Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Fatima Zohra Malki Bensoltane :
« Osons la Réussite ensemble,

Femmes du sud et Femmes du Nord »

20 décembre 2017
Fatima Zohra Malki Bensoltane, Présidente fondatrice de Mediterravenir (Tunisie et France),Vice-présidente de la Fondation du Dialogue sud-nord (Bruxelles). © rtci
À l’occasion d’une conférence donnée à Paris à La Fondation de la Tunisie, et coorganisée avec l’association Chemins croisés des civilisations, le 14 décembre, Fatima Zohra Malki Bensoltane dresse le bilan d’étape des associations qu’elle anime, et développe sa vision d’avenir, ambitieuse et concrète, en faveur de l’émancipation des femmes.

Une tribune de Fatima Zohra Malki Bensoltane
Présidente fondatrice de Mediterravenir (Tunisie et France)
Vice-présidente de la Fondation du Dialogue sud-nord (Bruxelles)

La Tunisie, où je réside, traverse des moments difficiles au plan économique, avec toutes les conséquences sociales et politiques. Mais la Tunisie est également le pays qui construit sa démocratie sur des bases solides : même si le chômage est en croissance et que 47 % des jeunes Tunisiens ne voient d’autre solution que de quitter le pays, c’est encore celui de la région arabe capable de réussir par de bonnes décisions et des choix opportuns qui pourraient faire bouger les choses et faire réellement la différence.

Il y a lieu de rappeler que la Tunisie a commencé à évoluer depuis un siècle et demi, et la modernité a depuis lors commencé à y faire des racines profondes.
Il est donc difficile de faire admettre à l’opinion les trois phobies des rétrogrades intégristes : l’Occident, les libertés individuelles, et… les Femmes.

Le projet « Osons la Réussite ensemble,
 Femmes du sud et Femmes du Nord »
Notre programme « Osons la Réussite ensemble, Femmes du sud et Femmes du Nord » est un refus opposé à ces phobies.
Concernant toutefois l’Occident et les relations nord-sud en Méditerranée, il y a un besoin urgent de théories nouvelles sur le développement, d’orientations politiques pragmatiques et éprouvées, mais également un besoin de dénouer les nœuds psychologiques que les insécurités ont accentués.

« Osons la Réussite ensemble, Femmes du sud et Femmes du Nord » est un projet à but économique et à vocation sociale, une vision et un engagement pour des valeurs.
Sa conception est née à Paris, à la suite d’une expérience tunisienne que j’ai menée, de formation à la prise en charge de leurs devenirs de 350 femmes cadres tunisiennes, et avec la collaboration d’un expert de la communication, Frédéric Benzimera, Secrétaire général de Mediterravenir France (site http://mediterravenir.org/)
Programme qui s’est conclu par d’importants enseignements, et également le souhait des femmes cadres de partager leurs expériences avec des femmes cadres et managers françaises.
Frédéric Benzimera et moi avions rebondi sur ce souhait pour reprendre l’idée de la réussite au féminin, au profit cette fois-ci des femmes porteuses de projets et celles entrepreneures dans un cadre local et d’échanges sud-nord.

La pertinence du projet a été testée dans une seconde étape en Belgique, par la co-organisation, entre notre association et le Collectif féminin de Louvain La Neuve, d’un colloque international sur le thème de la Réussite au Féminin.
Ce colloque regroupa des femmes et des hommes qui les soutenaient, en provenance de trois continents Afrique, Amérique latine et Europe
Les enseignements tirés de cette rencontre nous ont confirmé les ambitions de réussite des femmes quel que soit leur pays, avec toutefois des moyens adaptés aux spécificités, mais également des points d’ancrage communs dont celui d’« Oser pour Réussir » et de se solidariser pour faire durer et évoluer ces réussites.

Puis retour en Tunisie pour la finalisation du projet et sa mise en œuvre pratique sur le terrain par la sélection de jeunes femmes diplômées au chômage, porteuses de projets et en provenance des régions de l’intérieur et particulièrement celles frontalières, à risque et à développement prioritaire.
Une étude indiquait que cette population représentait 56 % de la masse des chômeurs, et que 70 % des filles diplômées dans la région sud l’étaient dans le domaine de l’informatique, secteur dont on sait combien il est prisé pour le recrutement par les réseaux terroristes.

