Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

UPM - Le Conseil culturel en action :

Don de la BNF, 500 000 livres embarqués
à Marseille à destination d’Alexandrie

France - Egypte | 1er décembre 2009 | src.leJMED.fr
Marseille - Alexandrie - Le partenariat entre la Bibliothèque nationale de France, le Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée et la SNCF s’est concrétisé ce lundi par l’embarquement, à Marseille, d’une première cargaison de 35 000 livres – sur un don total prévu de 500 000 – à destination de la Bibliotheca Alexandrina, en Egypte.

Photo ci-dessus - Renaud Muselier, Président du Conseil culturel de l’UPM, s’apprête à ouvrir le conteneur à destination d’Alexandrie - © leJMED.fr


Jamais sans doute la gare de marchandises du Canet, à Marseille, n’avait vu l’afflux d’autant de personnalités et une telle effervescence médiatique que lundi matin, à l’occasion de l’ouverture symbolique d’un conteneur de 35 000 ouvrages, première livraison du don exceptionnel des 500 000 livres, parus en France entre 1996 et 2006, et offerts par la Bibliothèque nationale de France (BNF) à la Bibliotheca Alexandrina (1).

JPEG - 63.3 ko
De gauche à droite, sur la photo, on reconnaît notamment : Mme Cécile Longé (1re à gauche), ancienne Secrétaire générale du Conseil culturel de l’UPM ; Renaud Muselier, Président du Conseil culturel de l’UPM, Député, ancien ministre ; Frédéric Mitterrand, ministre français de la Culture et de la Communication ; Jean-Claude Gaudin, Sénateur-maire de Marseille - © leJmed.fr - novembre 2009

Parmi les personnalités, rien de moins que Frédéric Mitterrand, ministre français de la Culture, mais aussi Renaud Muselier, ancien ministre, député des Bouches du Rhône et président du Conseil culturel de l’UPM ; Jean-Claude Gaudin, Sénateur-maire de Marseille ; Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France ; Ismaël Serageldin, directeur de la Bibliotheca Alexandrina, Stéphane Volant, secrétaire général de la SNCF, partenaire logistique de l’opération.

Les personnalités ont procédé ensemble à l’ouverture symbolique du premier conteneur en partance pour Alexandrie, où il est destiné à abonder l’ouverture d’un département de littérature francophone. Ce don est une initiative de la BNF, à laquelle le Conseil culturel de l’UPM a apporté son soutien, en obtenant notamment le partenariat logistique de la SNCF et de ses filiales (Geodis et Naviland Cargo), qui prendront en charge sur plus de 3 000 kilomètres, le transport – par camions, rail puis bateau – des 500 000 ouvrages représentant un poids total de 200 tonnes, conditionnées dans douze conteneurs, et dont la livraison s’échelonnera sur plusieurs semaines.

Renaud Muselier, président du Conseil culturel de l’UPM : « Toute culture n’est que mémoire et métissage »

"Oublié" lors du Sommet fondateur de l’UPM à Paris, en juillet 2008, et par celui de Marseille de novembre de la même année, le volet culturel est cependant présent dans l’action de l’UPM, grâce à la création, voulue par le Président Nicolas Sarkozy, du Conseil culturel, et ce dès décembre 2008.

Dans son discours, le Président Renaud Muselier souligna que « l’Union pour la Méditerrané est un défi lancé contre toutes les forces es habitudes et de la résignation (…) Toute culture n’est que mémoire et métissage (…) et c’est en œuvrant pour la connaissance et la tolérance mutuelles que le Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée trouve tout son sens ».

Lyrique, Frédéric Mitterrand, ministre français de la culture, démarra son propos par une citation de Raphaël Alberti : « Il est des ports sur la mer que l’on ouvre avec des mots ». Puis : « Toute bibliothèque est un défi au temps. Rêvons que tous ces patrimoines accumulés soient un jour disponibles. (…) La numérisation des fonds est le grand défi de la culture de demain, elle donne une nouvelle jeunesse au livre », releva-t-il, avant de se féliciter que la Bibliotheca Alexandrina est membre fondateur du réseau des bibliothèques numériques francophones.

Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France, mit en exergue les liens anciens qui unissent les deux bibliothèques, dont les deux projets furent d’ailleurs révélés au public lors de la même année 1988. « Nous sommes fiers d’avoir pris part, d’une manière modeste mais réelle, à la création de la Bibliotheca Alexandrina (2), déclara-t-il. Elle est d’ailleurs déjà un pôle reconnu d’excellence mondiale, avec 120 000 livres numérisés en arabe (…) 500 000 livres, le total de notre don, c’est le nombre estimé de livres que recelait l’antique bibliothèque d’Alexandrie… Si ces livres pouvaient parler, ils diraient : Alexandrie, nous voilà enfin de retour ! ».

Pour Ismaël Serageldin, directeur de la Bibliotheca Alexandrina, « l’instant est historique ». Par ce don, « la BNF, héritière des valeurs des Lumières », porte haut le flambeau de l’humanisme universel, dit-il en substance, et « établit un véritable pont culturel entre la France, l’Egypte et le monde arabe (…) « La francophonie, bien au-delà du seul rayonnement de la langue française, est un puissant vecteur de diffusion d’un universalisme respectueux des diversités créatrices (…) C’est dans cet esprit qu’est signé ici même un important accord de coopération entre nos deux bibliothèques », conclut Ismaël Serageldin.

© Alfred Mignot pour leJMED.fr


1 - À propos de La Bibliotheca Alexandrina
La Bibliotheca Alexandrina dispose de 45 000 m2 répartis sur 11 étages. et peut accueillir 3 000 lecteurs et chercheurs. Elle est également dotée d’un espace planétarium pouvant contenir 100 personnes et d’un palais des congrès dont la capacité est de 1 700 personnes. L’édifice, en forme de disque solaire, s’incline vers la Méditerranée. Il a été construit sur les lieux de l’ancien quartier royal où se trouvait la bibliothèque de l’Alexandrie gréco-romaine.
La Bibliothèque est ouverte au grand public, à partir de 18 ans. Alexandrie compte 100 000 étudiants.

2 - L’apport de la coopération française et internationale
Dans une entrevue accordée à Afrik.com par Gérald Grunberg, qui fut pendant quatre ans (1997 – 2000) le conseiller technique auprès de l’Organisation générale de la Bibliotheca Alexandrina, celui-ci précisait que « plusieurs pays ont activement participé à la création de la Bibliotheca Alexandrina, la France étant néanmoins le seul pays à avoir installé une personne sur place à plein temps ».

La Norvège a offert le mobilier, le Japon l’équipement audiovisuel. L’Espagne a fourni des collections importantes d’ouvrages et des reproductions de manuscrits arabes et l’Italie a financé la mise en place d’un atelier de restauration des ouvrages, ainsi que des programmes de formation. Le personnel égyptien et les formations ont lieu dans différents pays : France, Italie, Allemagne, Etats-Unis, Canada.

La France a formé quelques 30 bibliothécaires, le personnel francophone représente 40 % des effectifs sur un total de 500 personnes.

- À propos du Conseil culturel de l’UPM :

L’An I du Conseil Culturel de l’UPM : des projets et des actes, déjà !

À lire, sur le même thème :
Les sept articles de la Charte des Valeurs du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée

François Fillon, Premier ministre français : « Il faut placer la culture au cœur du projet méditerranéen »

Voir aussi :
Déclaration commune du sommet de Paris pour la Méditerranée

Contact :
Conseil Culturel de l’Union pour la Méditerranée
Hôtel Marigny – 23, avenue de Marigny
75008 Paris
Tél. : 00 33 [0]1 58 36 27 37
Fax : 00 33 [0]1 42 66 10 93
Courriel : conseil.culturel.upm@um-elysee.fr

à lire également France

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 210

à lire également Egypte

0 | 10 | 20 | 30
Articles récents recommandés