Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

#EV2019 - Samir Abdelkrim, fondateur d’Emerging Valley : « Entre l’Europe, l’Afrique et la Méditerranée, c’est une communauté de destin numérique qui surgit ! »

5 décembre 2019
Samir Abdelkrim, fondateur d’Emerging Valley. © BF
La troisième édition d’Emerging Valley s’est ouverte ce mercredi à « TheCamp » (situé entre Aix-en-Provence et Marseille), où de nombreuses start-up africaines se sont donné rendez-vous. Samir Abdelkrim explique ici comment ce territoire de la Région Sud s’affirme en plateforme de l’innovation émergente entre l’Europe et l’Afrique.

.

En direct de « TheCamp » (Aix-Marseille)
Propos recueillis par Bruno Fanucchi, AfricaPresse.Paris
@PresseAfrica

.

Avec Emerging Valley, dont vous êtes le fondateur, le territoire d’Aix-Marseille a-t-il pour ambition de devenir le « hub » de l’innovation numérique euro-africaine ?

Samir Abdelkrim - Emerging Valley, c’est une aventure collective dont le point de départ est avant tout un travail de recherche et de terrain en Afrique. En quatre ans, j’ai parcouru en Afrique 35 pays et rencontré de 2014 à 2018 des centaines de start-up, et j’ai ainsi découvert des milliers d’innovations.
Le fruit de ce travail a débouché sur deux produits : un livre intitulé « Startup Lions » (paru en 2017) et cette plateforme « Emerging Valley », ici, sur ce territoire, pour faire d’Aix-Marseille le « hub » de l’innovation émergente entre l’Europe et l’Afrique. C’est une communauté de valeurs, une communauté de systèmes, une communauté de destin dans l’écosystème numérique qui surgit entre l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique.

En chiffres, que représente cette troisième édition ?

Samir Abdelkrim – Nous comptons cette année 1 500 inscrits, 150 start-up représentées, 40 incubateurs, 50 investisseurs. En résumé, le contenu a doublé par rapport à l’année dernière. Aujourd’hui, vous l’avez vu en participant à l’événement : l’amphi principal de « TheCamp » avec les plénières, comme les ateliers qui se déroulent en parallèle, était plein.
Tout cela génère une volonté d’avancer, de trouver des solutions – avec la société et par la société civile – aux problèmes quotidiens que nous rencontrons en Europe, en Méditerranée comme en Afrique.

Emerging Valley, c’est cette communauté d’innovateurs, d’entrepreneurs, de collectivités, d’acteurs de la société civile, de gouvernants – nous avons ici quatre ministres venus d’Afrique –, de start-up, d’investisseurs, d’incubateurs qui, aujourd’hui, veulent vraiment prendre de l’avance pour trouver des projets à cette communauté de destin.

Quelles sont les grandes nouveautés de cette année à ce rendez-vous déjà devenu incontournable ?

Samir Abdelkrim – Dès la cérémonie d’ouverture ce mercredi matin, un message nous a été adressé par la nouvelle Commissaire européenne à l’Économie et à la Société numériques, le Bulgare Mariya Gabriel, qui vient tout juste d’être investie il y a deux jours, et dont le premier message international aura été pour Emerging Valley.

Comme elle n’a pu faire le déplacement, son message a été enregistré et diffusé en vidéo. Elle y souligne qu’Emerging Valley est le lieu où l’innovation se fait et s’invente de manière privilégiée comme nulle autre part ailleurs en Europe, que le lien entre l’Europe et l’Afrique ne doit plus être un lien traditionnel comme le fut autrefois ce que l’on appelait « l’aide au développement », mais doit être une dynamique « gagnant-gagnant », entre égaux.

Et l’AFD (Agence française du Développement) en a profité pour faire une annonce importante...

Samir Abdelkrim – L’AFD a lancé son fonds de 15 millions d’euros pour soutenir les start-up africaines et en a fait l’annonce forte ici, lors de notre événement, alors même que la Commission européenne s’engage fortement sur le numérique et veut faire d’Emerging Valley un moment important pour communiquer. Le dernier moment fort de la cérémonie d’ouverture a été l’annonce de la labellisation d’Emerging Valley pour la Saison Africa 2020, – dont la Commissaire générale, Mme N’Goné Fall, est présente ici – pour que l’année prochaine tout ce qui est dédié au numérique se passe ici.

Pour la première fois aussi, vous allez remettre une distinction avec le premier Prix Med’Innovant Africa, créé par l’EPA (Établissement public d’aménagement) Euroméditerranée de Marseille. En quoi est-ce important ?

Samir Abdelkrim – Ce jeudi sera en effet remis le premier Prix Med’ Innovant Africa par Mme Stéphanie Rivoal, ambassadrice et Secrétaire générale du Sommet Afrique-France, qui se déroulera à Bordeaux en juin 2020.
Ce qui est important dans cette perspective, c’est que l’on voit pour la première fois un aménageur public français, le plus important de l’Europe du Sud, considérer que l’Afrique est naturellement le territoire d’expérimentations et de solutions pour tester les innovations en termes de Big Data, d’optimisation de la block chaîne, ou encore de transmission de la wifi avec des lampadaires… et que toutes ces solutions frugales peuvent aussi servir en Europe, notamment dans la perspective de la raréfaction des ressources.

L’Afrique, qui est déjà en avance sur bien des sujets, peut nous inspirer et faire gagner du temps à l’Europe en apportant ses solutions. L’ambition de ce Prix Med’Innovant Africa, c’est de primer les start-up africaines qui pourront demain expérimenter leurs solutions sur le périmètre euroméditerranéen.

Photo de famille de Samir Abdelkrim, fondateur d’Emerging Valley, avec les start-up africaines invitées, en clôture de la première journée de l’événement, mercredi 4 décembre, à « TheCamp ». © BF

Quelle peut être la place de Marseille dans cette perspective nouvelle de coopération entrepreneuriale entre l’Afrique et l’Europe ?

Samir Abdelkrim – Aujourd’hui Marseille a la volonté de proposer un modèle attractif. C’est Marseille qui a abrité en juin dernier le Sommet des « Deux Rives » de la Méditerranée, voulu par le Président Emmanuel Macron pour donner la parole à la société civile, sans être parasité par les acteurs politiques. Un Sommet auquel j’ai participé et qui a permis de faire émerger des dizaines de projets, de privilégier le terrain et de mettre les start-up en avant. Et, à Marseille, cela marche parce qu’il y a ce côté multimodal entre plusieurs cultures, plusieurs continents et plusieurs pays.

Marseille est en fait une ville-monde où se retrouvent des dizaines de diasporas. La sociologie de la ville comme sa géographie, l’économie et l’histoire font de Marseille la ville historiquement la plus légitime en Europe pour être cette passerelle avec l’Afrique, c’est dans son ADN de constituer ce lien avec la Méditerranée et entre nos deux continents. Et aussi d’être le point de contact privilégié, notamment sur la question de la diaspora.
Cette incarnation prend tout sens aujourd’hui avec Emerging Valley, quand on voit le nombre d’entrepreneurs qui sont venus, et toutes les start-up qui ont participé à ces rencontres avec les investisseurs. C’est à Marseille que cela peut marcher mieux que nulle part ailleurs.

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés