Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Cycle #ConfianceAfrica du CAPP : Comment accompagner les TPME françaises tentées par l’Afrique ? Éléments de réponse de notre webinaire…

22 avril 2021
Cycle #ConfianceAfrica du CAPP : Comment accompagner les TPME françaises tentées par l'Afrique ? Éléments de réponse de notre webinaire…
Alfred Mignot, Président du CAPP et Directeur de Africapresse.Paris, a modéré le webinaire du 21 avril 2021, « Les outils de la confiance pour entreprendre en Afrique ». © Capture APP
Quelles réponses l’écosystème entrepreneurial français est-il en mesure d’apporter pour motiver, accompagner et sécuriser les TPME désirant se lancer en Afrique ? Organisé par le CAPP, le premier webi du Cycle #ConfianceAfrica s’est essayé, ce 21 avril, à faire mieux connaître les solutions et les lacunes, cela grâce à la forte expertise de ses panélistes

.

par Bruno FANUCCHI pour AfricaPresse.Paris (APP)
@africa_presse

.

Pour ce premier webinaire du Cycle intitulé #ConfianceAfrica, imaginé par le Club Afrique de la Presse parisienne (CAPP) et votre site AfricaPresse.Paris, Alfred Mignot – son directeur – avait réuni ce mercredi matin 21 avril (en distanciel, mais à l’heure exacte !) un très beau plateau de spécialistes de l’Afrique, pour débattre et échanger (devant quelque 480 internautes préinscrits) sur le thème : « Les outils de la confiance pour entreprendre avec l’Afrique ».

.........................................................................................................................

CLIQUEZ ICI OU SUR L’IMAGE ET ACCÉDEZ AU REPLAY DE NOTRE WEBI
« LES OUTILS DE LA CONFIANCE POUR ENTREPRENDRE EN AFRIQUE »

(21 04 2021)

..........................................................................................................................

OUTRE LE REPLAY du webinaire, accessible en cliquant sur l’image ci-dessus, voici un premier article – d’autres suivront dans les prochains jours – condensé des interventions des panélistes du webi, tous reconnus pour leur grande expertise, et dont on aura beaucoup appris…

.

Isabelle BÉBÉAR
Directrice des Affaires Européennes
et Internationales à Bpifrance

« Dès sa création en 2012, nous avons réfléchi à Bpifrance à un Plan Afrique pour proposer un continuum de financements aux entreprises françaises » intéressées par le Continent, observe Isabelle Bébéar qui va évoquer la grande variété d’outils d’outils à disposition des entreprises françaises » de toute taille, depuis le crédit-export (portant sur des sommes de 1 à 25 millions d’euros et même jusqu’à 75 millions d’euros si BPI est alors accompagné par un partenaire), l’assurance-export, du financement d’investissement, du prêt, etc.

« Avec 48 directions régionales en France », Bpifrance avec les autres entités membres des Team France Export, constitue « la porte d’entrée unique pouvant vous mettre en contact avec la bonne personne » où que vous soyez, souligne-t-elle. Car, observe Isabelle Bébéar en s’en félicitant, « la France est l’un des marchés où l’accompagnement des entreprises est le plus développé » et cela est destiné bien sûr aussi les jeunes sociétés qui veulent entreprendre avec l’Afrique.
Site : https://www.bpifrance.fr/

.

Jean-Michel HUET
Partner Bearing Point, Responsable Numérique et Afrique

Pour qui veut établir des relations d’affaires pérennes avec l’Afrique, « la confiance est la clé de tout », rappelle d’emblée Jean-Michel Huet, qui participe actuellement à un groupe de travail de l’Institut Montagne, précisément sur cette question. Il relève que « les entreprises ont besoin avant tout de confiance » et d’un guichet unique pour leur faciliter la vie. « C’est un vrai enjeu », ajoute-t-il, soulignant que les pays européens ont « la chance d’avoir avec l’euro une monnaie unique » pour faire du business alors qu’« il y a en Afrique beaucoup de monnaies différentes » et donc « beaucoup d’outils à mettre en œuvre pour s’assurer de la sécurisation des transactions financières ».

Spécialiste reconnu du numérique en Afrique – sur quoi il vient de publier un livre (Afrique & Numérique, ed. Pierson) préfacé d’ailleurs par Rémy Rioux, le DG de l’AFD –, il remarque qu’en matière de financements de projets, certains pays européens – comme l’Allemagne avec GIZ, qui a beaucoup de moyens, et aussi la Belgique, – sont nettement plus actifs que la France ! Mais, se plaît-il cependant à souligner, « avant même de procéder à une levée de fonds, le plus important, c’est d’avoir des clients ».
Site : https://www.bearingpoint.com/fr-fr/

.

Igor CHLAPAK
Directeur du Desk Afrique à Business France

Disposant de huit bureaux en Afrique subsaharienne, Business France est d’ores et déjà présent sur une trentaine de marchés africains, se félicite Igor Chlapak en soulignant pour sa part la nécessité de « démystifier les Afriques pour présenter aux entreprises françaises » le large éventail de « la réalité africaine et de toutes les opportunités » qui s’y présentent.
« La Team France Export, ajoute le représentant de Business France, cE sont 250 conseillers déployés sur tout le territoire, en partenariat avec les CCI régionales, Bpifrance, les services économiques des Régions. Ces conseillers internationaux constituent une seule et même équipe qui, dans chaque Région, représente « la porte d’entrée et le guichet unique » pour les entrepreneurs.

