Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Jean-Jacques Gilliard

– « Averroès Junior » ou l’essaimage d’une citoyenneté méditerranéenne

Tous pays EUROMED-AFRIQUE | 21 mai 2011 | src.LeJMED.fr
Marseille -

« Aider les jeunes générations à s’inscrire dans un environnement méditerranéen d’un point de vue politique, culturel, artistique et historique » afin qu’émerge la conscience partagée d’une « citoyenneté méditerranéenne », c’est l’immense ambition à laquelle contribue « Averroès Junior ». Une ambition titanesque, et depuis cinq ans un travail quotidien de fourmi, dont Jean-Jacques Gilliard nous rapporte ici les moments essentiels.

Photo ci-dessus : Jean-Jacques Gilliard, Directeur d’Espaceculture_Marseille © Laurence Fillon (mise en couleur LeJMED.fr)


Tribune Libre - Titre original :

Averroès Junior, un essaimage nécessaire

par Jean-Jacques Gilliard
Directeur d’Espaceculture_Marseille

qui organise et produit les Rencontres d’Averroès,
conçues par Thierry Fabre


JPEG - 48.2 ko
Le dessin de Zyad, élève de 5e 3, collège Jacques Prévert, Marseille, qui illustre la Une du journal 3 des Rencontres d’Averroès. © Zyad

Depuis dix-sept ans, les Rencontres d’Averroès se proposent à l’automne, à Marseille et en région PACA, de « penser la Méditerranée des deux rives ».
Conçues comme un moment de partage de la connaissance entre des spécialistes du pourtour méditerranéen et ceux qui ne le sont pas, les tables rondes ont rencontré dès la première édition un public nombreux, curieux et attentif. Elles bénéficient par ailleurs d’une large diffusion, puisque France Culture retransmet les débats sur son antenne et sur sa webradio.
Après avoir initié en 2000 un programme culturel en amont des tables rondes, apportant une approche artistique, sensible des problématiques soulevées, c’est tout naturellement que nous nous sommes tournés vers le jeune public, dès 2005. C’est précisément sur la base des propositions culturelles « sous le signe d’Averroès » qu’Averroès Junior a pu se mettre en place.


Des propositions en constante évolution

Initié sous la forme d’une séance test, le premier Averroès Junior a concerné trois classes de lycéens invités à découvrir un film avant de participer à un débat. Ce sont donc « Quando sei nato… » de Marco Tullio Giordana et un responsable de l’association « Jeunes errants » qui ont ouvert la route au cinéma Les Variétés, à l’automne 2005.
Par le biais de cette fiction, des lycéens ont ainsi pu découvrir la question des sans-papiers qui traversent la Méditerranée sur des bateaux de fortune et tentent d’entrer en Europe par l’île de Lampedusa.

Depuis, le projet ne cesse de se développer, freiné uniquement par les contraintes humaines et financières. Le programme s’est diversifié, dure plus de six mois et concerne à présent tous les niveaux à partir de l’école primaire. Ainsi près de 2 000 élèves ont participé cette année au programme Junior. Projections de films de fictions, de films courts, de documentaires, ateliers d’écriture, ateliers photographiques, promenades cartographiques, visites d’expositions, participation à des journées « découvertes » à Arles, Apt ou Avignon. Autant d’opportunités pour les élèves et les enseignants d’approcher la question méditerranéenne dans son ensemble, la problématique de l’année ou encore les questions philosophiques.


Un réseau de partenaires culturels et d’artistes

Si le programme Junior a pu se développer et être pérennisé, c’est grâce à la mobilisation et à l’implication de structures, d’artistes, d’enseignants et d’institutions. En bref, grâce au concours de personnes de « bonne volonté ».
On pourra citer Jeanne Baumberger qui choisit les films longs et réalise les dossiers pédagogiques, l’association TILT dédiée à la promotion des films courts, le Centre international de Poésie Marseille, les Ateliers de l’Image, le musée Arlaten, le Musée arlésien du patrimoine antique et la Médiathèque d’Arles, les artistes Jihane El Meddeb, Mathias Poisson, Nicolas Tardy, Elisabeth Leuvrey, Marie-Jo Long…

En effet, il est nécessaire de choisir des œuvres adaptées, d’en fournir les clés par la réalisation de dossiers pédagogiques, de penser et mettre en œuvre des ateliers en relation avec la thématique, de concevoir des visites de sites ou d’expositions qui éveillent la curiosité, de valoriser les expériences et les travaux d’élèves, de motiver des intervenants à rencontrer les jeunes. Bref, de créer les conditions d’une ouverture, de susciter chez les juniors ce même appétit de découverte et de débat, ce plaisir à comprendre, que l’on trouve dans les Rencontres proprement dites.


