Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Mme Aouatif Berdaï, Dr Aziz Cherkaoui -

« Après l’attentat de Marrakech : la Demeure est forte ! »

Témoignage et Tribune libre de deux élus marrakchis

Maroc | 3 mai 2011 | src.LeJMED.fr
Marrakech -

Mme Aouatif Berdaï et le Dr Aziz Cherkaoui, tous deux élus de Marrakech, nous adressent cette Tribune libre que nous publions avec amitié, tant elle témoigne à la fois de l’émotion maîtrisée et d’une vision d’avenir porteuse d’espérance pour le Royaume du Maroc. Et parce que c’est aussi un message de profonde affection adressé à la France et à l’Europe, et que l’on ne saurait décevoir, sauf à se renier soi-même…

Photos ci-dessus : Mme Aouatif Berdaï (© DR) et le Dr Aziz Cherkaoui (© LeJMED.fr - avril 2010


Après l’attentat de Marrakech : la Demeure est forte !

par Mme Aouatif Berdaï
Conseillère municipale de Marrakech
et Présidente de l’AMFA

Dr Aziz Cherkaoui
Elu de Marrakech,
ancien Député

En tant que Marrakchis, nés et ayant grandi dans cette belle cité, nous sommes naturellement choqués et horrifiés par ce qui est arrivé a notre ville.
Tous les chefs d’Etat du monde entier ont condamné cet acte lâche et sans fondements.

Le mal est fait, mais il faut en tirer les leçons qui s’imposent :
- La vigilance doit être redoublée et dans ce cadre, nous n’avons aucun souci ni de doute dans notre capacité à le faire, car notre souverain (comme tous ses prédécesseurs) a toujours veillé sur notre Maroc, lieu de paix, de tolérance, de diversité culturelle et religieuse. Personne ne pourra changer cette âme marocaine qui se veut respectueuse de ses bases fondamentales et du respect de l’Humanité.

- Nous avons aussi été agréablement rassurés, le soir même de l’attentat, de voir cette place Djemaa El Fna bondée de monde et particulièrement de touristes – un signal très fort qui démontre que la peur n’était pas là, et que tout le monde voulait démontrer sa solidarité contre ce lâche geste qui n’arrêtera pas la marche démocratique et moderne de notre pays.

Par ailleurs, tous nos amis étrangers savent que notre pays n’est pas un lieu de terrorisme : le Maroc est un pays de sécurité et de paix ! Tous nos amis des quatre coins du monde nous ont contactés pour non seulement nous apporter leur solidarité et leur soutien moral, mais surtout pour nous dire que le Maroc est leur second pays et qu’il vont y revenir dès que possible… Une amie complétait son discours en nous disant : « Chers amis, je viendrai bientôt à Marrakech et la première des choses que je ferai, ce sera d’aller m’attabler au Café Argana, dès qu’il sera reconstruit ». Paroles que nous vous rapportons sans commentaire, sinon qu’elles font chaud au cœur et qu’elles nous paraissent très significatives.

Le Maroc est un des rares pays arabes qui veulent aller de l’avant, une nation qui veut faire sa révolution avec son Roi, pour devenir l’égal des pays démocratiques modernes, tout en respectant sa civilisation, ses spécificités et ses traditions marocaines.

Le Maroc est une monarchie constitutionnelle et, sur ce point, , il y a l’unanimité du peuple.

La royauté est le ciment de tous les Marocains, telle est notre conviction profonde. La force de notre pays réside dans un système où son roi est fort, respecté et guide la nation (avec toute l’évolution nécessaire socio-politico-économique et culturelle ùu toutes les composantes jeunes et autres sont impliquées). Le Maroc a son modèle identifié. Nous n’avons pas besoin de leçons pour copier un autre système ailleurs. Notre démocratie évoluera avec nos normes, et avec notre Roi.

Cela dit et affirmé, nous avons aussi voulu associer dans cet article des amis français de Marrakech, pour démontrer à qui veut l’entendre , que notre pays est aimé, défendu aussi bien par les étrangers que par nous- mêmes.

Voici ce que Maryvonne et Alain Grunberg nous ont déclaré :

« Ce qui nous a frappé, dans les heures qui ont suivi le drame, c’est le sang froid des Marrakchis, sang froid qu’il ne faut pas confondre avec de l’indifférence, voire du fatalisme dont on affuble trop souvent, en Occident, ce qui ressemble de prés ou de loin à un Musulman… Non, réaction difficile et saine signifiant que la vie continue malgré tout et qu’il y a d’autant plus d’urgences que précisément, il faille tout faire pour que la vie continue ! »

C’est ainsi, en effet, que les commerces étaient ouverts et les taxis, autobus et carossas en médina, continuaient à fonctionner et les terrasses et cafés des restaurants d’être fréquentés par les autochtones et les touristes.

Et voici ce qu’un autre ami étranger de Marrakech nous disait aussi :

« Toute une littérature est déjà disponible sur le terrorisme islamique. Je soulignerai seulement ce qui me semble le plus important parmi les motivations les diverses mouvances qui s’en revendiquent : il s’agit d’assigner à l’être humain, dès la naissance, les caractères qu’il devra conserver sa vie durant et qui seront donc l’essentiel de son passage terrestre : homme/femme, musulman/chrétien/juif ; de la ville ou de la campagne, d’une région donnée, etc… D’une certaine manière, il s’agit d’imposer à l’individu une prison identitaire. On comprend donc qu’un citoyen originaire de la "Patrie des Droits de l’Homme" ne puisse avoir que répulsion pour ces doctrines qui honnissent la liberté individuelle, l’appétence et la capacité de l’Homme à se prendre en charge, bref, de vivre sa vie.

