Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

LE DOSSIER DU 1er FORUM AMBITION AFRICA (Paris-Bercy, 22-23 octobre

Frédéric ROSSI, DG délégué de Business France (3/3) : « Après Ambition Africa, on ne lâchera rien ! »

26 octobre 2018
Frédéric ROSSI, Directeur général délégué de Business France. © AM/AfricaPresse.Paris
Dans les deux premiers volets de cet entretien exclusif, Frédéric Rossi a décrypté en détail pour AfricaPresse.Paris la genèse et le fonctionnement de la nouvelle et prometteuse Team France Export, ainsi que le potentiel remarquable de l’alliance renouvelée et consolidée entre Business France et Bpifrance. Dans ce troisième volet de notre triptyque, le Directeur général délégué de Business France nous parle plus précisément de « l’ambition africaine » et de l’action au long cours qui se met en place pour accompagner les entreprises françaises dans leur projection à l’international, et particulièrement en Afrique.

Propos recueillis par Alfred Mignot, AfricaPresse.Paris
@alfredmignot

 »>.

À la demande de ses ministères de tutelle – le MEAE et de l’Économie – et sous le haut patronage du président Emmanuel Macron, Business France a organisé le Forum Ambition Africa, dont l’objectif assumé est de devenir l’événement d’affaires annuel de référence entre la France et l’Afrique. Que pouvez-vous nous dire de cette ambition africaine ?

Frédéric Rossi – Avant même le Forum Ambition Africa, nous avons participé le 11 octobre au grand événement BIG [Bpifrance Inno Generation] de Bpifrance, qui a accueilli quelque 40 000 entrepreneurs français, et où Business France a participé à une centaine d’événements dédiés à l’international – avec notamment un village Afrique – sur un total de trois cents manifestations.

Mais bien sûr, Ambition Africa, très axé BtoB, aura été un grand forum très important pour nous, totalement en phase avec notre nouvelle feuille de route où l’Afrique est l’une des trois destinations prioritaires à l’international, avec la Chine et l’Allemagne.

En Afrique, nous avons bien renforcé notre réseau au cours des trois dernières années. Naguère nous n’avions que trois bureaux, maintenant notre réseau couvre à peu près la totalité du continent africain – en tout cas les pays présentant des opportunités captables.

Notre stratégie Afrique est très clairement volontariste : d’une part, nous contribuons avec nos partenaires à stimuler dans nos régions les entreprises à potentiel exportateur [voir à la fin de ce texte les liens vers nos précédents articles, ndlr], d’autre part, nous organisons, seuls ou en collaboration avec l’ensemble de nos partenaires dont Bpifrance et de nombreux acteurs privés, des missions export, centrées sur un pays et un secteur d’activité.

L’intérêt de l’événement Ambition Africa, selon moi, aura véritablement été de mettre un coup de projecteur sur l’Afrique à haut niveau gouvernemental – puisque l’événement a été voulu et soutenu par deux ministres – avec Business France comme opérateur.

Ambition Africa a été conçu comme un événement de grande envergure et purement de BtoB, très concret, s’adressant à des patrons de PME qui se demandent comment aborder le marché africain. Nous avons ainsi souhaité leur donner les premières clés, et plus encore la possibilité de rencontrer des chefs d’entreprise de nombreux pays d’Afrique, et aussi d’autres patrons français avec lesquels – et c’est un autre point fort de cet événement – il aura pu faire du « peer to peer », c’est-à-dire échanger avec des pairs qui sont eux-mêmes engagés en Afrique, ou qui en ont le projet, et de voir s’ils peuvent éventuellement avancer ensemble.

Comment entendez-vous capitaliser sur ce grand événement Ambition Africa ?

Frédéric Rossi – Après l’événement, ce sont les équipes de nos deux Directeurs de zone Afrique, Axel Baroux pour l’Afrique subsaharienne et Dominique Boutter pour l’Afrique du Nord qui, sur le terrain, vont poursuivre l’accompagnement de ces sociétés françaises dans chacun des marchés qu’elles auront sélectionnés. L’accompagnement sera global et constant : sélection de partenaires locaux, présentation détaillée des tenants et aboutissants de chaque marché – la manière de rentrer, les autorisations à obtenir, les chausse-trappes à éviter, etc. –, appui à la pérennisation des courants d’affaires. Et passer ensuite aux pays voisins !

Un élément fort de différenciation de ce forum au regard des autres événements dédiés à l’Afrique : nous conservons la traçabilité de toutes les rencontres BtoB, et ensuite nos équipes relancent les divers protagonistes.

