Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Investir au Maroc

Maroc | 18 février 2010 | src.Investir au Maroc
Le Maroc est une destination de choix pour les investissements étrangers. Ces derniers ont d’ailleurs augmenté de manière régulière, notamment depuis la fin des années 1990. Les réformes économiques, sociales et juridiques mises en œuvre ont sécurisé et facilité l’installation des investisseurs étrangers. Des mesures fiscales incitatives complètent l’arsenal économique et permettent le développement d’activités professionnelles à coûts très compétitifs.
Le site de la Direction des investissements du Maroc, à l’adresse http://www.invest.gov.ma/index.jsp

Le Maroc est une destination de choix pour les investissements étrangers. Ces derniers ont d’ailleurs augmenté de manière régulière, notamment depuis la fin des années 1990. Les réformes économiques, sociales et juridiques mises en œuvre ont sécurisé et facilité l’installation des investisseurs étrangers. Des mesures fiscales incitatives complètent l’arsenal économique et permettent le développement d’activités professionnelles à coûts très compétitifs.

Enfin, les procédures d’installation ont été uniformisées, simplifiées et rendues plus efficaces grâce, notamment, au Centres Régionaux d’Investissement (CRI) et à la mise en place du Manuel des procédures liées à l’investissement dont les différents formulaires sont consultables et téléchargeables à l’adresse : www.manueldesprocedures.com.

Toujours en vertu de la Charte de l’investissement, les investissements étrangers réalisés au Maroc bénéficient du régime de convertibilité. Sur le plan de la réglementation des changes, ce régime garantit l’entière liberté pour la réalisation des opérations d’investissement au Maroc, le transfert des revenus produits par ces investissements et le retransfert du produit de liquidation ou de cession des investissements

Les obstacles à l’investissement au Maroc ont diminué considérablement depuis dix ans, et un environnement favorable à l’expansion des sociétés étrangère au Maroc s’est mis en place.

Pratiquement tous les secteurs sont libres et ouverts aux investisseurs étrangers, à l’exception des investissements dans les secteurs du phosphate, de la distribution d’alcool éthylique, de la gestion des déchets nucléaires, de la distribution en gros de fruits, légumes, halls de poissons et les abattoirs, de la production de l’eau et de l’électricité, des services postaux (l’émission de timbre-poste ainsi que toutes autres marques d’affranchissement et la collecte de l’épargne à travers la Caisse d’Epargne Nationale).

Il en est de même de la distribution des Tabacs qui est un monopole privé la Régie des Tabacs depuis sa privatisation en 2003 et son rachat par le groupe Altadis, ce monopole est maintenu jusqu’en 2010. Après cette date, il sera démonopolisé.

Pour le secteur agricole, les investisseurs étrangers n’ont pas la possibilité de devenir propriétaires de terrains à vocation agricole, mais ils peuvent, en revanche, être partie prenante à des baux de longue durée accordés pour le développement d’activités de caractère agricole. Un projet de texte en cours, permettrait de lever cette interdiction pour l’acquisition de terrains agricoles par des étrangers. Le processus de l’ouverture aux investissements aussi bien nationaux qu’étrangers se poursuit.

Pour plus d’information consulter la liste sur le site de l’OCDE : www.oecd.org/mena/investment

Outre que la quasi-totalité des secteurs a été ouverte au capital étranger, le commerce extérieur et le régime des changes ont également été libéralisés, la bourse des valeurs a été modernisée tout comme le cadre juridique de l’entreprise (réformes sur la loi sur les sociétés, le code de recouvrement des créances, la création des tribunaux de commerce, la mise en place de centres d’arbitrage, l’adoption de la loi sur la concurrence, la protection de la propriété intellectuelle, etc.).

Tout savoir sur l’investissement étranger au Maroc :

http://www.invest.gov.ma/index.jsp

Articles récents recommandés