Des allers-retours incessants d’un projet à l’autre !

Encore aujourd’hui il est fréquent que des films proposés « Sous le signe d’Averroès » se retrouvent ensuite dans le programme junior. Cette année, par exemple, les documentaires présentés à la Maison de la Région ont ensuite été projetés à la demande, à Espaceculture, pour les établissements scolaires. En 2006, le documentaire d’Elisabeth Leuvrey, « La Traversée », a d’abord été programmé au cours des Rencontres qui se sont déroulées à Alger ; le film fut ensuite inclus dans le programme « Sous le Signe », puis dans le dispositif junior, toujours avec des interventions de la réalisatrice.
Avec le plasticien Mathias Poisson, nous avons travaillé dans l’autre sens : nous l’avons d’abord sollicité pour animer des ateliers juniors et nous lui avons ensuite confié le projet de l’exposition 2010, « Paysages sensibles », au Mucem. Idem avec les Ateliers de l’image qui avaient coproduit en 2009 l’exposition Bourdieu, avant d’animer en 2011 des ateliers photographiques.


Recueillir les traces…

Au final, des expériences multiples et variées que nous avons décidé de partager par la création d’un blog Averroès Junior.

En effet, au fil des années, nous avons réalisé que ce projet répondait à un besoin de certains enseignants alors que parallèlement nous accumulions des ressources pédagogiques. Difficile cependant de relater et d’expliquer de manière statique sur un site Internet la dynamique du programme. Le blog nous a semblé être l’outil le plus adapté.
Chaque protagoniste du projet Junior – enseignant, élève, artiste, intervenant, organisateur – peut s’en emparer, montrer les réalisations des élèves, raconter, illustrer et commenter les séances. Ce blog peut également inspirer des enseignants ou formateurs désireux de mener des projets sur les questions méditerranéennes, selon le bon vieux principe de l’essaimage !

Après cinq années de programme Junior on peut se permettre de dresser un premier bilan, mais aussi de sonner l’alarme ! L’étendue de ce qui peut être fait – voire doit être fait – est énorme. Car finalement, nous sommes face à des enfants curieux, des ados parfois déboussolés, des enseignants à la recherche de vecteurs pour aborder des thèmes sensibles, désireux de mobiliser leurs élèves sur des projets originaux sans nécessairement obtenir des budgets pour leur mise œuvre.
Les propositions peuvent parfois nous sembler dérisoires face à la demande ou à l’ampleur du chemin à parcourir. Mais, nous vivons également de beaux moments et récoltons, auprès des enseignants et des élèves, des témoignages émouvants voire déroutants.
C’est aussi ce qui nous pousse à poursuivre, à développer, à initier de nouveaux projets.

Nos partenaires étrangers, à Rabat et Cordoue, constituent, dans ce champ une véritable source de stimulation et d’inspiration.
Les ateliers philosophiques ou le concours de Jeunes penseurs organisés par l’association « Sous le signe d’Ibn Rochd » à Rabat sont, à ce titre, exemplaires. L’internationalisation elle-même nous incite à rêver à des croisements d’élèves dans le sillage d’Averroès.
Enfin, les compétences et les réseaux de certains de nos partenaires, comme Zinc/ECM, pourront faciliter la mise en place d’échanges via Internet entre des élèves d’Egypte et de la Région autour des problématiques des Rencontres, ou tout simplement autour de leur propre expérience.


« Nous sommes tous des citoyens méditerranéens »

Cette paraphrase résume notre ambition. Aider les jeunes générations à s’inscrire dans un environnement méditerranéen d’un point de vue politique, culturel, artistique et historique. Bien entendu, ce travail de prise de conscience est réalisé par petites touches en empruntant bien souvent des chemins de traverse. Nous misons sur l’imprégnation, sur l’idée de semer des graines qui dans certains cas parviendront à pousser. Un travail de fourmi donc, mais extrêmement passionnant et stimulant.

Jean-Jacques Gilliard,
Directeur d’Espaceculture_Marseille
,
qui organise et produit les Rencontres d’Averroès,
conçues par Thierry Fabre

◊ ◊ ◊

Plus :
- Nos articles dédiés aux Rencontres d’Averroès
- Nos articles dédiés aux Rencontres Sous le signe d’Ibn Rochd
- Site des Rencontres d’Averroès
- Blog Averroès Junior

Articles récents recommandés