Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Aux #JNDA2019 / N’Goné FALL, Commissaire générale : « La Saison Africa 2020 nous invitera à regarder le monde d’un point de vue africain »

15 avril 2019
N’Goné FALL, Commissaire générale de la Saison Africa 2020 en France, durant sa participation aux #JNDA2019, à Bordeaux, le 12 avril. © AM/AP.P
Participant aux Journées nationales de la diaspora (#JNDA2019), à Bordeaux (11-13 avril), l’architecte sénégalaise et « activiste » culturelle N’Goné FALL, choisie par Emmanuel Macron pour être la Commissaire générale de la Saison Africa 2020 en France, a témoigné de son parcours de vie, mais a aussi partagé sa vision de l’événement dont elle a la charge, et commenté ses choix.

.

En direct de Bordeaux, un article d’Alfred Mignot, AfricaPresse.Paris (AP.P)
@alfredmignot | @PresseAfrica

.

Le soleil est éclatant à Bordeaux en ce matin du vendredi 12 avril 2019. Les manifestations organisées lors de ces Journées nationales des diasporas (#JNDA20129) sont nombreuses, la première de la journée est la conférence « Femmes et culture : la couleur des sentiments ». Et c’est un lieu emblématique qui a été retenu pour l’accueillir, rien de moins que l’historique salle du Conseil municipal de la ville de Montaigne… et aujourd’hui un peu orpheline du départ prématuré d’Alain Juppé, « appelé » au Conseil constitutionnel.

Mais, qu’importe la nostalgie ! En ce vendredi 12 avril l’actualité de la capitale aquitaine est tout entière centrée sur la VIIe édition des JNDA, événement inventé et toujours supervisé par Pierre De Gaétan N’Njikam Mouliom, adjoint au maire chargé des partenariats avec l’Afrique, et de la francophonie… et de cette « autre histoireé » de Bordeaux, serait-on tenté d’écrire, tant la présence vivante de l’Afrique est prégnante dans la capitale aquitaine.

« J’étais passée entre toutes les balles »

N’Goné FALL, l’architecte dakaroise et « activiste » culturelle choisie par le Président de la République en juillet 2018 pour assumer le Commissariat général de la saison Africa 2020 en France est là, elle est l’une des personnalités invitées à témoigner de son parcours de femme africaine…

Ce qui surprend d’emblée chez ce petit bout de femme, c’est le contraste avec sa voix, si puissante et grave. D’un instant, elle accroche l’auditoire, le silence s’installe dès ses premières paroles… : « À la maison, il n’y avait pas de différence entre frères et sœurs. Alors je n’ai jamais vécu la condition de fille puis de femme comme un combat, dit-elle simplement. Jusqu’au jour ou j’ai réalisé que j’étais passée entre toutes les balles, que la vie avait été douce pour moi… »

Jusqu’au jour aussi où, architecte de formation mais engagée pleinement dans l’action culturelle – elle dirige pendant sept ans la « Revue Noire » – elle s’interroge sur la place de la femme dans l’histoire de l’art. Alors, tout en considérant qu’elle « ne pense pas systématiquement à la parité », elle se rend compte qu’en fait, oui, « il y a beaucoup de femmes dans mes [ses] projets ».
De cela, elle dit : « Il ne faut pas rechercher systématiquement le combat. Il faut regarder les hommes droit dans les yeux. Affirmer la détermination… » Elle ne finit pas cette phrase. De même, si elle reconnaît avoir « monté un programme de mentorat » pour les femmes, elle ne veut pas en dire plus, en tout cas pas publiquement.

En revanche, oui, elle veut bien évoquer le collectif Gaw-Lab, plateforme de promotion de l’art numérique qu’elle a cofondé à Dakar, et qui tourne notamment grâce au soutien financier d’une grande entreprise française active en Afrique. Une réalité qu’elle assume pleinement, affirmant que l’on ne saurait faire systématiquement du « bashing anti-occidental… »

Intermède poétique et musical avec des poèmes de Rachel Kahn, comédienne et auteure, marraine des #JNDA2019. © AM/AP.P

« Ce qui fait bouger les sociétés africaines,
ce qui les fait rêver »

Un grain de sagesse qui lui sera bien utile pour « garder la tête froide (…) face à ce projet énorme, à l’échelle d’un continent » que représente la Saison Africa 2020, qui se déroulera l’année prochaine, de juin à décembre.
« Tout ce que je fais part des idées, pas du divertissement ». Et ce qu’elle veut, c’est que « Africa 2020 nous invite à regarder et comprendre le monde d’un point de vue africain ».

Une ambition immense, et que N’Goné FALL veut décliner sur tout le territoire français, de la métropole aux départements et territoires d’Outre-mer. Pour autant, si elle assume sa responsabilité, elle n’a pas voulu « être seule ». Ainsi, pour identifier « ce qui fait bouger les sociétés africaines, ce qui les fait rêver, dans tous les secteurs d’activité », elle s’est enfermée voici quelques mois pendant cinq jours entiers pour réfléchir avec une équipe, à Saint-Louis du Sénégal.

Ses convictions ont trouvé dans cet échange de quoi être confortées : « Nous sommes tous des citoyens du XXIe siècle, et visons sur la même planète… J’ai accepté l’invitation de la France au nom du Contient. À moi maintenant de l’embarquer ! De permettre à la France de percevoir le monde avec un prisme africain ! »

Une vision continentale, puisque la programmation pluridisciplinaire* de Africa 2020 sera coproduite par des professionnels africains issus des 54 pays du Continent, et des institutions françaises.

Enfin, N’Goné FALL revendique une autre immense ambition : mobiliser la jeunesse ! La jeunesse, l’autre nom de l’Afrique d’aujourd’hui.

◊ ◊ ◊

EN SAVOIR PLUS

*Site de l’Institut français
https://www.pro.institutfrancais.com/fr/offre/africa-2020

Comment participer à la Saison Africa 2020 :
https://www.pro.institutfrancais.com/fr/faq/offre-de-institut-francais/comment-participer-aux-saisons-ou-annees

SUR LEME THÈME

#JNDA2019 / L’Ambassadrice Stéphanie Rivoal, SG du sommet Afrique-France 2020 : « Nous voulons un sommet inclusif, du citoyen au chef de l’État »

◊ ◊ ◊

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés