Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Élisabeth MEDOU BADANG (Orange Afrique), à la cérémonie des Trophées BearingPoint Paris : « En Afrique, l’innovation doit émerger de l’écosystème local »

24 novembre 2019
Élisabeth Medou Badang, vice-Présidente d’Orange Afrique et Moyen-Orient, durant son intervention. À sa gauche, Eric Falque. Président de la région France, Benelux et Afrique de BearingPoint, et Jean-Michel Huet, Partner BearingPoint. © AM/AP.P
Orange, Veolia, Uduma, Engie, Openclassrooms et Famoco sont les lauréats du concours de l’Observatoire du Développement international (ODI), par lequel BearingPoint Paris met à l’honneur les entreprises françaises œuvrant en Afrique. L’occasion, en faisant connaître ces « projets français exemplaires » sur le Continent, de contribuer à dissiper l’esprit de renoncement de naguère…

.

Un article d’Alfred Mignot, AfricaPresse.Paris (AP.P)
@alfredmignot | @PresseAfrica

.

Lors d’une soirée exceptionnelle organisée le 19 novembre à Paris, BearingPoint a décerné un Prix spécial du Jury et cinq Trophées illustrant des thématiques clés du développement des entreprises françaises en Afrique : Trophée du business model le plus innovant ; de l’innovation technologique ou digitale ; du développement durable ; de l’innovation B2B/B2G1.

Jean-Michel Huet, Partner BearingPoint, qui a animé avec brio la soirée, l’a rappelé d’emblée dans son propos liminaire : « Le Baromètre CIAN des leaders d’opinion en Afrique, réalisé par l’Institut IMMAR en 2018-2019, montrait que la France se classe désormais à la cinquième position en termes d’image sur le continent, derrière l’Allemagne, la Chine, les États-Unis et le Japon, et à la septième parmi les pays considérés les plus bénéfiques pour le continent. »

Dans ce contexte, que doivent faire les entreprises françaises pour (re)conquérir leur place ?

Oser et créer de la valeur

Si Jean-Michel Huet répond « En premier lieu, oser et investir massivement, car les marchés africains sont particulièrement demandeurs et dynamiques » (cf. son éditorial du Livre blanc rendu public à cette occasion, et dont nous reparlerons), il relève aussi que « face au discours parfois trop entendu d’une Chine qui avance et d’une France qui recule », avec cette remise de Trophées du Développement International, l’objectif de BearingPoint, a consisté à « identifier et mettre à l’honneur (…) des projets variés et emblématiques de ce qu’offrent les entreprises françaises dans leur volonté de conquérir des parts de marché, tout en créant de la valeur sur le continent. » Autrement dit, « Les projets français exemplaires en Afrique », sous-titre du Livre blanc « Grandes tendances de développement d’entreprises en Afrique.

Ainsi, cela n’a pas été dit expressément, mais le message a été clairement perçu : mettre en lumière les meilleures initiatives des entreprises françaises en Afrique, c’est assurément une bonne manière de commencer à tourner la page de l’auto-dénigrement et de l’auto-flagellation… Il était temps, après une quinzaine d’années de reculs subis face à l’agressivité des nouveaux acteurs sur le Continent, et l’amertume ressentie d’un sentiment d’échec qui semblait sans fin.

Les qualités indispensables, selon Étienne Giros

Étienne Giros, Président délégué du CIAN, lors de son intervention à propos du Trophée Innovation Technologique ou Digitale, remis à Veolia Water Technologies. © AM/AP.P

Remettant le Trophée obtenu par Veolia Water Technologies dans la catégorie Innovation Technologique ou Digitale, Étienne Giros, Président délégué du CIAN – partenaire de l’Observatoire du Développement International (ODI) de BearingPoint, qui a piloté la sélection jusqu’au choix des vingt finalistes –, met l’accent sur les valeurs nécessaires à la réussite entrepreneuriale en Afrique, ainsi que sur l’alliance des grands groupes avec leurs sous-traitants.

Il déclare, à l’adresse du récipiendaire de Veolia : « Vous méritez largement ce prix car chez Veolia vous appuyez votre action sur des principes essentiels. Le premier, c’est la détermination et la persévérance (…) : malgré certains obstacles assez sérieux et fameux, il y a deux ou trois ans, vous êtes toujours là, vous continuez. »
La capacité d’innovation et l’adaptabilité, sont d’autres qualités évoquées par Étienne Giros. Il les considère « vitales » dans un continent qui souffre de bien des carences d’infrastructures et d’un climat des affaires « pas toujours positif ».
Dernière vertu citée par Étienne Giros : « la mise en œuvre de partenariats, que Veolia développe tant avec les États qu’avec des entrepreneurs locaux africains. C’est une clé décisive pour réussir, et une valeur que nous promouvons beaucoup au CIAN. »

