Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

EMERGINGValley - Samir Abdelkrim relève le défi et maintient le sommet des startups Euro-Med-Afrique

6 avril 2021
EMERGINGValley - Samir Abdelkrim relève le défi et maintient le sommet des startups Euro-Med-Afrique
Samir Abdelkrim, fondateur d’Emerging Valley, et quelques-unes des personnalités participant à l’événement, les 7 et 8 avril 2021. © DR, montage APP
La IVe édition d’Emerging Valley, le grand sommet euro-med-africain des startups créé par Samir Abdelkrim, se tient bien les 7 et 8 avril dans la Cité phocéenne, en format « 100 % digital ». Avec près de 200 panélistes, plus de 60 sessions et 70 « pitchs » de « Startuppeurs ». Un record qui signe l’entrée de l’événement EV dans la cour des plus grands !

.

Marseille, de notre envoyé spécial Bruno FANUCCHI
pour AfricaPresse.Paris (APP)
@africa_presse

.

Thierry Breton, Commissaire européen chargé du Marché intérieur et du Numérique, Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’Egalité Femmes-Hommes, à la Diversité et à l’Égalité des chances,
Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Rémy Rioux, DG de l’AFD, Isabelle Bébéar, Directrice des Affaires internationales et européennes de Bpifrance, Wilfried Lauriano do Rego, coordonnateur du CPA (Conseil présidentiel pour l’Afrique), plusieurs ministres africains – guinéen, mauritanien, sénégalais… –, et même la chanteuse Angélique Kidjo, que l’on ne présente plus… : « Ils sont venus, ils sont tous là », comme l’aurait si bien chanté Charles Aznavour, mais ce sera en digital et en « distanciel », comme l’on dit aujourd’hui.

Toutes ces personnalités, et bien d’autres encore, ont en effet répondu présent à l’invitation de Samir Abdelkrim qui, avec l’appui précieux notamment de la ville de Marseille, de la Région Provence Alpes-Côte d’Azur, du département des Bouches-du-Rhône et de l’EPA Euroméditerranée, a décidé de relever le défi !

.

« Capacité et envie de riposte »

.

« Malgré le confinement et les contraintes sanitaires, liées à l’épidémie, nous avons fait le choix de garder ce temps fort qui est aussi une réponse à cette année hors norme et qui permet aussi d’illustrer la capacité et l’envie de riposte des écosystèmes et des startups africaines face à la Covid », explique Samir Abdelkrim, en soulignant l’ambition d’Emerging Valley : « être plus que jamais aux côtés des entrepreneurs à impact » et constituer « le grand rassemblement de l’innovation organique de la Tech Europe/Afrique pour 2021 ».

« C’est pour cela, poursuit-il, que nous avons fait le choix d’une IVe édition 100 % digitale, mais également très innovante », avec pour objectif de « débattre, de créer des synergies et de trouver des solutions pour le monde d’après ».

Dans le cadre du cinéma de la Joliette, exceptionnellement ouvert pour l’occasion, l’ouverture officielle se fera cependant ce mercredi 7 avril après-midi, en présence des plus hautes autorités locales : Benoît Payant, maire de Marseille ; Laure-Agnès Caradec, Présidente du conseil d’administration de l’EPA Euroméditerranée ; Martine Vassal, Présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et Présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

.

« C’est pour nous
un véritable passage à l’échelle »

.

Cette IVe édition d’Emerging Valley s’annonce donc comme celle de l’innovation tous azimuts et de tous les records. Avec un nombre inégalé de speakers annoncés : près de 200, qui interviendront dans plus d’une soixantaine de sessions et de plénières se déroulant en parallèle. Sans oublier des délégations d’une dizaine de pays africains : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie,Tunisie, mais aussi Côte d’Ivoire, Gabon, RD Congo et Sénégal.