Les objectifs du programme d’action
« Réussir et Entreprendre ensemble »

Les objectifs sont :
- La participation à la lutte contre le chômage par la promotion de l’entreprenariat féminin et l’égalité hommes femmes ;
- La participation au développement régional ;
- La participation par le biais de l’entreprenariat à la prévention contre les radicalisations et les migrations clandestines
- La formation pour la prise en charge des devenirs personnels et professionnels
L’apprentissage du faire ensemble pour la Réussite et un mieux vivre ensemble
Le développement du dialogue et de la coopération sud-sud-nord Méditerranée autour d’un projet concret

Tour d’horizon des actions réalisées :
- La visibilisation de cette population auprès de l’opinion publique et des décideurs, afin de sortir ces jeunes femmes de leur isolement par l’éloignement de la capitale et de ses opportunités, une action engagée par l’organisation d’un colloque méditerranéen, parrainé par la présidence de la République et soutenu par le ministère de la Femme, en octobre 2016.
La télévision nationale a participé à cette action de visibilisation par la production d’un documentaire qui a aidé à une meilleure prise en compte de cette population de filles des régions frontalières éloignées et à risque (site http://mediterravenir.org/).

- La création de deux réseaux Mediterravenir de porteuses de projets, avec pour chef de file Malek Bensoltane de Le Kef, pour la région nord de la Tunisie, et Mbarka Bengaied, de Remada, ville frontalière de la Libye pour le réseau sud. Mbarka, architecte de formation, a dû quitter sa ville sous la menace des salafistes qui lui reprochaient de vouloir ouvrir une maison d’hôte, au motif que ce n’était pas un projet pour une femme…

- L’élaboration du programme Réussir et entreprendre ensemble pour l’accompagnement de ces jeunes femmes dans leurs régions respectives.

- La formation en « soft skills », en 2017 au Kef, pour le réseau des porteuses de projet de la région nord en attendant début 2018 celle pour le réseau sud, à Zarzis, ville portuaire du sud et point de départ des grands flux migratoires clandestins.

- La confirmation, par le ministère de la Femme, d’un soutien pour la recherche de financement des projets.

Enfin, le projet d’organisation de rencontres maghrébines et d’échanges inter-rives, toujours dans le cadre de notre démarche vers plus de faire ensemble entre régions en Tunisie, et entre pays voisins du sud ainsi que ceux de la rive nord de la Méditerranée.

Vers moins d’individualisme et plus de collectif

Ce programme ambitieux découle d’un constat de bon sens : si l’insécurité est autant partagée, pourquoi pas partager la solidarité ?
Nous sommes persuadés que l’individualisme laissera dans les temps à venir de plus en plus la place au collectif et au participatif. Nous le constatons déjà dans le monde des entreprises du numérique et dans l’associatif : lors de notre session de formation dans la ville frontalière du Kef, citoyens, Ong et radio et autorités locales se sont solidarisés pour nous aider à réussir cette action menée par les experts bénévoles de Mediterravenir faute d’un financement attendu de la part d’une ONG allemande qui a préféré financer une autre association à but lucratif tenu par une Allemande, ce qui a choqué nombre de nos sympathisants et membres investis dans le soutien aux jeunes chômeuses des régions frontalières à risque.

Enfin notre programme de langue maternelle arabe a comme outil de travail la langue française en partage, et s’inscrit ainsi dans la francophonie, un moyen de développement.

Les objectifs du programme d’accompagnement

« Réussir et Entreprendre ensemble »

- Osons la Réussite et son plan d’action Réussir et entreprendre ensemble a pour ambition de participer à la lutte contre le chômage terreau de toutes les dérives.
- De développer un modèle d’entreprenariat nouveau, qui allie l’action économique à l’action de prévention des radicalisations et des migrations clandestines.
- De participer à la promotion de la femme dans un cadre de développement régional.
- De créer des cercles vertueux, en l’occurrence par les solidarités locales et internationales.
- De développer le faire ensemble dans un cadre plus large que celui local, tout en priorisant ce dernier
- Faire se prendre en charge et faire ensemble pour un mieux vivre ensemble, c’est la démarche développée pour ce projet

L’entreprenariat intégratif,
approche développée pour ce programme

Dans le cas présent, il s’agit d’une action de promotion de l’entreprenariat qui servirait également par sa dynamique à intégrer directement ou par ricochet des actions de prévention des radicalisations et des migrations clandestines

Osons la réussite au féminin et les relations sud sud nord Méditerranée

Le projet et son plan d’action sont également inscrits dans ce cadre relationnel en raison, d’une part des objectifs de Mediteravenir pour la promotion du dialogue opérationnel par les sociétés civiles sud et nord de la Méditerranée, du dialogue autrement et la coopération par l’éthique ; d’autre part en vertu de ses moyens d’action, soit la formation par la pédagogie de la réussite et l’apprentissage interculturel, qui fait appel aux expertises et expériences diverses et différentes ; la communication pour et par la transparence et celle pour une meilleure image de marque de la Tunisie et de la Rive sud en général ; le plaidoyer pour la cause des jeunes et des femmes pour les libertés individuelles, pour la démocratie et, comme le dit pour Edgar Morin, pour une pensée plus méditerranéisée.

Des bénévoles de France Nord nous ont rejoints à Tunis pour la mise en œuvre des actions, des politiques s’intéressent à ce projet à vision de long terme – par exemple la présidente du Parlement bruxellois –, tandis qu’une journée de communication à l’Assemblée nationale française nous a permis de porter haut la voix de la coopération autrement.

Beaucoup de choses restent cependant à réaliser : la poursuite des formations, grâce à de nouveaux soutiens ; la participation aux financements des projets des jeunes femmes les plus démunies ; le mentorat par des entreprises des jeunes femmes les plus avancées dans leurs projets ; l’accueil de ces jeunes femmes, en France et ailleurs en Europe pour des échanges de contacts, voire plus tard des ouvertures de marchés pour leurs produits.
Ainsi cet exemple qui nous a été rapporté, de ce restaurant français solidaire qui commande du couscous roulé main à des jeunes étudiantes des montagnes du nord-ouest, en Tunisie, ce qui a permis à ces étudiantes de financer et de réussir leurs études.

Il est aussi fait appel à la communauté tunisienne à l’étranger et a celles et ceux, non Tunisiens, considérant qu’agir en amont pour prévenir les radicalisations et les migrations clandestines grâce à l’entreprenariat solidaire est une action citoyenne, ainsi qu’un moyen de se prémunir contre les insécurités.

« Créer c’est résister, résister c’est créer »

Je conclurai par trois citations qui reflètent le mieux l’esprit dans lequel s’inscrivent Mediterravenir et son projet « Osons la Réussite Ensemble »

Dans sa « Théorie des quatre mouvements », Charles Fourrier (1772-1837), fondateur de l’École sociétaire, écrit à propos des femmes :
« En thèse générale les progrès sociaux et les changements de période s’opèrent en raison des progrès des femmes vers la liberté ; et les décadences d’ordre social s’opèrent en raison du décroissement de la liberté des femmes ».

Edgar Morin, quant à lui, écrit dans son ouvrage « La Voie - Pour l’avenir de l’humanité » (2011) :
« Il n’y a de vraie communication que s’il y a compréhension mutuelle des différences. Mais aussi, en deçà des différences, [existe] un sentiment d’identité commune. Le problème préliminaire est dans la nécessité d’assumer et de reconnaître le paradoxe de l’identité méditerranéenne, en dépit des différences et des oppositions de religions, de cultures, d’histoire et de situation économique. »

Je citerai aussi ce dicton arabe, qui m’est très cher, El Dar kbal el Jar : « Le voisin avant la maison qui donne tout son poids à la valeur solidarité ».
Pour terminer, je dirai que si créer c’est résister, résister c’est créer. Ainsi nous avons créé « Osons la Réussite ensemble » pour résister et avancer.

◊ ◊ ◊

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?