Retrouvez AfricaPresse.paris sur :
RSS

Outils

À la conférence de clôture du tour de France du CPA

La ministre Elisabeth MORENO confirme une consultation citoyenne sur les discriminations, lancée bientôt par Emmanuel Macron

8 février 2021
La ministre Elisabeth MORENO confirme une consultation citoyenne sur les discriminations, lancée bientôt par Emmanuel Macron
Mme Elisabeth MORENO, Ministre Déléguée chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la diversité des chances, lors de son allocution à la conférence du CPA du 5 février 2021, à Paris. © I.-N. B.
La conférence de clôture du tour de France du Conseil Présidentiel pour l’Afrique, le 5 février à Paris, avait pour thème « Diasporas : choisir l’entrepreneuriat ». Outre les « Sept solutions » présentées par le CPA, l’événement a été marqué par la présence d’Élisabeth Moreno, ministre emblématique issue de la diaspora. Elle aussi avait beaucoup à dire…

.

par I.-N. BENZOURA pour AfricaPresse.Paris
@PresseAfrica

.

Invitée « modèle » incarnant un parcours de réussite très inspirant pour la diaspora africaine de France, la Ministre Déléguée chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la diversité des chances, Mme Elisabeth MORENO, a revendiqué d’avoir fait sien le combat pour l’émergence de l’élite issue de la diversité. Une mission d’autant plus urgente à mener qu’elle a déjà pris beaucoup de retard, a-t-elle souligné.

« Une richesse trop longtemps occultée »

Personne, sans doute, n’aurait pu mieux qu’elle, personnalité issue de la diversité et à la carrière professionnelle remarquable – avant d’être appelée au gouvernement, elle était Présidente Afrique d’une société internationale – apporter un témoignage si authentique et une réflexion si pertinente sur le débat de cette conférence de clôture du CPA, en présence d’entrepreneurs des deux continents.

Ainsi, lors de son discours d’ouverture, la ministre a-t-elle souligné sa proximité avec cette diversité africaine, comme en témoigne son parcours tant personnel que professionnel, marqué par l’échange et la complémentarité de deux identités, deux cultures qui s’entremêlent et s’additionnent en permanence : « L’Afrique et la France font partie de mon identité comme beaucoup d’entre vous ici, et je suis extrêmement fière de cette double culture et de cette double appartenance » a-t-elle déclaré à l’adresse d’un auditoire composé majoritairement d’entrepreneurs issus de la diaspora africaine.

Elle a rappelé aussi que les destins de la France et l’Afrique plurielle sont liés par leur histoire commune mais aussi par les enjeux de toute nature à surmonter côte à côte à l’avenir, car « l’Afrique sera à l’épicentre des enjeux du XXIe siècle », et c’est avec la France que les relations doivent être privilégiées, a-t-elle considéré.

Au cœur de cette histoire commune se trouvent par millions des histoires individuelles et intergénérationnelles, qui témoignent des vies, des parcours, des souffrances, des réussites des diasporas africaines. Elisabeth MORENO en a relevé l’importance, car ce sont ces personnes qui, par leur connaissance des deux cultures et par leur engagement sur les deux continents, génèrent une richesse commune entre la France et l’Afrique. Elles constituent « des ponts culturels, économiques et humains reliant l’Afrique et la France » a souligné la ministre.

Selon elle, « cette richesse trop longtemps occultée, ses opportunités trop longtemps passées sous silence » doit désormais être placée au cœur du pacte républicain. Une volonté qui s’inscrit dans la droite ligne du discours fondateur d’Emmanuel Macron à Ouagadougou, en novembre 2017. En effet, le Président de la République avait alors déclaré sa volonté de promouvoir le rôle des diasporas africaines, en tant qu’acteur économique, à l’avant-garde des relations entre la France et l’Afrique, ainsi que l’a rappelé également à plusieurs reprises le Coordinateur du CPA, Wilfrid Lauriano Do Rego, initiateur du tour de France du CPA.

Un sondage alarmant traduit le malaise
des diasporas en France

Le rôle des femmes dans le narratif de cette nouvelle dynamique entrepreneuriale des diasporas n’est certes pas oublié par Elisabeth MORENO, ainsi que la nécessité d’une action en réponse au malaise et aux discriminations que connaissent les diasporas, objectivement mises à jour par le sondage CPA-OpinionWay (lire ICI notre article).

Ce sondage a en effet révélé que 73 % des personnes interrogées considèrent que l’intégration des personnes d’origine étrangère dans la société française fonctionne mal. Les trois quarts estiment que l’égalité des chances n’est pas respectée, tandis que la problématique des inégalités arrive en tête des enjeux estimés importants, devant l’éducation et l’emploi.

