Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

France - Maroc - Union pour la Méditerranée

François Fillon, PM français : « Nous soutenons le Maroc en tous les domaines »

26 juillet 2008
Rabat - Rabat, le samedi 19 avril 2008 - © Alfred Mignot, pour L’Economiste (Maroc), et VoxLaina.com (Paris) - • La France appuie l’objectif marocain de « statut avancé » avec l’UE • 17 accords économiques ou autres signés entre les deux pays • « Notre contribution à l’UPM sera importante », déclare Abbas El Fassi, PM marocain -
François Fillon, PM français, et Abbas El Fassi, PM marocain, lors de leur conférence de presse.

Depuis bien des années, les rencontres Maroc-France affichent une sereine convivialité, tout à fait exceptionnelle dans les relations internationales. Co-présidée par le Premier ministre marocain Abbas El Fassi et le PM français François Fillon, la IXe Rencontre intergouvernementale, les 17 et 18 avril à Rabat, n’a pas échappé à la règle, bien au contraire.

S’exprimant dans le cadre du séminaire du GIEFM (Groupement d’impulsion économique franco-marocain) co-présidé depuis 2005 par les désormais inséparables et efficaces Mustapha Bakkoury (CDG) et Jean-René Fourtou (Vivendi), le Premier ministre Abbas El Fassi félicita « très vivement » les deux dirigeants pour leur « dévouement et leur dynamisme, aux côtés et avec l’appui du Medef et de la Cgem ».

« La France, j’ai plaisir à le souligner, demeure le premier partenaire économique du Maroc », continua le Premier ministre, citant également, parmi les initiatives qui contribuent au « lien d’exception » entre les deux pays, « Maroc Export », « Maroc Offshore », ainsi que « Maroc Hexagone » qui, à l’initiative de Fathallah Sijilmassi, ambassadeur du SM Mohamed VI à Paris, promeut depuis trois ans le Maroc économique par des tournées régulières dans les villes et régions de France.

« Mais, considéra le PM, je suis convaincu que nos relations économiques sont loin d’avoir épuisé tout leur potentiel ! »

« Aucun sujet de désaccord
entre nous » déclare F. Fillon

François Fillon, le PM français venu accompagné de six membres de son gouvernement, a pour sa part relevé que « la coopération politique et économique entre la France et le Maroc est excellente. Mais nous souhaitons l’intensifier, l’approfondir ».

Ainsi qu’il l’avait fait la veille lors de son discours précédant le dîner officiel, François Fillon a évoqué à plusieurs reprises « l’exemplarité » des réformes engagées par le Royaume. Lors de la conférence de presse de l’après-midi, tenue après qu’il fut reçu par S.M. Mohamed VI, il souligna qu’il n’existait « aucun sujet de désaccord entre France et Maroc ».

« Nous soutenons le Maroc dans tous les domaines » a-t-il aussi déclaré, et particulièrement pour l’obtention du « statut avancé » de coopération avec l’UE, souhaité par le Royaume, et que la France s’efforcera de finaliser lors de sa présidence de l’UE qui débute le 1er juillet.

La veille, lors du dîner officiel, le PM français avait déclaré, au sujet du Sahara occidental, que la France « soutient l’initiative » du Maroc pour une autonomie de cette région.

Enfin, lors de cette même conférence tenue conjointement avec le PM marocain, F. Fillon, répondant à une question relative aux flux migratoires, affirma que « l’UPM n’est pas un projet sécuritaire ». Concernant cette fois la localisation du futur Secrétariat de l’UPM, F. Fillon déclara : « La position de la France est simple, il faut que le siège du Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée soit situé dans un pays de la rive sud », sans indiquer toutefois vers quel pays pourrait pencher la balance, le Maroc et la Tunisie étant actuellement les plus souvent cités.

Abbas El Fassi a pour sa part rappelé que S.M. le Roi Mohammed VI avait immédiatement soutenu la proposition du Président Nicolas Sarkozy. Et de souligner : « Notre contribution à l’UPM sera importante à plusieurs titres : parce que le Maroc est un pays maghrébin, membre de la Ligue arabe, de l’Organisation de la Conférence islamique, engagé dans le processus de Barcelone, et un pays africain ».

J.-R. Fourtou identifie « trois points faibles »
qui freinent la croissance marocaine

Rebondissant sur un propos de F. Fillon qui venait d’évoquer la « disposition de la France à aider le Maroc dans la formation professionnelle », qu’il a qualifiée de « clé de la croissance », J.-R. Fourtou insista : « Il faut résoudre le problème central des ressources humaines au Maroc à travers le développement de la formation professionnelle ».