Le partenariat, argumente encore le Président délégué du CIAN, doit aussi se faire avec les entreprises françaises et européennes actives sur le Continent. « Car nous nous savons tous qu’il y en a des dizaines, voire des centaines qui souhaitent investir en Afrique, mais ne savent pas trop comment s’y prendre. Une manière d’y arriver, c’est notamment d’accompagner les grands groupes, comme sous-traitants et partenaires technologiques. Alors oui, si nos entreprises s’appuient sur ces qualités qui sont les vôtres, il n’y a aucune raison pour que cela ne marche pas. »

Le Triomphe d’Orange

Orange a décroché le super Trophée, soit Le Prix Spécial du Jury, « pour l’ensemble de ses actions et sa position de leader sur le marché »… sans surprise !
Comment en effet aurait-il pu en être autrement, tant la réussite du groupe sur le Continent s’écrit en superlatifs : 125 millions de clients, présent dans 19 pays – dont 17 en 4G – et dans chacun d’eux en position de premier ou deuxième opérateur du marché, 50 % de la croissance du groupe, voire plus, réalisée en Afrique…

Il faut relever qu’Orange a aussi fait la preuve de sa capacité à sortir de la zone de confort de son métier historique pour répondre aux attentes des populations. Par exemple, avec le lancement d’Orange Énergie en RD Congo en 2017, puis à Madagascar, au Burkina Faso, au Sénégal, au Mali et en Côte d’Ivoire en 2018. Une initiative qui fait sens, si l’on considère qu’aujourd’hui encore, 2 Africains sur 3 n’ont pas accès à l’électricité

Tout cela s’accompagnant « en même temps » de réelles prouesses techniques et commerciales, comme le lancement, cette année, d’un téléphone à 20 dollars, avec forfait Internet compris ! Impossible aussi de ne pas penser au succès fulgurant du service Orange Money, qui totalise déjà 40 millions de clients, dans 17 pays… en attendant le lancement dès 2020 d’Orange Bank, qui commencera par desservir les huit pays de l’Uemoa, en Afrique de l’Ouest… et la liste est encore longue des activités et financements qu’Orange déploie pour soutenir l’émergence du tissu entrepreneurial africain, notamment via la mise à disposition d’accélérateurs et un fonds d’investissement doté de 50 M€.

Élisabeth Medou Badang (Orange) « pour
un service d’inclusion le plus abouti »

Élisabeth Medou Badang, vice-Présidente d’Orange Afrique et Moyen-Orient, durant son intervention. À sa gauche, Éric Falque. Président de la région France, Benelux et Afrique de BearingPoint, et Jean-Michel Huet, Partner BearingPoint. © AM/AP.P

Élisabeth Medou Badang, vice-Présidente d’Orange Afrique et Moyen-Orient, représentait le groupe en cette occasion de remise des Trophées ODI de BearingPoint.
Citant Étienne Giros, Élisabeth Medou Badang mit également l’accent sur la nécessité des partenariats et de l’innovation en phase avec les réalités locales, car c’est en Afrique que l’on connaît les problèmes à résoudre, et que l’on peut trouver les solutions. « En Afrique, l’innovation ne peut pas venir que de nous seuls, elle doit émerger de l’écosystème local », souligne-t-elle.

Évoquant aussi la qualité de persévérance, notamment face à la question du risque, elle observe que oui, « chaque année il y a un problème quelque part sur le Contient. Mais heureusement pas partout en même temps, et ainsi, globalement, on arrive à s’en sortir, car nous avons su diversifier notre portefeuille. »
Elle considère aussi que la dimension inclusive avec des partenaires locaux africains est tout simplement essentielle : « Ce n’est pas parce que vous avez raison que vous réussissez, c’est parce que la majorité a conscience de ce que vous lui apportez. »

Elle rappelle aussi une certaine vérité, peut-être pour prendre un peu de distance avec des propos d’un optimisme parfois maximaliste, rappelant que « seulement » 50 % des Africains disposent aujourd’hui d’un mobile.
Quel modèle trouver pour couvrir les populations vivant en zone rurale, ce qui coûte beaucoup plus cher qu’en zone urbaine ? « C’est un des enjeux essentiels, affirme-t-elle, pour développer un service d’inclusion le plus abouti. C’est à cela que nous nous attachons (…) et je crois que nous sommes sur le bon chemin…
C’est avec la collaboration de toutes les parties prenantes que nous continuerons à faire de la transformation digitale une véritable opportunité de développement économique et social de l’Afrique, avec une offre la plus pertinente et la plus accessible possible. »

◊ ◊ ◊

LES LAURÉATS

1 - ORANGE - Le Prix Spécial du Jury a été décerné à Orange, pour l’ensemble de ses actions et sa position de leader sur le marché.

2 - UDUMA - Gagnant du Trophée du Business Model le plus innovant.