Au-delà de sa mission classique de promotion de l’internationalisation des entreprises françaises, et dans le contexte de l’actuel Plan de relance, Business France est l’opérateur de référence des chèques Relance-Export (de 2 000 à 6 000 euros) mis à disposition des TPME pour leur permettre de financer leur action à l’étranger (présence sur des salons, études marketing, VIE…). « Nous avons pour objectif de diffuser 15 000 chèques en 2021 et nous sommes déjà au tiers du produit », se félicite igor Chlapak.
Site : https://www.businessfrance.fr/

.

Hannah Subayi KAMUANGA
Responsable de Proparco en RDC
et Expert pour Launch Africa Fund

« En tant qu’investisseur, il faut bien comprendre qu’au-delà des problématiques techniques ou financières il est toujours important de prendre en compte la dimension humaine » et culturelle des pays où l’on s’installe, insiste quant à elle Hannah Subayi Kamuanga, qui participe à l’événement en visioconférence depuis Kinshasa, malgré les aléas inévitables de connexion Internet.

Directe et volontaire, cette jeune représentante de Proparco veut aider les entreprises françaises à « investir de manière commerciale et institutionnalisée » quels que soient les embûches ou obstacles rencontrés, et cherche toujours à « créer des ponts entre les différentes zones géographiques pour arriver à des investissements de manière sereine » aux quatre coins de l’Afrique.
Site : https://www.proparco.fr/fr

.

Hafi BARRY
Directeur Régional commercial Afrique chez AZA Finance

« Notre objectif est de redonner la confiance au système financier africain et de le reconnecter au système mondial », rappelle pour sa part Hafi Barry qui se dit « optimiste » pour les deux espaces de l’Afrique francophone dont il s’occupe, la zone CEMAC et celle de l’UEMOA.
Spécialisée dans les transferts d’argent importants en BtoB, AZA Finance se veut une société exemplaire « pour que l’argent arrive en Afrique de façon traçable, efficace et moins coûteuse ».
« Nous voulons être un champion de la sécurité informatique et financière » pour donner « une meilleure compréhension des risques informatiques et des standards internationaux » aux entreprises qui s’implantent en terre inconnue.

Hafi Barry précise que AZA Finance est une société à capitaux américains qui a commencé son activité au Kenya, a grandi très vite, notamment au Nigeria, et cherche désormais à s’implanter dans plusieurs pays francophones d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. Comme « AZA Finance essaie de formaliser l’informel autant que faire se peut », il note lui-aussi l’importance de « redonner confiance » à tous dans ce milieu de la finance.
Site : https://www.azafinance.com/fr/

.

Denis DESCHAMPS
Délégué Général de la CPCCAF

« Malgré toutes les avanies que nous connaissons avec l’Afrique, il faut conserver la confiance et compter toujours sur un temps long », se plaît à rappeler Denis Deschamps en soulignant lui aussi l’importance de tisser des liens humains pour développer des affaires en toute sécurité et sérénité avec ses partenaires africains. En sa qualité de Délégué Général de la CPCCAF (Conférence permanente des Chambres consulaires africaines et francophones), il annonce la réalisation et la publication, en septembre prochain, d’une grande enquête sur la résilience africaine, menée auprès de 10 000 entreprises actives sur le Continent.

« Il ne faut pas croire qu’il suffit d’une bonne idée ou d’une seule mission » pour réaliser de bonnes affaires car « la relation avec l’Afrique repose sur le long terme, le partenariat et le compagnonnage consulaire (voir notre article ICI) pour apporter de meilleurs services aux entreprises du secteur privé ».

« Présents dans 32 pays, dont 25 pays africains, conclut-il, nous représentons 130 chambres consulaires et… faisons beaucoup avec nos petits moyens », relève-t-il avec ce zeste d’humour que le Tout-Paris tourné vers l’Afrique lui connaît bien.
Site : https://www.cpccaf.org/

.

Benjamin BONNELL
Fondateur et DG d’Expand in Africa

« Entreprendre en Afrique, c’est très dur », reconnaît Benjamin Bonnell, 36 ans, qui parle d’expérience, ayant porté trois créations d’entreprises, la plus récente, fondée en 2017, étant la société de conseil Expand in Africa, spécialisée dans le marketing digital, et qui marche déjà bien.
Fini par conséquent la vie de « funambule » où l’on se vit seul et abandonné, ne cherchant même pas de l’aide auprès des institutions, car le jeune entrepreneur est alors confronté « à des process monstrueux », abscons, voire ubuesques, confie Benjamin Bonnell.

Aussi, « L’Afrique se transforme, elle avance, mais l’on est confronté toujours à un environnement avec d’innombrables problèmes de logistique, de sécurité, de connexion, etc. ». Pour y faire face, « il est donc primordial d’avoir une bonne expertise terrain », considère le jeune entrepreneur.
C’est assurément le meilleur conseil qu’il puisse donner aujourd’hui aux jeunes entrepreneurs qui veulent se lancer à leur tour et tenter leurs chances en Afrique. Car l’expérience en Afrique est vraiment irremplaçable !
Cependant, à la fin de la conférence Benjamin Bonnell reconnaît avoir « appris aujourd’hui l’importance de l’accompagnement. Si c’était à refaire, j’irais toquer sans attendre à la porte du guichet unique de ma région. »
Site : https://www.expand-in-africa.com/

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE


◊ ◊ ◊

.

COVID-19 EN FRANCE :
PROTÉGEONS-NOUS LES UNS LES AUTRES !
(Informations et conseils du site gouvernemental)

.

◊ ◊ ◊
Articles récents recommandés