Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Danse contemporaine en Méditerranée avec le festival Dansem 2011, à Marseille et sa région, jusqu’au 09/12

France | 19 octobre 2011 | src.leJMed.fr
Marseille -

Pour sa quatorzième édition, Dansem, danse contemporaine en Méditerranée, poursuit son travail de soutien à la création et à la diffusion des artistes du Bassin méditerranéen, en proposant un espace de visibilité des écritures et des poétiques tout autant qu’un espace d’échanges et de rencontres entre artistes chorégraphes.

Image ci-dessus : l’affiche de Dansem 2011


JPEG - 42.8 ko
Sylvain Berteloot, Cristiano Carpanini et Michel Kelemenis lors de la conférence de presse du 13 octobre 2011 à l’Espaceculture_Marseille. © Nadia Bendjilali

Pendant six semaines, du 20 octobre au 9 décembre 2011, « ni par exotisme, ni par attrait pour un quelconque jeu de ressemblances, mais pour un miroir pluriel de différences, le désir de donner à découvrir des créations contemporaines d’artistes du bassin méditerranéen est pour nous toujours aussi vivant » écrit dans son éditorial Cristiano Carpanini, directeur artistique de l’Officina / Dansem.

Avec un budget d’à peine 175 000 € dédié à ce festival, l’Officina-atelier marseillais de production, nous invite à pas moins de trente trois rendez-vous. C’est dire s’il compte sur la synergie avec les acteurs culturels du territoire, des théâtres et directeurs concernés par les écritures contemporaines à KLAP, de la nouvelle maison pour la danse ou « à coté des rencontres d’Averroès » pour reprendre l’expression de Cristiano Carpanini, mais aussi des réseaux internationaux de l’aire méditerranéenne pour partager ce festival et faire plateforme autour de cette idée que « Nous demandons juste au public de poser un regard sur des formes qui ne demandent qu’à être écoutées et regardées » plaide-t-il « des formes dont la lecture n’est pas, je vous l’assure, inintelligible ». Dansem compte avec ces complicités et fidélités là où la reconnaissance institutionnelle de la danse semble encore bien mineure.


Continuer à creuser le sillon de la danse

En ouverture de ce quatorzième mouvement, quatre jours, du 20 au 23 octobre 2011, sont consacrés à la présentation du projet de production artistique et de coopération culturelle internationale Miniatures Officinae (site trilingue français, anglais et arabe) qu’elle développe depuis 2008 et qui sera déployé dans son intégralité en 2013, année où Marseille-Provence sera capitale européenne de la culture.

L’idée est de proposer à une quarantaine d’artistes issus du Bassin méditerranéen de travailler sur le thème de l’amour et du rapport à l’autre, dans le cadre de résidences de courtes durées, et de produire des « miniatures » dans l’esprit des réductions persanes.

L’inauguration de « KLAP, maison pour la danse », accueillera du 20 au 23 octobre à Marseille, des miniatures vidéos et photos de Shayma Aziz (Egypte), Leo Castro (Espagne), Andrea Abbatangelo (Italie) et Christophe Haleb (France). De son côté, l’exposition « La Méditerranée des sept dormants », proposée dans le cadre de la manifestation « Sous le signe d’Averroès », sera l’écrin dans lequel les miniatures chorégraphiques de Danya Hammoud (Liban) et Montaine Chevalier (France) s’incarneront, ce dimanche 23 octobre, à Aubagne.


Un temps de dialogue « à chaud et à nu »

Puis ce sera au tour de « Question de danse », initiée par Michel Kelemenis, de faire converger vers Marseille douze projets chorégraphiques en cours de fabrication et d’offrir l’occasion d’un dialogue entre l’artiste et le public après le spectacle dans un temps « à chaud et à nu » selon les vœux du concepteur du projet. « Une étape nouvelle et un élan marquent cette édition puisque douze projets seront proposés tantôt, pour les projets les plus intimistes, sur la scène du théâtre des Bernardines, tantôt dans ce nouveau lieu permanent et référent pour la danse à Marseille, KLAP, Maison pour la danse » explique Michel Kelemenis.

Des artistes de Méditerranée mais pas que : « douze compagnies de France mais aussi de République tchèque, un Portugais vivant en Espagne, des Algériens, la Libanaise Danya Hammoud, des artistes venus d’Afrique du Sud » comme le précise le chorégraphe Kelemenis qui tient au développement de la création en région comme au geste de se frotter avec le Monde.

Notons qu’en complément de ces temps de danse, un débat organisé par le Conseil Culturel de l’Union pour la Méditerranée sera organisé le 4 novembre 2011 après-midi en présence du plasticien designer Michelangelo Pistoletto pour analyser le rôle des artistes dans la circulation des idées en Méditerranée.

Troisième et dernier temps de Dansem cette année, les cinq semaines qui s’étirent du 10 novembre au 9 décembre 2011, sont ce qui constitue le cœur de la programmation de Dansem : avec les premières des créations de Georges Appaix et de Virgilio Sieni ; ou les créations de Taoufiq Izeddiou dont nous avions pu apprécier une étape de travail lors de l’édition dernière de Question de danse et de Rachid Ouramdane, qui en clôture du festival, nous invite à « voyager dans l’histoire des rapports entre corps et pouvoir ».

En somme, « nous continuons à produire du sensible, à montrer des œuvres et des artistes qui dialoguent avec les contextes en Méditerranée et les dynamiques qui traversent ces territoires car notre travail dépasse celui d’un simple programmateur » conclut Cristiano Carpanini.


Nadia Bendjilali

◊ ◊ ◊

- Tout sur Dansem 2011 (programmation, réservations, tarifs) sur
www.officina.fr

- En savoir plus sur « KLAP, maison pour la danse »

- Site du Conseil culturel de l’UpM

Articles récents recommandés