Philippe Gautier, Directeur Général de MEDEF International, lors de son intervention devant les récipiendaires du Trophée. © AM/AP.P

Malgré la jeunesse de l’entreprise et la difficulté à évaluer la solidité de son business model, en fournissant des pompes à eau intelligentes et en adaptant son mode de commercialisation aux besoins locaux, Uduma propose un service adapté qui améliore réellement les conditions de vie des populations ciblées.
Afin d’opérationnaliser et pérenniser son business model, Uduma s’appuie sur les communautés locales et noue des PPP pour développer et affiner son offre.
Cerise sur le gâteau, pour sa phase pilote, Uduma opère au Burkina Faso, une zone difficile mais stratégique au cœur du Sahel. Cela a été particulièrement apprécié par le jury.

3 - VEOLIA Water Technologies - Trophée de l’Innovation Technologique
ou Digitale.
Le projet de Veolia Water Technologies permet de s’affranchir des réseaux de distribution d’eau classiques via une solution mobile.
En proposant une solution mobile de service de production d’eau potable, ce service est agile et permet de répondre à des situations d’urgence. Le jury a été sensible au fait que le concept, le design, les études et la fabrication du système de traitement d’eau aient été entièrement conçus par les équipes de Veolia basées en Afrique du Sud.

4 - ENGIE - Trophée du Développement Durable.

Isabelle Bébéar, Directrice de l’International et de l’Université de BPI France, durant son intervention devant les lauréats du Trophée du Développement Durable. © AM/AP.P

Le projet d’Engie permet d’approvisionner les zones rurales en électricité
via des mini-réseaux décentralisés.
Le jury a souligné le fait qu’Engie a un positionnement très clair en tant
qu’acteur de l’énergie à vocation développement durable en Afrique sur des projets à long terme, mais également que c’est le candidat de la catégorie à avoir affiché un engagement fort en termes de RSE, et une réelle ambition de développement durable et économique.

5 - FAMOCO - Trophée de l’Innovation B2B/B2G.
Le projet de Famoco consiste à proposer des terminaux customisés répondant aux problématiques de développement.
Les devices de Famoco, permettant une multitude d’usages, offrent la
possibilité à de nombreux acteurs d’innover dans leurs pratiques et, contribuent ainsi au développement technologique du continent.
Ces terminaux sont entièrement customisables. Il est facile de les adapter à une quelconque cible et d’imaginer de multiples usages dans de nombreux pays.

6 - OPENCLASSROOMS - Trophée de la Meilleure Startup.

Laurent Bigorgne, Directeur de l’Institut Montaigne, durant son intervention devant les récipiendaires du Trophée de la Meilleure Startup. © AM/AP.P

Le projet d’OpenClassrooms permet de rendre l’éducation accessible grâce au e-learning et à des partenaires locaux.
OpenClassrooms transforme les usages autour de l’apprentissage et du partage de connaissances sur un continent dont la population est jeune et en forte croissance, et base son modèle sur des partenariats avec des acteurs locaux.

LES 20 MEILLEURS PROJETS

1 - Orange Money - Favoriser l’inclusion financière du plus grand nombre grâce au mobile money
2 - Qotto - Fournir des services essentiels au développement : Électricité, Internet, Finance
3 - UDUMA - Proposer un service durable d’eau potable pour l’Afrique rurale
4 - Yup - Proposer des services de mobile money à tous les profils : non bancarisés, pros
5 - CityTaps - Installer un compteur prépayé pour faciliter l’accès à l’eau des populations urbaines
6 - Suez - Déployer des stations de traitement d’eau dans les villes secondaires de Côte d’Ivoire
7 - TV5 Monde - Proposer une plateforme de diffusion adaptée aux contraintes d’accès à Internet
8 - Veolia Water Technologies - S’affranchir des réseaux de distribution d’eau classiques via une solution mobile et autonome
9 - Babyloan - Créer une plateforme de prêts participatifs et solidaires pour les régions rurales du Mali
10 - CanalOlympia - Créer le 1er réseau panafricain de salles 100 % autonomes en termes énergétique
11 - Engie - Approvisionner les zones rurales en électricité via des mini-réseaux décentralisés
12 - Orange - Donner un accès facilité et moins cher à l’électricité via des kits solaires domestiques
13 - CFAO - Produire localement des produits de grande consommation via une usine partagée
14 - Famoco - Proposer des terminaux customisés répondant à des problématiques de développement
15 - OMP Solutions - Proposer une solution globale pour les contingents de l’ONU déployés en Afrique
16 - Veolia - Donner une seconde vie aux eaux usées en Namibie
17 - OpenClassrooms - Rendre l’éducation accessible grâce au e-learning et à des partenaires locaux
18 - Optimetriks - Développer une solution B2B en SaaS de pilotage de la performance pour les retailers
19 - Youscribe - Favoriser la lecture de la langue française grâce à une bibliothèque digitale
20 - Zembo - Remplacer les mototaxis par des véhicules électriques rechargés à l’énergie solaire.

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés