Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

Algérie : l’Andi lance une bourse de projets
sur les investissements internationaux

23 juillet 2009 | src.El Watan
Alger - L’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi) a lancé une opération de collecte des offres de projets d’investissement en Algérie, qui font appel à un partenaire étranger.

Cette annonce a été faite le 22 juillet par le directeur général de cette structure, Abdelkrim Mansouri, repris par l’APS. D’après ce responsable, « les offres de partenariat collectées seront répertoriées dans une bourse de projets accessible à travers le système d’information de l’agence ». Le répertoire servira de fenêtre accessible aux investisseurs étrangers à la recherche de projets de partenariat avec des promoteurs nationaux. C’est, en quelque sorte, une mise en application des dernières dispositions du gouvernement Ouyahia portant sur l’investissement étranger, notamment dans la partie liée aux parts de marché fixées à 51%-49% et 70%-30%.

Ces mesures avaient, rappelons-le, provoqué les foudres des investisseurs étrangers, qui y voyaient une « instabilité juridique ». Le projet de l’Andi, portant sur la création d’une base de données concernant les projets qui font appel au partenariat étranger, sonne comme une crainte quant à un éventuel retour de manivelle après la diffusion des circulaires de M. Ouyahia. « Pour alimenter cette base de données, l’Andi a déjà saisi toutes les organisations patronales algériennes et étrangères ainsi que les chambres du commerce arabes et européennes afin de les inciter à présenter leurs offres en matière de partenariat », a ajouté M. Mansouri. Sur un autre chapitre, l’Andi a recensé plus de 11 800 nouveaux projets d’investissement déclarés, d’un montant de 480 milliards de dinars, durant le premier semestre 2009, soit une progression de 47 % par rapport à la même période de l’année écoulée.

Ce chiffre a été fourni hier par M. Mansouri. Par secteur d’activité, les transports et le BTPH restent les créneaux les plus prisés par les promoteurs à hauteur de 86 % des projets déclarés et de 66% des montants d’investissement. Les activités de services occupent la troisième place avec 1080 projets et un volume d’investissement d’environ 48 milliards de dinars et plus de 13 000 nouveaux emplois. Les activités industrielles, elles, enregistrent 431 projets d’investissement d’un montant de 81 milliards de dinars et environ 11000 emplois. Le classement par concentration de projets fait ressortir le chiffre de 9095 projets enregistrés dans les grandes villes telles qu’Alger, Oran, Constantine, Blida, Tizi Ouzou, Béjaïa et Boumerdès.