De même, soulignant que l’une des missions du GIEFM est d’être le chalengeur de la compétitivité du Royaume, il n’hésita pas à appeler à une réforme de « la fiscalité marocaine [qui] n’est pas compétitive », pour les expatriés et résidents étrangers, au regard par exemple de l’offre irlandaise et même d’autres pays européens. Enfin, il s’est prononcé en faveur de la mise en place d’un dispositif visant à assurer « un meilleur arbitrage des conflits qui surviennent entre les différents acteurs économiques au Maroc ».

===

L’essentiel des 17 accords signés

Mustapha Bakkoury (DG de CDG, à droite, sur la photo) et Augustin de Romanet (DG de la CDC) ont signé une convention de coopération portant sur trois axes majeurs : l’inscription de leurs relations et de leurs actions communes dans le cadre du projet de l’UPM ; l’engagement commun à soutenir les institutions similaires des pays francophones de l’Afrique subsaharienne ; la mise en place et l’animation du Club des investisseurs de long terme.

- Les transports drainent la plus grande part des financements

- Soutien aux Centres sectoriels de formation professionnelle

Tramway de Rabat–Salé - Octroi d’un prêt à conditions privilégiées de 150 M€€ pour le financement du matériel roulant. Un prêt supplémentaire de 40€ M€ de l’Agence Française de Développement contribuera au financement des infrastructures de base des deux lignes de tramway, qui desserviront Rabat et Salé.

TGV Casablanca-Tanger - Don français de 75 M€€ pour le financement de l’assistance technique et des études pour la construction de la ligne de train à grande vitesse entre Casablanca et Tanger, qui roulera à une vitesse commerciale de 320 Km/h, réduisant à 1 h 30 le temps de parcours entre les deux villes.

Centres sectoriels de formation professionnelle - 22,5 M€ accordés par l’Agence Française de Développement pour la création ou la réhabilitation de centres sectoriels de formation professionnelle pour certains secteurs-cible : audiovisuel, textile et habillement, aéronautique, BTP et matériaux de construction, cuir, transport et logistique, automobile, artisanat.

Assainissement liquide du Grand Agadir - Convention de financement du prêt de 35 M€€ accordé en novembre 2007 par l’AFD en faveur du programme RAMSA en assainissement liquide dans l’agglomération d’Agadir. Ce financement est affecté au système d’épuration de la zone Nord (26,5 M€€) et aux aménagements visant la réutilisation des eaux usées (8,5 M€€).

Contribution française à l’INDH - Sur un total de 8 M€€ de dons de contribution annoncé en octobre 2007 par le Président Sarkozy, 3 M€€ avaient déjà été versés. L’accord-cadre du 18 avril prévoit le versement immédiat de 2 M€ ainsi que le versement de la totalité des 8 M€ d’ici à la fin de l’année 2008.

Fonds d’expertise dédié aux collectivités locales - Mis en place à la demande du Maroc, le Fonds d’expertise et de renforcement de capacités des collectivités locales (FERC) bénéficie d’une subvention de 1,5 M€ de l’AFD. Chantiers prioritaires : les finances locales, le renforcement de la capacité de maîtrise d’ouvrage des collectivités, la gestion patrimoniale et foncière, la contractualisation et le pilotage.

Protocole d’accord avec Pierre & Vacances - Un protocole d’accord entre l’hôtelier touristique Pierre & Vacances et le Royaume du Maroc a été signé pour l’acquisition de terrains à Marrakech, Agadir, Tanger et Casablanca. Le groupe compte ouvrir des villages-clubs locatifs à Marrakech en 2011 et à Agadir en 2012. L’investissement total prévu est de 270 M€, pour 10 000 lits à l’horizon 2013, a indiqué le P-DG Gérard Brémond.

Achat d’une frégate - Le Royaume se porte acquéreur d’une frégate franco-italienne multimissions Fremm, navire furtif de nouvelle génération, pour un montant évalué à 470 M€. « Identique à celles qui équipent la Marine française, cela permettra une coopération plus aisée entre les deux Marines », a relevé F. Fillon.

===

Le Maroc invité à une réunion
européenne « informelle »

Dominique Busserau, Secrétaire d’État français chargé des Transports, a invité Karim Ghellab, ministre de l’Équipement et des Transports, à assister à la réunion informelle des ministres européens des transports, qui se tiendra sous présidence française en septembre à La Rochelle (France), pour discuter des autoroutes de la mer et des projets de coopération entre le Maroc et l’UE. Le Maroc, on le sait, a exprimé le souhait que les ports de Tanger-Med, Casablanca et Agadir soient des « ports origine » des autoroutes de la mer envisagées dans le cadre de la future UPM.

Articles récents recommandés