« C’est pour nous un véritable passage à l’échelle, puisque nous allons réussir à faire dialoguer les grands géants du numérique que sont Microsoft et Huaweï » avec un certain nombre d’acteurs de premier plan du numérique en Afrique, se félicite Samir Abdelkrim. Avec pour but « que l’Afrique devienne une puissance numérique qui puisse avoir son propre modèle en contrepoids de géants de la Silicon Valley » pour « faire émerger une communauté de destins entre l’Europe et l’Afrique » et « créer des coalitions afin de résoudre les grandes problématiques d’aujourd’hui ».

.

« Beaucoup d’Européens continuent
de croire au potentiel de l’Afrique »

.

« J’ai vu naître Emerging Valley », se félicite pour sa part le Sénégalais Omar Cissé au cours de la conférence de presse de présentation de cette IVe édition, mardi 6 avril.
Ingénieur en informatique issu de l’École Polytechnique de Dakar, il a créé sa première entreprise en 2001 et se souvient : « À l’issue de ma formation, j’ai lancé un incubateur et c’est là que j’ai connu Samir, venu à Dakar à la découverte de la Tech africaine. Beaucoup en parlent parce qu’ils en ont entendu parler, mais d’autres la vivent. Samir est de ceux-là. Il est en train de la faire rayonner partout et, pour nous, c’est très important ».

Aujourd’hui à la tête d’Intouch, qui est présente dans une dizaine de pays, Omar Cissé se félicite de la participation à EV IV « de vrais acteurs qui accompagnent ce que nous faisons » en Afrique. Plaidant pour une « réelle collaboration » entre la Tech des deux continents, il donne en exemple sa propre société dans laquelle deux grandes entreprises du CAC 40 ont investi : Total et Atos. « C’est la preuve, enchaîne-t-il, que beaucoup d’Européens continuent de croire au potentiel de l’Afrique »

.

« C’est devenu un des projets
emblématiques de la Saison Africa 2020 »

.

Troisième intervenante à cette conférence, N’Goné Fall se dit très heureuse et fière de participer régulièrement à l’événement depuis qu’elle a découvert Emerging Valley en 2018, et que « la connivence s’est créée avec Samir assez naturellement ». Commissaire générale de la Saison Africa 2020, elle lui a décerné son label officiel et a conclu un véritable partenariat stratégique avec Emerging Valley.

Car elle rappelle que cette « saison assez atypique est conçue autour des grands défis du XXIe siècle, qu’il s’agisse de la diffusion des connaissances, des innovations technologiques, de la redistribution des ressources, de l’émancipation économique, ou encore les questions de l’histoire, de la mémoire, du territoire, de la circulation des personnes, des idées et des biens, et la question de la citoyenneté... ».

Au total, quelque 23 questions qui portent cette « Saison 2020 » envisagée comme un laboratoire de production et de diffusion de savoirs et d’idées. Et qui présente les points de vue de la société civile du continent africain et de sa diaspora récente dans tous les secteurs de l’activité humaine : « C’est une caisse de résonnance de ces agents du changement qui bousculent les codes et expérimentent de nouvelles relations au monde », ajoute N’Goné Fall.

Une saison hors-norme, on l’aura bien compris, qui a été décalée dans le temps par la force des choses, s’est finalement ouverte le 1er décembre dernier et devrait durer en principe juqu’au 30 septembre prochain. Une saison panafricaine, basée sur l’innovation et intégralement dédiée à l’Afrique et à sa jeunesse. Une saison dans laquelle s’inscrit donc parfaitement Emerging Valley, qui a en reçu le label officiel et en devient même, comme N’Goné Fall le souligne elle-même pour conclure, « un des projets emblématiques ».

Rendez-vous donc dès ce mercredi en ligne avec Marseille pour passer aux travaux pratiques !

SITE EMERGING VALLEY :
programme et inscription pour suivre l’événement en direct :
www.emergingvalley.co

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE


◊ ◊ ◊

.

COVID-19 EN FRANCE :
PROTÉGEONS-NOUS LES UNS LES AUTRES !
(Informations et conseils du site gouvernemental)

.

◊ ◊ ◊
Articles récents recommandés