Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

#AmbitionAfrica - Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances : « La France, future plateforme du capital investissement vers l’Afrique »

31 octobre 2019
Bruno LeMaire, ministre français de l’Économie et des Finances, lors de son intervention en ouverture de la Conférence du Club Afrique de France Invest, à #AmbitionAfrica, mercredi 30 octobre 2019. C DR
Intervenant en ouverture de la Conférence du Club Afrique de France Invest, lors de la première journée du forum #AmbitionAfrica à Paris-Bercy (30-31 octobre) le ministre français de l’Économie et des Finances a fixé de hautes ambitions pour le rôle de la France en matière de financement de l’économie africaine, via le capital investissement.

.

Philippe Poiccard, AfricaPresse.Paris

.

Oui, l’Afrique, contrairement à ce que pourraient encore soutenir quelques sceptiques, peut accueillir le capital investissement, y compris le « venture capital ».
Telle est la conviction de Hervé Schricke, président-fondateur du Club Afrique de France Invest, qui s’exprimait le 30 octobre dans le cadre de la deuxième édition d’Ambition Africa, à Bercy. Ouvrant la conférence du Club, consacrée au capital investissement, Hervé Schricke a souligné que « la problématique de l’Afrique est aujourd’hui similaire à celle de la France il y a trente ans. On ne croyait pas, alors, que le capital investissement pouvait y fonctionner, encore moins le capital innovation ». Et, à voir le poids qu’a pris le capital investissement hexagonal, tous les espoirs sont donc permis.

Bientôt un PIB à la taille de l’Europe

Les planètes semblent en effet alignées pour que se développe ce mode de financement en Afrique. Le continent enregistre une forte croissance économique, a souligné Khady Koné-Dicoh, directrice des investissements d’Amethis, fonds d’investissement dédié à l’Afrique, qui vient de réaliser une levée de fonds de 375 millions d’euros.
Partout en Afrique subsaharienne, la croissance dépasse les 5%, les marchés s’ouvrent donc, d’autant « qu’apparaît une vraie classe moyenne, qui représentera, en 2030, 40 % des 1,8 milliard d’habitants » selon Khady Koné-Dicoh. Et Cathia Lawson-Hall, directrice de la banque d’investissement pour l’Afrique à la Société Générale de préciser : « le PIB de l’Afrique est aujourd’hui équivalent à celui de la France, il aura, dans quelques années, la taille de celui de l’Europe, tandis que la démographique amènera la constitution de 89 villes de plus d’un million d’habitants ».

330 milliards d’euros de besoins de financement

Mais cette croissance a besoin de financements, comme l’a relevé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui ouvrait cette conférence. Et de citer un chiffre : « 330 milliards d’euros, cela correspond aux besoins de financement des PME africaines, pour lesquelles l’argent reste difficile à trouver ». Car « seule une PME sur cinq a accès au financement bancaire. Le développer, c’est nécessaire, mais long et difficile. On ne peut pas attendre ».
À l’évidence, « pour relever ce défi, la France a un rôle à jouer, nous voulons devenir la plateforme du capital investissement vers l’Afrique » a lancé Bruno Le Maire. Une ambition élevée, le capital investissement étant aujourd’hui surtout l’apanage des pays africains anglophones.

La France fera plus que promis
par Emmanuel Macron

Voilà deux ans, Emmanuel Macron s’était engagé, lors de son discours « fondateur » devant les étudiants de l’université de Ouagadougou, à ce que la France investisse un milliard d’euros en fonds propres d’ici à 2022, pour financer les PME africaines. Ce sera plus, puisque à ce milliard d’euros, s’ajoutera 1,5 milliard en de financement en dette et garanties, a confirmé Bruno Le Maire.

L’apport du capital risque est d’autant plus essentiel qu’il contribuera fortement à la croissance et à la création d’emplois, a souligné Tony Elumelu, président d’United Bank for Africa et de la fondation Tony Elumelu. Dans un horizon de trente ans, l’Afrique va devoir accueillir 450 millions de jeunes sur le marché du travail. Mais pour Tony Elumelu, « il n’est plus question d’emplois publics, ceci doit changer, le secteur privé doit pouvoir être le fer de lance de la création d’emplois ». Mais les investisseurs ne sont-ils pas encore réticents, pour certains d’entre eux, à se tourner vers l’Afrique ? Certes, « il ne faut pas nier l’existence de problèmes de corruption, de manques d’infrastructure, mais les choses changent » a relevé Tony Elumelu.

Au-delà du financement, le rôle
essentiel du capital investissement

Le capital risque en Afrique se doit cependant d surmonter quelques obstacles, a admis Hany Assad, cofondateur d’Avanz Capital : « L’Afrique devient très importante économiquement, autant que l’Inde, mais les investisseurs doivent faire face à 54 économies et sociétés très différentes. En outre, la rentabilité de l’investissement apparaît plus vite dans un pays comme la Chine qu’en Afrique. Elle existe, mais on attend un peu plus en Afrique ».

Selon Damien Braud, responsable du Private Equity pour l’Afrique et le Moyen Orient, chez Proparco, le rôle de partenariat que jouent les fonds d’investissement est donc essentiel. « Nous voulons aider les dirigeants africains à construire un véritable groupe, sur la base d’un actif industriel, et à la diversifier, afin d’accélérer sa croissance. Le premier enjeu, c’est la consolidation du savoir-faire, de donner des assurances pour permettre un développement au-delà de la géographique initiale.
L’objectif, in fine, c’est donc de construire un actif atteignant la taille critique, avec un portefeuille diversifié, le tout sur la base d’une gouvernance renforcée. Ce sont les conditions pour attirer les investisseurs, qui prendront le relais des fonds d’investissement »
, a-t-il conclu.

◊ ◊ ◊

SUR LEME SUJET

- #AmbitionAfrica - Samia Adel (ENGIE Afrique) plaide pour « un mix énergétique vertueux, pour respecter et protéger l’environnement »

- #AmbitionAfrica 2019 - Rémy Rioux, DG AFD : « Le moment est venu d’investir massivement en Afrique, c’est notre intérêt ! »

- #AmbitionAfrica - France Invest publie le « Guide du capital-investissement en Afrique » 2019 pour aider les investisseurs à faire émerger les pépites africaines

- #AmbitionAfrica - Hervé Schricke, Président du Club Afrique de @FranceInvestEU : « Le capital-investissement a un rôle décisif à jouer en Afrique »

- #AmbitionAfrica @AxelBaroux, Directeur Business France Afrique sub-saharienne : « Avec l’Afrique, il s’agit d’aller vers la co-construction et la croissance partagée »

- Christelle Labernède : « Avec #AmbitionAfrica 2019, nous visons 2 000 rendez-vous BtoB, soit le double de 2018 »

- Agenda Paris, 30 et 31 octobre - #AmbitionAfrica 2019, seconde édition de l’événement d’affaires de référence Afrique-France

- Notre dossier AMBITION AFRICA 2018 (16 articles)

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊

LIEN UTILE

- Site AMBITION AFRICA 2019

◊ ◊ ◊

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE

◊ ◊ ◊

Articles récents recommandés