Elisabeth Moreno lors de son intervention dans une table ronde. © AM/APP

Une consultation citoyenne sur les discriminations
lancée prochainement

En réponse à ces résultats alarmants, la ministre a clamé l’importance d’une action forte, et a confirmé le lancement prochain, par le Président de la République, d’une consultation citoyenne sur les discriminations, qui sera portée par le Ministère de la diversité des chances. L’objectif de cette disposition est de redonner la parole aux Français afin de collecter l’ensemble des informations quant aux discriminations vécues afin d’y apporter des remèdes concrets et dépasser le stade de la seule observation statistique.

À cela s’ajoute l’annonce de la mise en ligne d’une plateforme, en collaboration étroite avec le Défenseur des droits, afin de traiter toutes les situations de discriminations, celles touchant à l’emploi, au logement, à l’éducation ou encore à la culture, mais aussi l’accès au financement. Le ministère de la Diversité travaillera en étroite collaboration avec les associations locales pour en assurer le suivi. Sans stigmatiser, ni porter d’accusations, comme le rappelle la ministre, « il s’agit de mettre la lumière sur les discriminations pour dépasser les obstacles ».

Sur la suggestion d’associations, telles que Diversidays, Elisabeth Moreno soutient aussi la naissance d’un index de la diversité, un outil de mesure, tel un scanner, des niveaux d’inclusion réelle d’une organisation professionnelle publique ou privé, afin d’y apporter des solutions adaptées.

Lors de cette rencontre du CPA, Elisabeth Moreno a confirmé la création d’un index de la diversité. © AM/APP

150 milliards d’euros par an de manque à gagner
pour l’économie française

Dans ses échanges au cours d’une table ronde, Elisabeth MORENO s’est adressée directement à ces nombreux entrepreneurs de la diaspora, leur faisant observer leur force, leur créativité, leur valeur identitaire plurielle, ainsi que leurs atouts linguistiques et culturels dont la République a besoin en cette époque si agitée.

Son message visait aussi la jeunesse des diasporas, l’invitant à dépasser les premières barrières à la réussite qui sont souvent érigées par soi-même, a-t-elle relevé.
L’objectif global est de son action, a-t-elle rappelé, est d’enrayer les discriminations, qui ont d’ailleurs (aussi) un coût économique : 150 milliards d’euros de manque à gagner estimé pour l’économie française, en 2019.

Ainsi lors de cette conférence de clôture de la tournée française du CPA, Elisabeth Moreno a-t-elle salué les initiatives telles que MEETAfrica 2, Pass Africa et autres, rassemblées dans le dispositif « Sept solutions pour accélérer l’entrepreneuriat des diasporas » présenté par le CPA et ses partenaires – AFD, Bpifrance, Business France, Expertise France – lors de cette même conférence.

L’objectif commun, fédérateur : mettre à disposition des diasporas africaines un ensemble de moyens pour favoriser la construction d’une relation nouvelle et pérenne entre la France et l’Afrique.

◊ ◊ ◊

SUR LE MÊME THÈME

Le sondage CPA-OpinionWays sur les diasporas africaines de France : un constat amer… mais quelques raisons d’espérer

Au terme de son tour de France, le CPA présente à Paris ses « Sept solutions pour accélérer l’entrepreneuriat des diasporas »

JNDA 2020 / Wilfrid Lauriano do Rego (CPA) : « La diaspora africaine sera l’avant-garde d’une meilleure relation de la France avec l’Afrique »

Pedro NOVO, Directeur exécutif Export à Bpifrance (1/3) : « Notre ligne d’horizon, c’est la co-construction du partenariat entre les entrepreneurs Africains et Français »

Jérémie PELLET, DG Expertise France (2/3) : « Avec MEETAfrica II, notre objectif est d’accompagner autour d’un millier d’entreprises en Afrique »

Isabelle Bébéar (Bpifrance) : « Avec notre fonds de fonds Averroès Africa, nous visons un portefeuille d’une centaine d’entreprises sur tout le continent »

◊ ◊ ◊

.

>>> CLIQUEZ ICI et INSCRIVEZ-VOUS
pour recevoir gratuitement notre INFOLETTRE


◊ ◊ ◊

.

COVID-19 EN FRANCE : LUTTONS ENSEMBLE,
PROTÉGEONS-NOUS LES UNS LES AUTRES !
(Informations et conseils du site gouvernemental)

.

◊ ◊ ◊
Articles récents recommandés