les élites, devez miser gagnant en Méditerranée ! »

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 16 décembre 2011 | src.leJMed.fr
Paris -

De nombreuses personnalités euro-méditerranéennes ont participé, vendredi 9 décembre 2011, à la conférence - débat organisée par l’IPEMED en partenariat avec la Caisse des Dépôts, et consacrée à « La Méditerranée à l’horizon 2030, quelles propositions pour une meilleure convergence ? », thème d’une étude prospective que l’IPEMED vient de finaliser. Un travail unanimement salué, et que les différents orateurs se sont plu à enrichir de leurs contributions, tandis que Jean-Louis Guigou, Délégué général de l’IPEMED, en appelait à la mobilisation et au courage des élites.

Photos : Jean-Louis Guigou, Délégué général fondateur de l’IPEMED, durant son intervention au siège de la Caisse des Dépôts, vendredi 9 décembre 2011. © Alfred Mignot - décembre 2011


« À l’IPEMED, souligne Jean-Louis Guigou, nous avons identifié quatre forces déterminantes pour l’avenir de la Méditerranée : la régionalisation de la mondialisation ; la démocratisation des pays arabes ; la convergence nord-sud ; l’intégration économique, comme les Allemands l’ont fait avec les pays de l’Est ».

Développant ensuite chaque point, Jean-Louis Guigou regrette que l’Europe n’a toujours pas intégré son sud, contrairement aux autres grands blocs régionaux (Alena, Asean…), alors que « c’est le bloc qui fera la meilleure connexion avec son sud qui gagnera », estime-t-il.

Sur la question de la démocratisation en marche des pays arabes, JLG tempère les récents succès électoraux des partis islamistes en soulignant qu’à ce jour « ils sont les seuls partis structurés. Mais demain, ils seront confrontés aux réalités, et obligés de composer ».


« La Méditerranée à l’horizon 2030 » :
pour un scenario de la convergence

Sur l’idée de la convergence entre le nord et le sud, Jean-Louis Guigou indique le rapport sur « La Méditerranée à l’horizon 2030 » est le fruit d’un travail de deux ans et demi de trente intellectuels et prospectives issus de quinze pays méditerranéens, et rassemblés à l’initiative de l’IPEMED. « Trois scenarii se sont présentés à eux : la pagaille ; la marginalisation, avec le sud Europe qui s’effondre ; le scenario de la convergence entre les deux rives. Cela me réjouit, bien sûr, que ces hommes compétents retiennent le scenario de la convergence, car tous les autres nous mettraient dans une position intenable ».

Jean-Louis Guigou ajoute porter le témoignage que de plus en plus de penseurs évoquent cette convergence nord-sud – par exemple Emmanuel Todd et Youssef Courbage, dans leur livre « Le rendez-vous des civilisations » (2009) – rendant plus probable qu’un jour « la Méditerranée devienne le lit nuptial de l’Orient et de l’Occident », selon la belle formule de Michel Chevalier, en1832. Une formule confortée par cette autre, de Victor Hugo : « On arrête des armées, pas des idées ».

Encore faut-il, relève Jean-Louis Guigou, que nous ayons « le courage de redistribuer l’appareil de production entre nord et sud, comme les Allemands l’ont fait avec les pays de l’Est. Et c’est aussi une des explications de leur succès à l’exportation », a-t-il estimé.

Certes, en ces temps de pré-campagne de l’élection présidentielle, le thématique peut sembler délicate, tant il est commun de confondre partage raisonné de la chaîne de valeur et délocalisation pure et simple. Peut-être Jean-Louis Guigou songeait-il à cela, lorsque, avec sa fougue habituelle, il en a appelé à la mobilisation des élites : « Vous, les élites, ne devez pas démissionner, mais faire preuve d’encore plus de vigilance, ne pas laisser la méfiance s’instiller dans les populations… Comment ? Vous devez vous demander ce qui peut rapprocher les deux rives de la Méditerranée, et miser gagnant ! »


Alfred Mignot

◊ ◊ ◊

(1) Pour parvenir au scénario de convergence régionale que l’IPEMED appelle de ses vœux, neuf recommandations pour un « écosystème » méditerranéen ont été élaborées. En voici un bref résumé :
– 1 : Investir dans le capital humain en favorisant la mobilité
– 2 : Accélérer les transferts de savoirs, de compétences et de technologies
– 3 : Créer un espace institutionnel commun accompagné de transferts financiers
– 4 : Engager un processus de certification méditerranéenne couvrant les services et l’agriculture dans un premier temps
– 5 : Sélectionner les projets cofinancés dans le cadre de l’UpM sur leur potentiel de création d’emploi et/ou de sobriété énergétique
– 6 : Créer un fonds méditerranéen environnemental
– 7 : Mettre en place une banque méditerranéenne d’investissement
– 8 : Intensifier les réseaux de transports au Sud de la méditerranée en vue de favoriser la fluidité des échanges commerciaux Sud-Sud
– 9 : Élaborer une politique commune de sécurité alimentaire.


Version intégrale
Télécharger ici : « Demain, la Méditerranée. Scénarios et projections à 2030 » - Ouvrage Collectif coordonné par Cécile Jolly. Réalisé avec le consortium "Méditerranée 2030".

Compte-rendu de la conférence : lien sur le site de l’IPEMED

Tous les documents IPEMED relatifs au thème « Méditerranée 2030 » : télécharger ici.

◊ ◊ ◊

Liens vers nos autres articles à propos de l’IPEMED

Articles récents recommandés