L’avenir n’est écrit nulle part, mais il m’apparait pourtant, que ces sectaires extrémistes ne pourront pas l’emporter à terme, car précisément – et c’est, à mon sens, l’un des aspects essentiels de cette globalisation qui a pris ces dernières années, l’allure d’une déferlante –, l’individu contemporain est destiné à être un « individu multiple », c’est-à-dire l’inverse de la définition d’une personne enracinée et identifiée une fois pour toutes. Et les nouvelles technologies autour de l’Internet et le succès croissant qu’elles rencontrent, auprès des jeunes d’Afrique du Nord et du Proche Orient, comme l’ont amplement montré et démontré les révolutions de ce Printemps arabe 2011, autorisent à ne pas développer davantage… ».

Le Maroc et « les trois cercles churchilliens »

Nous voudrions, ici, faire un rapprochement entre le Maroc, précisément en ce qui concerne ses "identités multiples" et ce que soulignait Wiston Churchill au lendemain du second conflit mondial, à savoir que l’Angleterre était à l’équidistance de trois cercles : l’Empire britannique qui était en train de se muer en Commonwealth, les États-Unis et l’Europe.

Ne peut-on aujourd’hui dire de même du Maroc, sauf que les trois cercles seraient, ici, respectivement, le monde arabo-musulman, l’Afrique et l’Europe ?

Du reste, Sa Majesté Feu le Roi Hassan II, avait, en son temps, voulu développer une idée semblable, avec sa métaphore sur l’arbre ayant ses racines en Afrique et ses branches en Occident. Et cette identité multiple marocaine – tout en gardant sa spécificité et sa tradition –, loin d’être un handicap, est un atout essentiel qui privilégie cette notion de carrefour et que tous les Marocains qui ne s’emprisonnent pas dans des idées toutes faites, ont compris depuis belle lurette…Ainsi en va de la langue et de la culture françaises que se sont accaparés des générations de Marocains et qui leur donne une ouverture sans égale.

Qu’en est-il de la vision des souverains marocains
après l’Indépendance ?

D’après les confidences de son médecin personnel, Sa Majesté Feu Mohammed ben Youssef, à la fin de sa vie, l’Indépendance acquise, semblait ne pas se faire d’illusions sur le temps qu’il faudrait pour que son Royaume se hissât à un niveau de développement modeste, et pensait non sans amertume que la génération adulte de son temps n’en profiterait sans doute pas, au moins pour les couches populaires.

Sa Majesté Feu Hassan II, dans une période particulièrement difficile, avec la guerre froide en toile de fond, est parvenu à maintenir les acquis et à faire entrer progressivement le pays dans un début de modernité.

Les défis auxqueks notre Souverain actuel doit faire face ne sont pas moins redoutables.

Nous ne développerons, ici, que ceux qui nous apparaissent primordiaux : faire que le Maroc trouve sa place dans la globalisation, et accompagner les attentes d’une jeunesse de plus en plus instruite dans le cadre d’un pays très divers et compartimenté géographiquement et socialement.

Le discours royal du 9 mars 2011 va permettre d’initier le processus de réforme constitutionnelle et à ceux qui prétendent que le pays n’a besoin que de développement économique et que la démocratie n’est qu’un luxe que peuvent se payer les Occidentaux, lorgnant vers l’exemple chinois de croissance économique avec une liberté des plus restreintes, nous répondons que le moment de vérité arrivera inévitablement pour l’Empire du milieu et que le printemps arabe a démontré la soif de liberté et de dignité de toute cette jeunesse.

Les responsabilités de la France et de l’Europe

Les responsabilités de l’Europe et de la France sont énormes. L’Union Européenne doit d’une part se départir d’une certaine frilosité et regarder davantage vers l’autre rive qui est une composante de son identité multiple.

Alain Grunberg nous disait à ce propos : « Il appartient à mon pays [la France], compte-tenu de l’Histoire et des liens spécifiques qui l’unissent au Maroc, de pousser à mettre davantage de substance dans les différents partenariats qui unissent dès à présent le Royaume à l’Union Européenne. A savoir "taper du poing sur la table", vis-à-vis de nos partenaires d’Europe du Nord, de manière à ce que ce qui a été réalisé pour l’ancienne Mitteleuropa, en matière d’aides diverses et de mise à niveau, le soit effectivement pour la rive Sud. La remise sur le métier du beau projet d’Union pour La Méditerranée pourrait en constituer l’axe structurant. »

Pour notre part, nous persisterons à nous élever contre le terrorisme et ses racines. Sans relâche, nous le combattrons aux côtés de notre peuple et notre Roi. Le Maroc ne pourra évoluer que dans la bonne direction des libertés, de la paix, de la tolérance et du respect des hommes, marocains ou autres.

Mme Aouatif Berdaï
Conseillère municipale de Marrakech
et Présidente de l’AMFA

Dr Aziz Cherkaoui
Elu de Marrakech,
ancien Député

Articles récents recommandés