Il faut savoir que Business France est la seule agence export, dans le monde, dont les collaborateurs sont objectivés sur le nombre de courants d’affaires qu’ils font conclure aux entreprises françaises clientes.
Aujourd’hui, nous sommes capables de certifier – d’ailleurs c’est un organisme indépendant de nous qui le fait – qu’une entreprise sur deux qui décide de travailler avec nous à l’internationalisation développera des affaires dans les six mois à deux ans !

Comment est-ce possible ? Notre expérience prouve qu’une entreprise qui est accompagnée ne lâche pas face aux difficultés rencontrées. Ne rien lâcher, c’est en fait le vrai enjeu, bien plus signifiant que de décrocher un premier rendez-vous. Vous comprenez l’importance d’un événement comme Ambition Africa ! Après, on ne lâchera rien, et particulièrement en Afrique.

Séance inaugurale du grand Forum Ambition Africa, lundi matin 22 octobre à Paris-Bercy, au ministère de l’Économie et des Finances, avec les allocutions de : Christophe LECOURTIER, Directeur Général de Business France, opérateur de l’événement ; Agnès PANNIER-RUNACHER, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances ; Jean-Baptiste LEMOYNE, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères ; Rémy RIOUX, Directeur Général de l’Agence Française de Développement (AFD) ; Sambou WAGUE, Ministre de l’Energie et de l’Eau du Mali ; Amadou KONE, Ministre des transports de la République de Côte d’Ivoire.
© AM/AfricaPresse.Paris

 »>.

Quelle est votre vision « territoriale » de l’Afrique ?

Frédéric Rossi – Je pense qu’aujourd’hui nous sommes face à quatre pôles sur ce continent : l’Afrique du Nord où les entreprises françaises sont tout de même déjà bien présentes, l’Afrique de l’Ouest francophone où l’on est en train de revenir depuis déjà quelques années maintenant. Reste à attaquer l’Afrique australe, autour du pôle de l’Afrique du Sud – un marché très concurrentiel et mature, mais de référence – et puis la corne de l’Afrique avec le Kenya, la Tanzanie ou encore l’Éthiopie.

Voilà ! Une entreprise intéressée pour démarrer à l’export en Afrique doit avoir bien en tête ces quatre pôles de développement. Nos équipes sont là pour la conseiller, et ensuite pour voir comment, progressivement, elle peut avancer par capillarité, d’un pays à l’autre.

Je conclurai sur ce point en me référant à la vision, que je partage, de Rémy Rioux, le DG de l’AFD, notre partenaire stratégique sur le forum : nous avons une approche « tout Afrique », c’est-à-dire affirmant une vision panafricaine. Nous déployons donc une stratégie globale, avec une déclinaison adaptée à chacune des quatre régions du Continent. On est dans le « glocal », vision globale et action locale – tout comme en France nos Régions adaptent à leur main l’outil de la Team France Export [ici les liens vers nos précédents articles sur ce sujet, à la fin de ce texte - ndlr].

Au-delà d’Ambition Africa, Business France aura été durant la même semaine l’opérateur de nombreux événements export, et d’un véritable marathon d’événements africains, à Paris…

Frédéric Rossi – Oui, il est remarquable de noter que cet événement Ambition Africa, lundi 22 et mardi 23 octobre, se soit inséré dans une semaine d’événements dédiés en partie à l’Afrique : les Ves Rencontres internationales de la French Tech (RIFT) à notre siège de Business France, où nous avons mercredi 24 octobre les représentants de 300 start-up, incubateurs, membres de l’écosystème tech français auxquels on va parler d’opportunités dans le monde, et notamment en Afrique, via Digital Africa ; le salon de l’agroalimentaire SIAL à Villepinte, où Business France sera très présent sur un stand commun avec l’ANIA, association nationale des industries agroalimentaires, et où nous faisons venir de nombreuses délégations africaines pour y découvrir les innovations françaises aptes à nourrir le continent.

Et encore : jeudi 24 et vendredi 25 octobre, nous organisons au ministère des Finances la réunion annuelle des TPO, les Trade Promotions Organisations, c’est-à-dire des quelque 130 homologues de Business France dans le monde, afin d’échanger sur nos problématiques.

Pour notre part, avec nos partenaires de l’AFD, nous avons monté des programmes spécifiques pour 21 de nos homologues africains – donc des agences export ou investissement, type Business France. Après le gros focus de ces jours-là, nous les accompagnerons sur la durée pour les aider à structurer leur action, afin qu’elles se dotent d’un outil compétitif de promotion de leur économie, tant pour l’exportation que pour attirer les investissements.

C’est un travail de partenariat de longue haleine… À quelle échéance en espérez-vous des retours ?

Frédéric Rossi – C’est deux ans de travail… Nous en sommes à la structuration de nos homologues pour ensuite établir un dialogue entre agences paires, et aboutir à la création de partenariats.
Je rappelle que l’international et l’innovation sont aujourd’hui les deux principaux leviers de croissance pour nos entreprises françaises. Il faut qu’elles embrassent l’une ou l’autre voie, et si possible les deux.

Aujourd’hui, nous sommes dans un momentum favorable, c’est pour cela que nous avons élaboré avec nos partenaires ce nouvel instrument Team France Export. C’est pour cela aussi que dans ce partenariat avec Bpifrance, les CCI et les Régions, nous développons des processus d’action très pragmatiques, au plus près des entreprises.

Et pour vous répondre sur les retours attendus : quelques mois seront nécessaires pour mettre en place l’ensemble du dispositif, mais on espère que dès la fin de 2019, début 2020, nous verrons apparaître des résultats probants, tant pour le nombre d’exportateurs qu’en termes de volumes d’exportation des PME et ETI.

Comme vous le voyez bien, toute notre action vise à la fois à adresser des opportunités immédiates, et en même temps à préparer un avenir de flux d’affaires durables pour nos entreprises françaises.

◊ ◊ ◊

 »>.

TOUS NOS ARTICLES (17) SUR LE THÈME ET L’ÉVÉNEMENT
du 1er FORUM AMBITION AFRICA
(Paris-Bercy, 22-23 octobre 2018)

 »>.

AmbitionAfrica - Amadou KONE, ministre ivoirien des Transports :
« Il faut que les entreprises françaises prennent bien plus de risques ! »

AmbitionAfrica – Kabirou Mbodje, PDG de WARI :
« Notre plate-forme digitale se veut une porte d’entrée incontournable en Afrique »

Ambition Africa - Yvonne Mburu, membre du CPA et CEO de Nexakili :
« Il faut renforcer le système de santé africain dans sa globalité »

AmbitionAfrica - Mossadeck Bally, PDG du Groupe Azalaï :
« En Afrique, les entreprises françaises doivent se remettre en cause ! »

Ambition Africa - Mossadeck Bally, PDG du Groupe Azalaï (2/2) : « Nous sommes fiers d’être un groupe panafricain d’origine malienne »

Ambition Africa - Frédéric ROSSI, DGD de Business France (1/3) :
« La création de la Team France Export est une innovation historique ! »

AmbitionAfrica - Frédéric ROSSI, DG délégué de Business France (2/3) :
« Business France et Bpifrance vont lancer ensemble
un accélérateur d’entreprises à l’international »

Ambition Africa - Frédéric ROSSI, DGD Business France (3/3) :
« Après Ambition Africa, on ne lâchera rien ! »

Ambition Africa - Christophe LECOURTIER, DG de Business France :
« Ambition Africa deviendra l’événement entrepreneurial de référence entre la France et l’Afrique ! »

Ambition Africa - Ylias Akbaraly, PDG Groupe SIPROMAD (Madagascar) :
« Notre bureau de Paris représentera toutes nos activités avec nos partenaires internationaux »

Ambition Africa - Paul BOURDILLON, DGA SUEZ Afrique, Inde et MO (1/2) :
« Le développement inclusif est véritablement au cœur des activités de SUEZ en Afrique »

Ambition Africa - Paul BOURDILLON, DGA de Suez Afrique, Inde et MO (2/2) : « En Afrique, il faut financer à la fois la construction
et l’exploitation des infrastructures »

Ambition Africa - Vincent Stempin, DG de MÜPRO, TPE exportatrice en Afrique : « Nous avons identifié un potentiel important en Côte d’Ivoire »

#AmbitionAfrica - @Pedro__Novo, Directeur Export Bpifrance :
« Notre Fonds franco-africain vise à fertiliser PME et co-entreprises »

- Pierre-Yves Pouliquen, DG Afrique, MO et Inde de SUEZ :
« Le traitement des déchets est l’une des urgences de l’Afrique » (1/3)

- Pierre-Yves Pouliquen, DG Afrique, Moyen Orient et Inde de SUEZ : « L’Afrique nous oblige à réinventer nos modèles d’action et d’inclusion » (2/3)

Pierre-Yves Pouliquen, DG Afrique, MO et Inde de SUEZ :
« Nous travaillons en Afrique avec la même exigence technique et humaine qu’en France » (3/3)

◊ ◊ ◊

Une des affiches de promotion de l’événement Ambition Africa, à Paris, à proximité du ministère de l’Économie et des Finances. © AM/APP

◊ ◊ ◊